DU CINEMA TAMOUL DANS LA BOUCLE (TEMPORELLE)

25 novembre 2021 
DU CINEMA TAMOUL DANS LA BOUCLE (TEMPORELLE)

Voilà maintenant que depuis quelques années, les vendredis, puis les jeudis, sont guettés de près par les cinéphages français passionnés de cinémas indiens. La raison ? Ils sont jours de sortie sur nos grands écrans, pour quelques films, simultanément à leur apparition dans leur pays d'origine.

Et ce jeudi 25 novembre ne dérogera pas à la règle, avec un atout de taille pour nos lecteurs de DevilDead. La sortie tamoule du jour appartient en effet au thème dans l'air du temps de la boucle temporelle. MAANAADU de Venkat Prabhu enferme donc un officier de police et un garde du corps dans la répétition d'une tentative d'attentat perpétrée lors d'un meeting politique. Une occasion prétexte pour traiter de biais les habituelles préoccupations de corruption et de déliquescence sociétale propres à une bonne part de la cinématographie tamoule ? A vérifier sur place, dans les nombreuses salles de la région parisienne et de province, qui nous font l'honneur d'accueillir ce thriller de SF, projeté en VO sous-titrée français. Et ceci grâce au travail et à la passion de distributeurs impliqués, ne l'oublions pas.

Pour les réfractaires par automatisme au cinéma indien, rappelons que les films de genre en provenance du Tamil Nadu, Inde du Sud-Est, se différencient assez radicalement de ceux issus des studios de Bollywood. Ici, au mélodrame comme au genre du "gros bras" teinté de patriotisme, on préfère une approche plus violente et "terrienne" des soucis qui secouent une bonne partie de la société locale. Il reste certes ces présentations souvent amusées de personnages secondaires, ces scènes de coup de foudre naîves et enjouées, mais vite balayées par un retour aux affaires. Et puis petit à petit, au cours des dernières années, pour satisfaire à un public de plus en plus imprégné de bandes américaines, les traditionnels numéros dansés ont fini par disparaître, sauf exceptions notables. La musique a toujours autant d'importance, mais pour illustrer certains passages, telle un chœur antique, ou comme le ferait une voix off en d'autres contrées.

Pour finir, un mot sur le réalisateur : Venkat Prabhu n'est pas inconnu de nos services, puisque qu'auteur en 2015 de MASSS, variation pour le moins inattendue mais efficace du FANTOMES CONTRE FANTOMES de Peter Jackson. On peut d'ailleurs en retrouver une mini chronique ici-même : MASSS, news du 4 juin 2015, datée de sa sortie d'alors.

Rédacteur : Laurent Savoy1
2022 ans
8 news
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire