DVD (2)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos

Posters

Lobby Cards (12)

 FILM INFOS

 Titre original

 BLACKBEARD'S GHOST

 Autres titres

 FANTOME DE BARBE NOIRE, LE
 

 Année

 1968

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Robert Stevenson

 Scénario

 Bill Walsh
 Don DaGradi

 Musique

 Robert F. Brunner

 Acteurs

 Dean Jones
 Peter Ustinov
 Elliott Reid
 Elsa Lanchester
 Joby Baker
 Suzanne Pleshette

 Adapté d'une oeuvre originale de :

 Ben Stahl

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Format Disque

Simple Couche

Durée

102 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Francais

Sous-titrages

English
Francais

 

 SUPPLEMENTS

Aucun

 

 ON AIME

• Peter Ustinov, un Barbe Noire fourbe et hilarant
• Un film bourré d’imagination et d’humour

 ON N'AIME PAS

• Une édition DVD au rabais qui ne respecte même pas le format d’origine

 LOBBY CARDS

 Plus de photos

 
 LE FANTOME DE BARBE NOIRE

 BLACKBEARD'S GHOST

Steve Walker arrive dans la petite ville côtière de Godolphin pour entraîner l’équipe d’athlétisme de l’université locale. Il y découvre également une communauté de vieilles descendantes du célèbre pirate Barbe Noire, auprès desquelles il achète une bassine lors d’une vente aux enchères. En brisant par mégarde le manche de la bassine, Steve découvre un vieux parchemin marqué d’une formule magique. En la lisant par jeu, il invoque le débonnaire fantôme de Barbe Noire, qui le suivra désormais partout et que lui seul peut voir. Comment se débarrasser de cet encombrant pirate en le renvoyant dans l’au-delà ? Tout simplement en l’obligeant à faire une bonne action, comme empêcher l’odieux mafioso Seymour de raser l’auberge des filles des boucaniers pour y construire un casino.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Le cruel Barbe Noire, qui fit régner la terreur sur les caraïbes au début du 18ème siècle avant de finir décapité, est l’un des pirates les plus représentés en littérature ou au cinéma. Souvent (et à juste titre) peint comme un flibustier sanguinaire (comme dans le célèbre BARBE NOIRE, LE PIRATE de Raoul Walsh en 1952), on imagine mal le personnage héros d’un film familial estampillé Walt Disney. C’est pourtant bien «la terreur des mers» qui est invoquée dans ce FANTÔME DE BARBE NOIRE datant de 1968, soit une période de fort rendement de films «live» du studio Disney.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

LE FANTÔME DE BARBE NOIRE convoque d’ailleurs dans son équipe beaucoup d’habitués du studio. Le film est réalisé par Robert Stevenson, qui se consacre définitivement à Disney après le succès de son MARY POPPINS en 1964. Il réalisera aussi quelques opus de la franchise tirée d’UN AMOUR DE COCCINELLE ou encore L’ÎLE SUR LE TOIT DU MONDE qui marquera en 1974 l’essoufflement de cette frénésie de productions «lives». L’entraîneur Steve Walker, le rôle principal, est incarné par l’inusable Dean Jones qui tenait alors régulièrement le haut de l’affiche de nombreux Disney comme la série des COCCINELLE, L’ESPION AUX PATTES DE VELOURS ou encore QUATRE BASSETS POUR UN DANOIS. Dans ce dernier film, Dean Jones donnait d’ailleurs déjà la réplique à Suzanne Pleshette, que l’on retrouve ici dans le rôle de la jolie fille à séduire. Pour incarner la doyenne des descendantes de Barbe Noire, c’est naturellement Elsa Lanchester qui endosse le personnage. A jamais célèbre pour sa performance dans LA FIANCEE DE FRANKENSTEIN de James Whale, Lanchester n’était pas moins récurrente de certains Disney de l’époque.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Outre ce vivier de talents déjà en place, restait à trouver un comédien capable d’édulcorer le personnage de Barbe Noire sans en perdre de sa prestance. C’est le doublement oscarisé (Sir) Peter Ustinov qui enfile le costume du pirate, avec dans l’idée de se décontracter de ses habituels rôles dramatiques. Ustinov cabotine pour notre plus grand plaisir, et nous compose un Barbe Noire filou, immature, copieusement porté sur la bouteille, mais avec un cœur peut-être pas si dur que ça. Un personnage en or pour faire rire les enfants, puisque prompt à toutes les gaffes et transgressions. Barbe Noire se fait un plaisir de martyriser son acolyte d’infortune qui l’a invoqué, en le collant en permanence de son écrasante présence. Juste une bonne action pourrait lui faire trouver le repos éternel, comme être un peu gentil avec autrui ou prodiguer une aide désintéressée… Quelque chose de parfaitement anodin pour le commun des mortels, mais qui semble totalement insurmontable pour notre pirate.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Bien que mettant en scène une figure d’aventurier, LE FANTÔME DE BARBE NOIRE est avant tout une comédie familiale. Si le film ose une ambiance fantastique inquiétante (pour les enfants) dans sa toute première partie, le ton se décomplexe bien vite pour aligner les séquences humoristiques. Comme toutes figures historiques ramenées à une époque qui n’est pas la sienne, Barbe Noire va dans un premier temps s’amuser avec la technologie moderne comme jouer les chauffards avec une voiture puis avec la moto du policier qui tentera de s’interposer. Heureusement, le flibustier va s’adapter très vite à son nouvel environnement (nous épargnant les éternels ressorts du décalage des époques comme LES VISITEURS). Le comique du film est plutôt construit sur l’invisibilité du personnage, hormis pour le personnage principal que tout le monde croit fou à force de s’énerver dans le vide. A l’image de nombreux films mettant en scène «l’invisibilité», le découpage alterne les plans du fantôme en situation et les plans où cette même situation évolue sans que ce dernier soit à l’image. Les effets spéciaux ont beau être sommaires (filins, quelques séquences d’animation en image par image), ils sont exécutés avec suffisamment de savoir faire pour que le charme opère.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Impossible de ne pas convaincre de la réussite de ce FANTÔME DE BARBE NOIRE sans évoquer son moment d’anthologie, à savoir la compétition d’athlétisme où les maigrelets sportifs de Godolphin vont affronter les montagnes de muscles des universités voisines. Malgré les fins conseils de l’entraînement de Steve Walker, l’équipe part bien évidemment perdante d’office. A moins que Barbe Noire n’use de son invisibilité pour inverser le cours des évènements et ainsi effectuer sa bonne action (la victoire de Godolphin, grâce à un pari, épongerait les dettes de ses descendantes) tout en préservant sa réputation de sale pirate (car il s’agit malgré tout de tricher à une compétition). Couper la perche d’un concurrent à coup de sabre avant son saut, traverser le stade avec le javelot de l’athlète local pour lui faire effectuer un incroyable record, ou encore échanger les témoins de la course de relais avec des hot dogs, le film fait preuve d’une imagination communicative à laquelle il est impossible de résister.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Il n’est donc pas nécessaire d’avoir moins de dix ans pour s’amuser des facéties du FANTÔME DE BARBE NOIRE, même si une âme d’enfant reste tout de même conseillée. Le cabotinage jubilatoire de Peter Ustinov emporte toute adhésion, qui plus est au sein d’un film soigné et bourré de rebondissements. Car pour effectuer sa bonne action jusqu’au bout, il ne suffira pas à Barbe Noire de faire gagner l’équipe de Godolphin, mais de déjouer par la suite les plans machiavéliques du mafieux de service en rejouant les gains au casino, puis en affrontant ses hommes de main soudain bien moins téméraires face au fantôme. Un excellent divertissement pour tous les âges en somme, et assurément l’un des Disney «live» de l’époque qui vieillit le mieux.

Photo : FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST)

Malheureusement, Disney n’a visiblement que faire de ces vieilles productions que le studio semble considérer comme du fond de catalogue sans intérêt. LE FANTÔME DE BARBE NOIRE dispose donc d’une édition française similaire à l’américaine, c’est-à-dire piteuse. L’image, plein cadre, ne respecte pas le format d’origine. La copie est de plus granuleuse et peu engageante. Heureusement le disque propose la version originale en plus du doublage français (d’excellente facture), tous deux en mono d’origine et encodés sur deux canaux. Bien évidemment, il n’y a pas le moindre bonus à se mettre sous la dent. Le disque a beau être vendu à bas prix, le film aurait amplement mérité d’être (re)découvert dans des conditions moins brumeuses.

Eric Dinkian

MENUS

FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST) - Menu DVD FANTOME DE BARBE NOIRE, LE (BLACKBEARD\'S GHOST) - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Comédie
Fantôme

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com