Header Critique : FRISSONS DE L'ANGOISSE, LES (PROFONDO ROSSO)

Critique du film et du DVD Zone 2
LES FRISSONS DE L'ANGOISSE 1975

PROFONDO ROSSO 

Après QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS, son troisième giallo distribué en deux ans, Dario Argento fait une pause en produisant et en co-réalisant une série de quatre téléfilms, nommée LA PORTA SUL BUIO, destinée à la télévision italienne. Par la suite, il hérite de la réalisation de CINQ JOURS DE RÉVOLUTION (titre vidéo), produit par sa compagnie SEDA Spettacoli, qui devait initialement être mis en scène par un autre réalisateur, lequel s'est désisté en cours de route. Cette comédie historique renvoie aux cinq journées d'insurrection populaire contre l'occupation autrichienne s'étant déroulées à Milan en 1848. Lecture désabusée du "Risorgimento", CINQ JOURS DE RÉVOLUTION décrit cette période de l'histoire italienne sur un ton critique, qui n'est pas sans rappeler LE GUÉPARD, les évènements étant ici perçus par l'autre extrémité de l'échelle sociale.

Cette tentative de renouvellement est un échec commercial, et Dario Argento choisit ensuite un projet moins risqué en revenant aux thrillers horrifiques qui avaient été la source de son succès, quand bien même la mode du giallo est alors en période de reflux. Pour écrire un nouveau scénario, il se base sur une séquence écrite au départ pour QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS, laquelle mettait en scène une voyante dans un théâtre, mais n'avait pas été retenue pour ce précédent film. Avec Bernadino Zapponi (collaborateur régulier de Federico Fellini et Dino Risi), il rédige, à partir de ce passage, une nouvelle intrigue policière, puis recrute ses acteurs. Pour le rôle principal, Argento retient, en hommage à BLOW UP d'Antonioni, le comédien anglais David Hemmings. A ses côtés, on découvre, pour la première fois dans un rôle important, Daria Nicolodi, laquelle aurait été présentée à Argento par Zapponi.

Elle deviendra la compagne du metteur en scène, ainsi que la mère de leur fille Asia. Elle co-écrira ses deux oeuvres suivantes, SUSPIRIA et INFERNO, et apparaîtra aussi dans tous ses films d'INFERNO à TERREUR A L'OPÉRA (titre vidéo). Dans le rôle de Carlo, on trouve Gabriele Lavia, appelé à revenir dans l'univers d'Argento avec INFERNO et LE SANG DES INNOCENTS. Pour la musique du film, Giorgi Gaslini (CINQ JOURS DE RÉVOLUTION et LA PORTA SUL BUIO) est engagé, puis est évincé pour être remplacé par un groupe de rock progressif qui se rebaptise pour l'occasion "Goblin". Ces derniers interprètent et arrangent l'ensemble de la partition et écrivent certains morceaux, dont le célèbrissime thème du générique. Les membres de ce groupe, et particulièrement son clavier Claudio Simonetti, deviendront, par la suite, des collaborateurs fondamentaux du cinéma d'Argento, et ce jusqu'à aujourd'hui.

Marcus Daly, un pianiste de jazz, est le témoin de l'assassinat brutal d'une femme. Mais, si il a bien assisté à la scène, il n'a pas pu distinguer nettement le criminel. Avec l'aide d'une journaliste et d'un spécialiste de la parapsychologie, il établit que la victime, Helga Ulmann, était douée de pouvoirs de télépathie, pouvoirs dont elle venait de faire, quelques heures avant sa mort, une démonstration dans un théâtre de la ville. Seul témoin capable de démasquer le tueur, Marcus comprend qu'il est en danger de mort...

Retour au giallo, LES FRISSONS DE L'ANGOISSE permet à son réalisateur de remployer des éléments déjà mis en scène dans ses trois premiers thrillers L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, LA CHAT A NEUF QUEUES et QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS. A nouveau, on retrouve l'artiste étranger perdu dans une ville italienne et témoin d'un meurtre, qui doit reconstituer précisément ce qu'il a vu, ou cru voir, pour comprendre le fin mot de l'intrigue (L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL). De même, le traumatisme enfantin, ainsi qu'une personne se sacrifiant pour protéger le tueur (lui-même, en fait, une victime des circonstances) refont leur apparition. Tout comme dans LA CHAT A NEUF QUEUES, l'assassin commet meurtre sur meurtre pour cacher un lourd secret, sans que ses motivations soient celles d'un psychopathe.

Par contre, Argento fait évoluer son cinéma dans une direction inattendue, en multipliant les scènes de comédie romantique entre Marcus et la journaliste Gianna Brezzi. Si les personnages comiques et pittoresques ont toujours été présents dans ses films (Mario Adorf dans L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL, Jean-Pierre Marielle dans QUATRE MOUCHES DE VELOURS GRIS...), le couple Hemmings-Nicolodi évoque, en plus étoffé, la relation entre James Franciscus et Catherine Spaak dans LA CHAT A NEUF QUEUES. Marcus est un homme bougon, imbibé de préjugés machistes, refusant d'admettre qu'il a tort face à une femme et qui, de plus, tend à s'apitoyer sur son sort (il fait le numéro de l'artiste hyper-sensible). Pourtant, c'est Gianna qui se comporte comme l'"homme" du couple, en prenant les initiatives, et en accumulant des attributs traditionnellement masculins (cigare, alcool, automobile...). Inversant les rapports classique du couple homme-femme, le tandem amoureux formé par un David Hemmings pétri de mauvaise foi et une Daria Nicolodi pétillante forme sans doute un des aspects les plus attachants des FRISSONS DE L'ANGOISSE.

Autre innovation par rapport à ses précédents thrillers, Argento apporte une forte touche de fantastique, d'abord sensible à travers des éléments issus directement du cinéma d'épouvante, comme une médium capable de lire dans les esprits, une maison en ruines réputée hantée ou une fillette apparemment démoniaque (Nicoletta Olmi, alias EMILIE, L'ENFANT DES TÉNÈBRES). L'atmosphère fantastique est aussi rendue par une très forte stylisation visuelle, particulièrement sensible par l'emploi quasi-exclusif de la couleur rouge ou de ses dérivés (bruns, orangés...). De même, des très gros plans (souvent réalisés à l'aide d'une caméra à destination médicale) sur des menus objets leur confèrent des proportions monumentales, ce qui trouble la perception de l'espace et plonge le spectateur dans un univers insolite.

Surtout, dans LES FRISSONS DE L'ANGOISSE, Argento passe clairement à la vitesse supérieure en matière de violence visuelle, et signe là sa première réalisation authentiquement "Gore". Les séquences de meurtres, longues et d'une invention sidérante, sont orchestrées avec un luxe de détails sanglants, toujours saisis par des gros plans soulignant, avec une netteté implacable, le moindre coup de couteau, le moindre impact physique. Découpées à un rythme très rapide, ces séquences d'une rare violence adoptent un tempo étourdissant, souligné par la musique Rock des Goblin, et sont indéniablement les "clous" du film.

Formellement parfait, remarquablement interprété, bénéficiant d'un récit policier réussi, LES FRISSONS DE L'ANGOISSE a logiquement connu un très gros succès en Italie. Dans les autres pays, il est distribué dans des versions plus ou moins complètes, et connaît un retentissement moindre. Ce n'est vraiment qu'avec le triomphe international de son film suivant, SUSPIRIA, un pur film d'horreur cette fois-ci, qu'Argento acquiert sa renommée de maître de l'épouvante. C'est seulement par la suite que LES FRISSONS DE L'ANGOISSE va conquérir son statut de classique du cinéma italien d'épouvante, pour ne pas dire du cinéma italien tout court ! Si on peut tout de même faire quelques réserves sur son rythme parfois lent (particulièrement au cours de la première heure), il reste un des giallos les plus réussis de son réalisateur, aux côtés de TÉNÈBRES et de L'OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL.

Hors Italie, LES FRISSONS DE L'ANGOISSE a effectivement été distribué dans des versions tronquées, la plus longue qu'on ait pu voir en France tournant aux alentours de 100 minutes (VHS Prosperpine). En 2000, l'éditeur américain Anchor Bay propose la version intégrale de 126 minutes dans une restauration respectant le format scope du film (zone 1, NTSC).

DVD Anchor Bay
DVD Wild Side

C'est exactement cette même copie intégrale qui est proposée dans le double DVD français publié en France chez Wild Side (zone 2, PAL). On retrouve donc, à quelques légères traces de compression près, les mêmes qualités dans le rendu des couleurs et des lumières, ainsi que la propreté très satisfaisante de la copie (à part des petites saletés visibles dans des scènes de la maison hantée). Par contre, on récupère aussi le gros défaut de la copie Anchor Bay, à savoir le générique de fin anglophone défilant devant une image fixe, alors que le fond originel était une image mouvante : cela amoindrit nettement l'impact de cet ultime plan... Mais ne boudons pas notre plaisir de découvrir en France, enfin, la version intégrale des FRISSONS DE L'ANGOISSE, avec une qualité d'image quasi-parfaite.

Pour les bandes-sons, Wild Side coupe la poire en deux, puisque ce DVD propose les pistes anglophone (les passages non doublés à l'époque passant en italien) et italienne dans des remix Dolby Stereo très sympathiques, déjà disponibles sur le disque Anchor Bay. On ne récupère donc pas les mixages 5.1, pourtant plus satisfaisants, du même disque, ni les pistes originales monos (absentes du DVD américain). Les deux bandes-sons proposent un sous-titrage français (inamovible) exclusif à cette édition.

En guise de supplément, Wild Side a l'excellente idée de proposer la "version courte" longtemps exploitée hors d'Italie, remontée avec son excellent doublage français d'époque (mono d'origine) et à partir de la copie de la version intégrale (même qualité d'image). Ce montage, fait sans l'accord de Dario Argento, a le mérite de donner plus de rythme au film, mais il élague beaucoup dans les séquences mettant en scène Daria Nicolodi, et rend le récit confus.

Par ailleurs, on trouve un documentaire de 113 minutes appelé DARIO ARGENTO : IL MIO CINEMA, réalisé par son collaborateur Luigi Cozzi (par ailleurs réalisateur de films comme STARCRASH ou CONTAMINATION). Ce document revient en détails sur la filmographie de Dario Argento (jusqu'à LE FANTÔME DE OPÉRA), en se concentrant avant tout sur les oeuvres et la technique. Contenant de nombreuses images rares (les moins intéressantes n'étant pas celles de ses émissions télévisées des années 1980), il n'offre pas vraiment de scoop pour les amateurs les plus éclairés du Maestro, mais propose aux autres spectateurs une présentation très détaillé de son travail. On regrette juste une finition qui laisse un peu à désirer (documents vidéos parfois hors d'âge, musique d'un film illustrant les images d'un autre...) ainsi que l'utilisation in extenso de séquences venant d'autres documents sur le réalisateur (LE MONDE DE L'HORREUR (titre vidéo) de Michele Soavi, entre autres).

En plus, on trouve une bande-annonce anglo-saxonne des FRISSONS DE L'ANGOISSE, ainsi que des filmographies. Le coffret inclut aussi un livret exclusif de 80 pages dédié au film, écrit par Jean-Baptiste Thoret, particulièrement intéressant dans sa partie qui souligne la parenté entre les cinémas d'Antonioni et d'Argento. Quelques très légères imprécisions auraient pu être évitées dans ces suppléments (Fiore Argento n'est pas la fille de Daria Nicolodi, il y a apparemment une confusion entre FLICS EN JEANS et sa suite NICO L'ARNAQUEUR (titre vidéo) dans la filmographie de David Hemmings...), mais l'ensemble est tout de même de très bonne tenue.

Bref, cette édition propose LES FRISSONS DE L'ANGOISSE dans de très bonnes conditions, et permet enfin une large diffusion de sa version intégrale en France.

Rédacteur : Emmanuel Denis
Photo Emmanuel Denis
Un parcours de cinéphile ma foi bien classique pour le petit Manolito, des fonds de culottes usés dans les cinémas de l'ouest parisiens à s'émerveiller devant les classiques de son temps, les Indiana Jones, Tron, Le Dragon du lac de feu, Le Secret de la pyramide... et surtout les Star Wars ! Premier Ecran fantastique à neuf ans pour Le retour du Jedi, premier Mad Movies avec Maximum Overdrive en couverture à treize ans, les vidéo clubs de quartier, les enregistrements de Canal +... Et un enthousiasme et une passion pour le cinéma fantastique sous toutes ses formes, dans toute sa diversité.
48 ans
1 news
576 critiques Film & Vidéo
1 critiques Livres
On aime
Un très bon giallo
Enfin la version intégrale des FRISSONS DE L'ANGOISSE en France !
On n'aime pas
...
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
8,29
24 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
PROFONDO ROSSO DVD Zone 2 (France)
Editeur
Wild Side
Support
2 DVD
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
2h06
Image
2.35 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Stéréo
Italian Dolby Digital Stéréo
Francais Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Version integrale du film
    • Version courte
    • Bande-annonce
      • Filmographies
      • Dario Argento
      • David Hemmings
      • Macha Méril
    • Dario Argento : Il Mio Cinema (113mn)
    • Booklet (80 pages)
    Menus
    Menu 1 : FRISSONS DE L'ANGOISSE, LES (PROFONDO ROSSO)
    Autres éditions vidéo