Header Critique : CAMELEON SAISON 1-1 (THE PRETENDER)

Critique du film et du DVD Zone 2
LE CAMELEON 1996

SAISON 1-1 

Retenu prisonnier au Centre depuis sa jeune enfance, Jarod finit par s'enfuir. Pour échapper à ses poursuivants, il utilise son intelligence qui lui permet d'assumer l'identité de son choix et en profite pour résoudre des affaires criminelles.

Steven Long Mitchell et Craig Van Sickle entrent à la télévision en écrivant quelques scénarios pour la série ARABESQUE et ALIEN NATION. De la tâche de scénaristes, ils passent à celle de producteurs pour les séries FLASH et COBRA. Ils sont d'ailleurs les créateurs du concept de ce dernier mettant en scène un Michael Dudikoff redresseur de tort qui ne fera pas long feu sur les petits écrans. Inspirés par un fait divers réel, les deux producteurs / scénaristes inventent le concept du CAMELEON au milieu des années 90 et lui assurent un joli succès. De prime abord, cette série n'a pourtant rien d'innovateur puisque vue de l'extérieur, elle ressemble pour beaucoup à une énième variation du FUGITIF.

Pour créer LE CAMELEON, Steven Long Mitchell et Craig Van Sickle se sont donc inspirés de l'histoire de Ferdinand Waldo Demara. Un homme qui aura passé sa carrière à changer de vie ! A peine découvert qu'il disparaît avant d'être retrouvé dans un environnement totalement différent plusieurs années plus tard. Mais à chaque fois, il n'est pas trahi en raison d'une négligence de sa part dans ses nouvelles occupations mais simplement parce qu'il est reconnu. En plusieurs dizaines d'années, il assume l'identité de chirurgien dans la marine canadienne, gardien de prison, professeur d'université, zoologue… ou moine trappiste ! Qualifié d'escroc, pour certains des moyens employés pour aboutir à un nouveau poste, ses motivations n'étaient pas pécuniaires puisqu'il ne retirait pas de profit de ses impostures.

La construction des premiers épisodes de la première saison suivent une recette incontournable qui a au moins le mérite de ne pas perdre le spectateur. En gros, l'ouverture de la séquence pré-générique nous permet d'assister à l'arrivée des poursuivants de Jarod qui arrivent un peu tard puisque l'oiseau s'est déjà envolé vers une nouvelle identité. La suite étant une histoire assez classique où Jarod intègre une nouvelle profession pour y démasquer des criminels ou des meurtriers. La dernière partie de chacun de ces épisodes nous propose immanquablement un montage musical où le personnage principal prépare un plan machiavélique qui permet de piéger le coupable de la même façon que les infortunées victimes : un virologue est infecté par un virus, etc… En gros, le héros applique la loi du Talion, tout du moins d'un point de vue strictement émotionnel, pour faire craquer les criminels.

Une recette immuable qui perdure au delà de cette première saison et qui est la marque de fabrique de la série. Toutefois, comme la plupart des séries télévisées récentes, LE CAMELEON ne se contente pas de ce seul canevas. L'essence même de la série se trouve dans les mystères générés par les origines des personnages. D'où vient Jarod ? Quelles sont les activités réelles du centre ? Quelles sont les motivations réelles des différents personnages ? Car contrairement aux apparences, un grand nombre des protagonistes récurrents de la série ne sont pas exactement tels qu'ils nous sont présentés dès les premiers épisodes. Au fil de la série, il apparaît évident que Jarod incarne le personnage innocent et bénéfique alors que Raines est une figure sombre et maléfique. Entre les deux, il est difficile dès le départ de cerner Sidney, Parker et Broots qui seront bien vite rejoints par un bien étrange Angelo. LE CAMELEON s'ingénie à brouiller les pistes pour préparer son auditoire à toutes sortes de révélations. Complots, traîtrise et revirements de situations étonnants se succéderont dans les quatre et uniques saisons de la série suivis de deux téléfilms. Mais dans les onze premiers épisodes, tout cela n'apparaît pas totalement, finalement la série plante son décor sans trop se presser en distillant sournoisement de maigres informations à glaner au compte-gouttes. Une façon de dresser en toile de fond et discrètement ce qui se révèlera être le cœur de la série.

Sur le papier, ces onze premiers épisodes pourraient se résumer à Jarod devient médecin, policier, garde-côte, pilote de chasse… Un concept qui tournerait vite à la rengaine sur ces onze premières aventures, s'il n'y avait pas la mise en place des intrigues déjà évoquées et une mise en boîte attractive. La mise en scène, sans génie, est plutôt efficace, alors que les acteurs choisis sont parfait dans leurs rôles respectifs. En tête, Michael T. Weiss réussit assez bien à interpréter son rôle de génie ingénu en lui conférant un aspect charmeur. Car si le personnage de Jarod est capable de se glisser dans la peau de n'importe qui, il est resté isolé du reste du monde pendant des dizaines d'années. Il est ainsi une sorte de paradoxe puisqu'il est capable d'incarner un membre d'une brigade de déminage tout en s'émerveillant devant les possibilités d'un jouet (en l'occurrence Monsieur Patate).

Free Dolphin édite la série sous la forme de digipack contenant trois DVD chacun pour la moitié d'une saison. Ce premier volume permet donc de voir les onze premiers épisodes de la première saison. Si le packaging (l'emballage) est très soigné, il faut bien reconnaître que l'absence de suppléments est des plus surprenantes. Pas d'interviews, pas de bandes promo, de Making Of ou quoi que ce soit d'autre ! Les épisodes sont donc retranscrits dans le plus simple appareil avec tout de même le choix du doublage français ou de la version originale anglaise accompagnée de sous-titres. Un feuillet glissé dans le digipack vient tout de même lister tous les épisodes avec, pour chacun d'eux, un résumé.

On sera surpris de découvrir que les épisodes ne sont pas chapitrés. Il est possible d'accéder à chacun d'eux mais à l'intérieur de ceux-ci, il n'y a pas de découpage et ils sont donc d'un seul tenant. L'image en elle-même est en 4/3 d'origine et le reste fort logiquement sur ces DVD. On notera tout de même quelques soucis de compression assez récurrents et plus ou moins décelables selon les épisodes ainsi qu'une définition moyenne.

Les deux pistes sonores sont codées sur deux canaux stéréo. Le doublage française se montre bien peu dynamique et les dialogues sont placées en avant. Par contre, la version originale sonne bien mieux alors qu'il est possible de la décoder en surround ce qui lui confère une plus grande épaisseur que son homologue francophone en simple stéréo.

Si l'on peut regretter l'absence de suppléments ou une qualité vidéo perfectible, la sortie sur DVD de cette série est une bonne nouvelle puisque jusqu'ici elle était totalement inédite sur ce support y compris dans les autres pays. Les enregistrements sur cassette devrait donc laisser la place au confort du DVD pour un archivage et un accès plus simple des différents épisodes.

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
52 ans
10090 news
564 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Des personnages attachants pour une série fort sympathique
Joli digipack
On n'aime pas
Compression de l'image pas toujours discrète
Aucun supplément
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
2 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
THE PRETENDER (Serie) DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
3 DVD
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
8h14
Image
1.33 (4/3)
Audio
English Dolby Digital Stéréo Surround
Francais Dolby Digital Stéréo
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
      • Episodes
      • Le Chat et la Souris
        (Pilot)
      • Chaque tableau a son histoire
        (Every Picture Tells a Story)
      • Pilote de Chasse
        (Flyer)
      • Les Jeux sont faits
        (Curious Jarod)
      • La Pendule en Carton
        (The Paper Clock)
      • Servir et Protéger
        (To Serve and Protect)
      • Un Virus parmi nous
        (A Virus among Us)
      • Le Premier Noël de Jarod
        (Not even a Mouse)
      • Chute Libre
        (Mirage)
      • Question de Courage
        (Better Part of Valor)
      • Equipe de déminage
        (Potato Head Blues)
    Menus
    Menu 1 : CAMELEON SAISON 1-1 (THE PRETENDER)
    Autres éditions vidéo