Header Critique : DRACULA HAS RISEN FROM THE GRAVE (DRACULA ET LES FEMMES)

Critique du film et du DVD Zone 1
DRACULA HAS RISEN FROM THE GRAVE 1968

DRACULA ET LES FEMMES 

Par un malheureux concours de circonstances, le Comte Dracula revient à la vie. Après un long sommeil, il s'avère franchement contrarié en découvrant que l'on a «profané» l'entrée de son château. Il décide alors de se venger de l'homme d'église qui a posé une croix sur sa porte !

Bien que LE CAUCHEMAR DE DRACULA soit un beau succès, la Hammer Films va laisser s'écouler huit années avant d'exhumer le Comte Dracula pour un nouveau film. Le comédien Christopher Lee se déclarera toutefois bien mécontent de DRACULA PRINCE DES TENEBRES et on aurait donc pu penser que la Hammer Films ne tenterait pas de ramener le célèbre vampire à la vie une troisième fois. Pourtant, deux ans plus tard, Christopher Lee semble s'enthousiasmer auprès de ses fans au sujet d'un nouvel opus qui n'est alors qu'à l'état de projet. Hélas pour le comédien, le film ne sera pas du tout à la hauteur de ses attentes. Envisagé pendant un temps sous le titre DRACULA'S REVENGE, James Carreras commence assez vite à démarcher les acheteurs potentiels pour un nouveau Dracula et ce même s'il n'y a aucun scénario. Dans le même temps, Seven Arts Productions, structure de production qui détient les droits de pas mal de films de la Hammer, rachète Warner Bros. Cela donne l'opportunité à la Hammer Films de voir ses films distribués partout dans le monde sous la bannière Warner et de recevoir un financement direct pour plusieurs de ses films dont DRACULA HAS RISEN FROM THE GRAVE qui deviendra en France DRACULA ET LES FEMMES.

Déjà co-scénariste de DRACULA PRINCE DES TENEBRES, Anthony Hinds assume cette fois seul l'écriture de DRACULA ET LES FEMMES. Le film doit être réalisé par Terence Fisher, comme les précédents Dracula de la Hammer Films, avec en vedette Christopher Lee. Les problèmes ne tardent pas à survenir tout d'abord avec le comédien qui commence à rechigner lorsqu'il apprend qu'on ne lui accorde pas le salaire qu'il désire. Une solution à l'amiable sera trouvée avant que le comédien ne découvre que le film dispose d'un scénario qu'il juge désastreux. De son côté, Terence Fisher se casse bêtement la jambe après avoir été renversé par une moto. Plutôt que d'attendre, la production va de l'avant et propose le film à Freddie Francis qui a déjà collaboré avec la Hammer Films (L'EMPREINTE DE FRANKENSTEIN, MEURTRE PAR PROCURATION et PARANOIAQUE). Directeur de la photographie chevronné, le cinéaste a participé, entres autres, au film LES INNOCENTS. Bizarrement, on lui demande s'il ne serait pas judicieux d'utiliser les mêmes filtres sur l'image de DRACULA ET LES FEMMES. Néanmoins, le film n'est pas tourné en noir et blanc comme LES INNOCENTS. Au final, le résultat s'avère assez particulier donnant autant un aspect onirique au métrage qu'une impression étrange assez atypique voire limite psychédélique. Une fois les prises de vues mises en boîte, Freddie Francis prend quelques jours de repos. Durant cette courte période, le film est alors monté en son absence en laissant de côté pas mal de séquences qui développaient l'intrigue romantique de DRACULA ET LES FEMMES. Le cinéaste n'est pas heureux de l'apprendre à son retour mais il ne pourra rien y changer et de nombreuses séquences coupées sont devenues depuis introuvables !

Difficile de ne pas être du même avis que Christopher Lee concernant le scénario de DRACULA ET LES FEMMES. Ainsi, la première scène horrifique semble incohérente. En effet, le cadavre d'une jeune femme est retrouvé dans une église. Cela mène le prêtre du coin accompagné de son supérieur a aller faire un tour du côté de l'ancien château de Dracula ce qui, par la même, provoquera son retour. Reste au spectateur a envisager qu'un autre vampire de passage s'était simplement arrêté pour se faire un dîner avant de disparaître, provoquant ainsi la réaction en chaîne qui mènera à la résurrection de Dracula. Il faut donc s'armer d'imagination. La suite du métrage entre alors dans une routine qui ressemble un peu à un vaudeville horrifique, en grande partie tournée sur les toits d'une petite ville. Ou plutôt tournée en très grande partie en studio ! D'ailleurs, il est intéressant de constater que la plupart des scènes filmées en décors naturels sont le plus souvent moins satisfaisantes que celles captées en studio et donc dans un registre plus factice. Dans ce dernier cas, l'image est plus chaleureuse et se pare d'un grand nombre de couleurs donnant un véritable cachet au film. Pas de grande surprise dans ce nouveau Dracula en dehors d'un prêtre qui devient l'instrument du vampire, en quelque sorte une perversion ultime. La foi et la religion se trouvent d'ailleurs curieusement au centre de l'intrigue. Par exemple, un écclesiastique se trouve ainsi obligé de collaborer avec un jeune étudiant athée pour combattre les forces du mal. Des idées plutôt intéressantes qui ont tout de même beaucoup de mal à camoufler la pauvreté du scénario. Heureusement, le charme opère par moment, en fonction des séquences, pour ce qui est un métrage assez inégal. On notera, en tout cas, qu'il est préférable de ne pas venir saccager le château de Dracula si l'on ne veut pas essuyer sa colère. En effet, c'est une vengeance vaguement similaire qui dirigera l'intrigue des CICATRICES DE DRACULA quelques années plus tard.

Au moment de sa distribution dans les salles, DRACULA ET LES FEMMES remporte un tel succès que la Hammer Films décide de produire un nouveau Dracula chaque année. Malheureusement, c'est sans compter les exigences monétaires d'un Christopher Lee qui apprécie de moins en moins le rôle. Une nouvelle fois, tout le monde finira par se mettre d'accord pour tourner UNE MESSE POUR DRACULA. Ce dernier sera une suite directe de DRACULA ET LES FEMMES. Le point de départ de l'histoire se situera exactement au moment de la mort du vampire, un témoin de la scène provoquant les événements de UNE MESSE POUR DRACULA.

Warner ne fait pas beaucoup d'efforts sur les métrages de la Hammer Films en ce qui concerne la partie éditoriale. Pour les suppléments, il faut donc se contenter d'une bande annonce et rien d'autre ! Heureusement, le DVD propose une très belle copie du film qui permet de retrouver DRACULA ET LES FEMMES dans de bonnes conditions. Le DVD propose une image en 1.77 (16/9), format qui ne respecte pas à la virgule près le format d'origine mais qui ne pose pas problème particulier lors du visionnage. La sonorisation se fait au choix en version originale sous-titrée ou bien avec un doublage français. Dans les deux cas, on dispose de pistes audio en mono qui s'avèrent très satisfaisantes à défaut d'être spectaculaires.

Rédacteur : Antoine Rigaud
4 news
635 critiques Film & Vidéo
2 critiques Livres
On aime
Un film horrifique plutôt charmant !
On n'aime pas
Un scénario peu enthousiasmant
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
6,40
5 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
DRACULA HAS RISEN FROM THE GRAVE DVD Zone 1 (USA)
Editeur
Support
DVD (Simple couche)
Origine
USA (Zone 1)
Date de Sortie
Durée
1h32
Image
1.78 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Mono
Francais Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Supplements
    • Bande-annonce
    Menus
    Menu 1 : DRACULA HAS RISEN FROM THE GRAVE (DRACULA ET LES FEMMES)
    Autres éditions vidéo