Header Critique : Jurassic World: Le Monde d'après (Jurassic World: Dominion)

Critique du film
JURASSIC WORLD: LE MONDE D'APRÈS 2022

JURASSIC WORLD: DOMINION 

La série des JURASSIC PARK s'assoupit après JURASSIC PARK III en 2001... Puis renaît en 2015 avec le triomphe mondial de JURASSIC WORLD, second film de Colin Trevorrow après la comédie romantique à petit budget SAFETY NOT GUARANTEED ! Dans JURASSIC WORLD, Raptors, T. Rex et autres ptérodactyles ressortent leurs griffes et leurs crocs pour terroriser les visiteurs d'un parc d'attraction paléontologique. Ce métrage s'avère une belle réussite, en particulier dans sa seconde moité haletante.

En 2017, Colin Trevorrow aborde un projet plus discret avec le drame de la maltraitance THE BOOK OF HENRY, puis se trouve pressenti pour le neuvième volet de la saga de «Star Wars», volet finalement réalisé en 2019 par J.J. Abrams sous le titre STAR WARS: L'ASCENSION DE SKYWALKER.

Pendant que Colin Trevorrow est accaparé par ce projet galactique, il ne peut réaliser la suite de JURASSIC WORLD, bien qu'il en co-écrive le scénario. La mise en scène de JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM échoit au talentueux Juan Antonio Bayona, réalisateur qui nous a ému avec le drame fantastique QUELQUES MINUTES APRES MINUIT et tétanisé avec le film-catastrophe THE IMPOSSIBLEJURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM s'avère un métrage de bonne tenue, avec une seconde moitié se déroulant dans le cadre inattendu d'un manoir, offrant un dénouement brillant, conciliant dinosaures et épouvante gothique !

Colin Trevorrow reprend le poste de metteur en scène pour le troisième volet de cette saga avec JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRÈS. Il y rempile également au poste de scénariste et retrouve le compositeur Michael Giacchino, présent sur les trois JURASSIC WORLD, ainsi que les acteurs-vedettes Chris Pratt (LES GARDIENS DE LA GALAXIE) et Bryce Dallas Howard (THE VILLAGE). Surtout, il fait revenir les trois Stars du JURASSIC PARK originel, pour le plus grand plaisir des spectateurs grisonnants, tout heureux de retrouver les stars de leur adolescence : Sam Neill (L'ANTRE DE LA FOLIE), Laura Dern (SAILOR ET LULA) et Jeff Goldblum (LA MOUCHE) !

Après les incidents du manoir Lockwood, au cours desquels des hordes de dinosaures en tout genre ont été lâchées dans la nature, les humains doivent désormais cohabiter avec toutes sortes d'animaux surgis de la nuit des temps. Ceux-ci ont pour la plupart trouvé refuge dans des réserves naturelles, mais ils sont aussi victimes de trafics en tout genre...

Owen Grady, dresseur d'animaux, et sa compagne Claire, activiste pour les droits des dinosaures, vivent dans une région montagneuse reculée où ils cachent et protègent Maisie Lockwood, une adolescente qui est en fait le clone de la fille de Benjamin Lockwood, fondateur du premier Jurassic Park. Lorsque Maisie est kidnappée, nos héros partent à sa recherche. Parallèlement, dans le Middle West, des récoltes sont dévorées par de redoutables sauterelles préhistoriques. La paléobotaniste Ellie Satler soupçonne un grand groupe agroalimentaire, producteur de semences génétiquement modifiées, d'être derrière cette catastrophe...

La fin ouverte de JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM nous montre des monstres du crétacé s'éparpiller dans le territoire américain. Le Monde Jurassique du titre n'est plus la dénomination ronflante d'un zoo génétique commercial, mais une réalité contemporaine ! Au gré de migrations et des trafics d'animaux, ces créatures se retrouvent aux quatre coins de la planète. Certaines vivent paisiblement dans des sites protégés, comme les parcs naturels américains, d'autres trouvent même leur place dans les villes.

Les héros de JURASSIC WORLD vivent maintenant dans une cabane en pleine Sierra Nevada, Owen pratiquant même la chasse aux dinosaures au gré d'une scène de chevauchée et de capture au goût de western, piochant dans les souvenirs Harryhauseniens de LA VALLÉE DE GWANGI.

Les aventures d'Owen et Claire à la recherche de Maisie, enlevée par des bandits à la solde d'un groupe spécialisé dans l'ingénierie génétique, constituent une première partie substantielle du film. Celle-ci culmine dans une étourdissante poursuite d'action se déroulant à Malte, lâchant dans des rues méditerranéennes des reptiles variés, et en particulier des vélociraptors dressés pour tuer. Cette séquence, qui est le clou du métrage, brasse généreusement des souvenirs du cinéma d'action, de James Bond à Indiana Jones, de Jason Bourne à Mission : Impossible !

En parallèle, les trois vénérables héros du premier JURASSIC PARK mènent l'enquête au sein d'un sanctuaire pour dinosaures fondé dans les Dolomites par un milliardaire excentrique, porteur d'un discours philanthrope trop beau pour être honnête. L'intégration de nos trois vedettes d'origine s'effectue avec succès, en particulier pour Laura Dern et Sam Neill qui s'amusent vraiment à repartir à la chasse aux dinosaures et à jouer aux détectives du dimanche dans un laboratoire géant. 

Le fait que les animaux préhistoriques soient en liberté dans la nature ne signifie pas qu'il n'y ait plus un « Jurassic Park » comme on en trouve dans les cinq films précédents. En effet, la réserve des Dolomites est bien une variante d'Isla Nubar, une zone fermée par des montagnes dans laquelle ont été reconstituées les conditions de vie permettant aux animaux préhistoriques de vivre en paix. Nos aventuriers intergénérationnels se retrouvent précipités dans ce zoo en plein air et vivent alors des aventures dans la continuité de JURASSIC PARK et ses suites.

JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRÈS se montre alors généreux, très généreux, proposant une débauche de dinosaures et de rebondissements, jonglant entre trucages numériques et animatroniques pour offrir au public des péripéties reptiliennes remettant régulièrement l'humain en bas de la chaîne alimentaire !

Et pourtant, malgré sa bonne humeur et sa volonté d'en donner au public pour son argent, JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRÈS ne tient pas la distance. La faute à un récit de plus en plus chaotique comme il progresse, multipliant les personnages et les rebondissements dans le désordre, et finissant par lasser sans réserver de vraies surprises. Avec plus de 2h26 au compteur, JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRÈS semble long, vraiment trop long, recyclant de façon trop systématique des péripéties déjà vues dans la saga.

JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRÈS déçoit et ne s'avère pas à la hauteur de ses deux prédécesseurs. Gros spectacle débordant de monstres préhistoriques et de rebondissements, il n'échappe pas à la répétition et finit par engendrer l'ennui, en particulier dans un troisième acte qui semble ne jamais vouloir se terminer. Le Monde Jurassique de Colin Trevorrow arrive donc à la fin d'un cycle.

Rédacteur : Emmanuel Denis
Photo Emmanuel Denis
Un parcours de cinéphile ma foi bien classique pour le petit Manolito, des fonds de culottes usés dans les cinémas de l'ouest parisiens à s'émerveiller devant les classiques de son temps, les Indiana Jones, Tron, Le Dragon du lac de feu, Le Secret de la pyramide... et surtout les Star Wars ! Premier Ecran fantastique à neuf ans pour Le retour du Jedi, premier Mad Movies avec Maximum Overdrive en couverture à treize ans, les vidéo clubs de quartier, les enregistrements de Canal +... Et un enthousiasme et une passion pour le cinéma fantastique sous toutes ses formes, dans toute sa diversité.
48 ans
1 news
577 critiques Film & Vidéo
1 critiques Livres
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
2 votes
Ma note : -