Header Critique : WIG, THE (GABAL)

Critique du film et du DVD Zone 2
THE WIG 2005

GABAL 

Su-hyun suit une chimiothérapie qui l'affaiblit et lui fait perdre ses cheveux. Lors d'un léger mieux, elle quitte l'hôpital pour s'installer chez sa soeur qui lui offre une perruque. Si le cadeau semble bénéfique de prime abord, le comportement de Su-hyun va changer graduellement...

Partant du principe que les spectres asiatiques sont le plus souvent représentés avec de longs cheveux noirs, THE WIG pousse le concept jusqu'à placer le catalyseur de son intrigue dans une perruque. Dès le départ, cela sent la parodie mais le film de Shin Yun Won ne prête pas à la rigolade. En effet, complètement sérieux, le film développe avant tout des thèmes et sujets dramatiques. Le réalisateur et scénariste va donc nous dépeindre le parcours de deux soeurs face à la maladie de l'une des deux. Dépourvue de cheveux à cause de son traitement, Su-hyun dépérit sous le regard impuissant de sa soeur. A l'évidence, c'est surtout ce qui intéresse le cinéaste tant l'intrusion d'éléments horrifiques et surnaturels semblent parfois quelque peu déplacé ou carrément tiré par les cheveux (bien sûr)...

Ce qui paraît le plus réussi dans le traitement de THE WIG, c'est cette idée de vouloir imager la maladie comme lors de ce passage, pour le moins étrange et atroce, où les médicaments prennent littéralement la tête de l'héroïne. Au contact de la perruque, la jeune femme paraît revivre et se transformer. Sans l'absence de sa chevelure, signe le plus évident de son mal intérieur, la jeune femme reprend ainsi confiance en elle. Mais, à vrai dire, si le film évoque bien cela, c'est pour enchevêtrer assez maladroitement une intrigue fantastique à l'histoire d'une cruelle rémission. Imageant les derniers instants de bonheur et de douleur des deux femmes face à l'inéluctable issue de la maladie, le film se fourvoie dans une poignée de rebondissements difficiles à démêler jusqu'au dénouement final quelque peu embarrassant.

Sans vouloir vous déflorer les surprises qui émaillent THE WIG, l'intrigue brasse des histoires de jalousie, d'adultère et d'homosexualité le tout concentré à l'intérieur du postiche chevelu. On n'oubliera pas non plus de nous proposer une genèse à cette perruque maléfique. L'occasion de nous balancer une scène douloureuse mettant en scène une machine à coudre. Simple comme bonjour, le procédé renvoie à d'autres incidents fortuits qui viennent donner vie à des créatures malfaisantes (DRACULA ET LES FEMMES, THE MANGLER...). Mais avant de découvrir cet «incroyable» passage, nous aurons pu assister à une vision horrifique dans un bus (?), à un accident de voiture très DESTINATION FINALE, au troublant comportement à la BASIC INSTINCT de l'héroïne dans une boîte de nuit franchement ringue ou encore à une vengeance capillaire dans des toilettes publiques !

La vision de THE WIG est donc des plus curieuse puisque Shin Yun Won emballe son film à la façon d'un mélodrame languissant et, de temps à autres, nous sort quelques séquences choc pour bien nous rappeler que nous sommes dans un film d'épouvante. Peine perdue car on aura du mal à adhérer au drame où surgissent des visions d'horreur ou bien à rester éveillé en attendant la révélation finale qui s'avère à côté de la plaque. Alors bien sûr, Shin Yun Won soigne sa mise en scène et s'amuse à jouer avec les points de vue comme ce plan où un verre d'eau se remplit ce qui inverse la position du personnage grâce à un effet d'optique. Soit, l'emballage est élégant et recherché mais plus qu'un spectre, c'est surtout l'ennui qui guette le spectateur.

Le DVD français de THE WIG présente le film avec une image au format cinéma respecté (1.85) pourvue d'un transfert 16/9. Dans l'ensemble, le résultat est probant mais la compression se fait tout de même sentir lors des passages plus difficiles à retranscrire. Proposé au choix en version originale sous-titrée ou avec son doublage français, THE WIG en fait des tonnes ! Des effets en veux-tu en voilà viennent s'immiscer de façon très efficace dans ce mélodrame à l'ambiance feutrée. S'il y a bien de quoi sursauter à la vision de THE WIG, ce sera donc grâce à ses efficaces bandes sonores. Mais notons que ne décryptant absolument pas le coréen, on restera dubitatif devant une traduction du sous-titrage indiquant "Calme toi et regarde moi". Phrase lancée à un personnage passablement choqué mais surtout vraiment amorphe !

Pas grand chose à épouiller dans la section des suppléments puisque l'on n'y trouvera aucune information pertinente quant à la création du film ou encore à propos de ce qui a pu inspirer le réalisateur et scénariste de THE WIG. En fait, le Making Of se réduit à un bout d'introduction de l'une des actrices chopée rapidement entre deux prises. Celle-ci nous dressant le portrait de son personnage ce qui est totalement inutile puisqu'elle sort des banalités que nous avions bien eu le temps de comprendre en regardant le film. Cette petite introduction est suivie d'une poignée d'images de tournage sans aucun commentaire. A part voir l'équipe technique s'affairer, les acteurs se démener, des bouts d'effets spéciaux ou la pause déjeuner, on y apprend rien ! A côté, on pourra encore visionner la bande-annonce, contenant quelques plans non présents dans le film, et des Teasers qui ressemblent tout de même bien plus à des spots télévisés. Du côté de la Corée, le DVD du film contenait un commentaire audio, plusieurs Featurettes, une galerie de photos mais aussi un court-métrage du même réalisateur et titré « Laundry Machine ». Ne l'ayant pas vu, on se gardera d'extrapoler sur la possibilité d'une machine à laver hantée !

En arrivant tardivement après la déferlante de fantômes asiatiques, THE WIG va avoir du mal à convaincre. Sans la poésie particulière d'un MEMENTO MORI, l'efficacité d'un JU-ON : THE GRUDGE ou encore, et surtout, l'implacable rigueur de THE RING, le film de Shin Yun Won ennuie en essayant, sans y arriver réellement, de mêler film d'auteur et d'horreur.

Rédacteur : Antoine Rigaud
2023 ans
4 news
635 critiques Film & Vidéo
2 critiques Livres
On aime
Réalisation élégante
On n'aime pas
Un métrage ennuyeux et à double personnalité
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
1 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
GABAL DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Double couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h38
Image
1.85 (16/9)
Audio
Korean Dolby Digital 5.1
Francais Dolby Digital 5.1
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Making Of (8mn10)
    • Bande-annonce
    • Teaser 1
    • Teaser 2
    Menus
    Menu 1 : WIG, THE (GABAL)
    Autres éditions vidéo