Header Critique : GHOSTS OF MARS

Critique du film et du DVD Zone 2
GHOSTS OF MARS 2001

 
ATTENTION : Cette critique est très ancienne et est convertie de manière automatique ! Veuillez nous excuser s'il y a des problèmes d'affichage !


En se rendant dans l'une des colonies martiennes pour y rapatrier le criminel Desolation Williams, un petit détachement policier se retrouve face à une ville fantôme où ils seront rapidement assiégés par de mystérieux agresseurs !

Comme le dit si bien Eric Dinkian dans sa critique du coffret GHOSTS OF MARS, John Carpenter a autant de détracteurs que de défenseurs. S'il reste pour tout le monde l'un des grands réalisateurs du cinéma fantastique, il ne signe pas pour autant des chefs-d'œuvre à tous les coups ! Ainsi, GHOSTS OF MARS est bien loin de rivaliser avec ses meilleures réalisations. Qu'importe, surtout que le cinéaste délivre un film d'une grande énergie et ce n'est pas peu dire !

Y'a t'il matière à analyser GHOSTS OF MARS ? Difficile à dire surtout que le film agit de façon immédiate ! Comme une grosse série B gavée de scènes d'action boostées par une musique agressive. D'ailleurs, à ce niveau, John Carpenter innove puisque s'il utilisait des guitares sur les musiques de ses précédents films, c'est carrément un mur du son qu'il nous balance dans les oreilles. Il s'est d'ailleurs associé pour l'occasion au groupe Anthrax et à diverses personnalités de la "musique qui tue" pour obtenir la partition qui colle parfaitement avec les images. Brutal et guerrier, à l'image des fameux esprits possédant les corps des colons humains ! Voilà qui n'aide pas à trouver un soupçon de subtilité dans GHOSTS OF MARS !

Et pourtant, même si John Carpenter se garde bien de donner de quelconques réponses dans le commentaire audio, il y a de quoi dégager pas mal d'idées intéressantes et même, pourquoi pas, trouver une explication logique à la fin du film ! GHOSTS OF MARS ne s'axe pas comme d'habitude sur un héros masculin. En fait, il présente la conjonction de deux figures héroïques. La première est commune à de nombreux films du réalisateurs avec Desolation Williams (Ice Cube). Anti-héros, criminel et donc paria de la société, on peut le rapprocher sans aucun doute avec le Snake de NEW YORK 1997 jusque dans sa tenue vestimentaire mais tout autant du Wilson de ASSAUT ou du Nada de INVASION LOS ANGELES. Il y a donc des choses qui ne changent pas chez Carpenter. Pourtant, l'innovation provient d'une seconde figure plus atypique en la présence d'une représentante de l'ordre. Quelques héroïnes étaient déjà présentes dans son parcours cinématographique mais jamais au point d'en faire des icônes héroïques. Par exemple, la Laurie Strode de HALLOWEEN n'a rien d'une femme d'action. Au contraire, Melanie Ballard (Natasha Henstridge) joue sur un pied d'égalité avec Desolation Williams. Elle est tout autant une anti-héroïne de par son attitude envers le système mais aussi par le fait qu'elle se drogue pour échapper à l'univers désertique et rouge de Mars. C'est justement la drogue souvent présente dans le déroulement de l'histoire et l'utilisation des flashbacks à outrance qui mène à se poser une question. Après tout, la pauvre Melanie Ballard ne serait-elle pas le jouet d'un abus excessif de substances illicites ? De retour à la réalité, elle se doit ainsi de raconter son parcours à bord du train martien tel qu'elle l'a perçu aux autorités. Une fois l'interrogatoire terminé, elle est renvoyée dans ses quartiers où la logique la mène à abuser une nouvelle fois d'un paradis artificiel qui ramène immédiatement Desolation Williams pour de nouvelles aventures. De quoi continuer vers d'autres univers artificiels que sont les jeux vidéo dont GHOSTS OF MARS adopte rapidement une ambiance très proche dans l'esprit. GHOSTS OF MARS nous présente aussi une société matriarcale d'où l'émergence d'une anti-héroïne. A force de fustiger une société masculine à coups de anti-héros gonflés à la testostérone, il fallait bien montrer une alternative. Dans le futur, les hommes ont laissé la place aux femmes et dans son grand optimisme, John Carpenter nous dit qu'en gros rien ne change ! La supérieure de Melanie Ballard serait un macho abusant de sa position pour obtenir les faveurs de ses subalternes, il n'y aurait pas de différence. A croire que John Carpenter, ou son scénariste, a un compte à régler avec le MLF.

Bien sûr, comme toutes les analyses, et encore plus dans ce type de cinéma, celle-ci est carrément subjective et ne correspond qu'à la vision de la personne qui la rédige. Elle est donc aussi fumeuse que n'importe quelle autre ! C'est d'ailleurs ce qu'en disait Eric Dinkian dans sa critique. Car il est vrai qu'avec un tel emballage de coups de feu et d'explosions, le spectacle se suffit à lui-même ! Ensuite, chaque spectateur se fera son opinion par rapport à ce
qu'il a envie de trouver dans GHOSTS OF MARS (ou n'importe quel autre film !). Emmanuel Denis, autre rédacteur de DeVil Dead, lors d'une discussion avec Eric Dinkian dans un bar nous disait d'ailleurs qu'il n'y avait probablement que les français pour essayer d'analyser de façon aussi pointue les films de Carpenter. De quoi mettre fin à une telle discussion !


En tout cas, GHOSTS OF MARS reste une méchante transposition de l'histoire de ASSAUT (ou de RIO BRAVO, voir la critique de Eric Dinkian) à la surface de Mars. Lorsque l'action s'enclenche, John Carpenter filme ses héros dans des poses héroïques et dans des situations rappelant l'univers du jeu vidéo. GHOSTS OF MARS, c'est un peu comme l'un de ces jeux où l'on défouraille un maximum d'ennemis pour aller d'un point A vers un point B. Plutôt simpliste voire définitivement bourrin mais ultra efficace. Seul problème, John Carpenter en est d'ailleurs bien conscient dans le commentaire audio, les moyens alloués à la production ne sont pas toujours à la hauteur. Pas mal de plans du train le font ainsi passer cruellement pour une maquette. Les effets spéciaux ne sont pas une fin en soi, heureusement. Il est préférable de voir un film aussi bien torché que GHOSTS OF MARS avec ses petits défauts techniques que l'un des Blockbusters sans âme et aux effets irréprochables ! Seul véritable grief, le leader impressionnant de la faction tribale martienne, sorte de croisement de Marilyn Manson et des Cénobites de HELLRAISER, paraît un peu ridicule lors d'un affrontement final bien rapidement expédié !

Le transfert image en format cinéma respecté est très réussi en délivrant une image d'un beau piqué. En ce qui concerne la colorimétrie, il faut bien dire qu'elle ne respecte pas exactement celle vue lors du passage en salle du film. Les dominantes chaudes (principalement le rouge) y était bien plus appuyé alors qu'ici l'image aurait tendance à virer vers des teintes verdatres ce que l'on peut facilement discerner dans les contours d'éléments clairs. Un problème qui ne gâche pas pour autant la vision du film.

Déjà évoquée, la bande musicale de GHOSTS OF MARS prend une gigantesque ampleur en 5.1 sur le DVD. De quoi s'en prendre plein les oreilles tout en arborant un grand sourire. Le reste de la bande-son étant tout aussi réussi, on ne peut qu'applaudir des deux mains ou headbanger (agiter la tête d'avant en arrière) selon ses affinités ! Pour peu que vous soyez équipés en DTS, cela devient grandiose puisque le gain en dynamique est plus que notable. De quoi se fâcher avec ses voisins à moins d'écouter en sourdine ce qui serait un sacrilège !

Un commentaire audio de John Carpenter, des bandes-annonces, des photos, des Making Of en veux-tu en voilà ! De quoi passer plusieurs heures à visionner tout cela et voir le cinéaste au boulot que ce soit sur le tournage ou au moment de la création de la musique. Ajoutez à cela de petites interventions de John Carpenter exclusives, paraît-il, au DVD français et on serait à même de se plaindre que tout cela ne soit pas inséré dans un coffret collector ! Euh ? En fait, pour les plus accros, il existe bel et bien une édition en coffret du film sortie au même moment que le double DVD ! D'ailleurs, Eric Dinkian qui en a fait la critique vous parlera plus en détail des bonus contenus sur les deux disques. Précisons tout de même que les seules différences qui peuvent exister entre le coffret et l'édition double DVD sont à vrai dire en dehors des disques eux-mêmes. Le coffret ajoute un packaging luxueux, un gros livre sur John Carpenter et le CD audio de la musique du film. En dehors de cela, les DVD sont identiques et ne changent
absolument pas. Le coffret, dont vous parle Eric Dinkian dans sa critique, s'adressera bien évidemment en priorité aux fans, leur permettant d'ajouter une belle pièce à leur collection.

GHOSTS OF MARS n'est pas l'une des meilleures réussites de John Carpenter. Il n'en reste pas moins un spectacle bourrin et jouissif que ce double DVD rend encore plus appréciable ! Que vous vous posiez des questions ou pas, le trip martien de Carpenter est bien plus excitant que les MISSION TO MARS et autre PLANETE ROUGE vus récemment.

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
51 ans
9996 news
562 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Le film
John Carpenter
De nombreux bonus
On n'aime pas
Une belle édition en dehors d'un petit problème sur la colorimétrie
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
5,65
17 votes
Ma note : -
Autres critiques
L'édition vidéo
GHOSTS OF MARS DVD Zone 2 (France)
Editeur
Film Office
Support
2 DVD
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h34
Image
2.35 (16/9)
Audio
English DTS 5.1
English Dolby Digital 5.1
Francais DTS 5.1
Francais Dolby Digital 5.1
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Introductions de John Carpenter
    • Commentaire audio de John Carpenter et Natasha Henstridge
      • Making-of
      • Red Desert Night (16mn50)
      • SFX Section (6mn28)
      • Scoring Ghosts Of Mars (6mn20)
      • Featurette (6mn06)
      • Galerie de photos
      • Dessin de pré-production et Photos de plateau
      • Projets d'affiche
      • Filmographies et interviews
      • John Carpenter (1mn58)
      • Natasha Henstridge (1mn12)
      • Joanna Cassidy (0mn52)
      • Jason Statham (1mn02)
      • Clea Duvall (0mn50)
      • Ice Cube (0mn42)
    Menus
    Menu 1 : GHOSTS OF MARS
    Autres éditions vidéo