DVD (3)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos (1)

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 SETTA, LA

 Autres titres

 SECTE, LA
 DEMONS 4
 SECT, THE

 Année

 1990

 Nationalité

 Italie

 Réalisation

 Michele Soavi

 Scénario

 Gianni Romoli
 Michele Soavi
 Dario Argento

 Musique

 Pino Donaggio

 Acteurs

 Kelly Curtis
 Herbert Lom
 Mariangela Giordano
 Michel Adatte
 Carla Cassola
 Giovanni Lombardo Radice

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Le Chat qui Fume

Format Disque

Blu-Ray (Double Couche)

Durée

117 minutes

Format Image

Format Sonore

Anglais

Italien

Fran�ais

Sous-titrages

French

 

 SUPPLEMENTS

 •Entretien avec Michele Soavi (20mn09 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Giovanni Lombardo Radice (12mn17 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Raffele Mertes (27mn53 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Gianni Romoli (35mn19 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Pino Donaggio(12mn04 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Massimo Antonello Geleng (23mn04 VO - 1080p - 1.78:1 DTS HD MA 2.0)
 • Entretien avec Fabrizio Spurio (25mn18 - 1.78:1 - 1080p- VOstf - DTS HD MA 2.0)
 • Film annonces
 • GATTI ROSSI IN UNO LABIRINTO DI VETRO (2mn38)
 • THE CHURCH (2mn01)
 • LA ROSE ECORCHEE (2mn58)
 • LA SAIGNEE (3mn21)
 • AMOUR ET MORT DANS LE JARDIN DES DIEUX (2mn30)
 • COME CANI ARRABIATI (3mn50)

 

 ON AIME

• Une édition extrêmement riche en bonus
• Une belle HD

 ON N'AIME PAS

• Un film bordélique et trop long

 VIDEOS

 film annonce VO anglaise

 

 POSTERS

 
 LA SECTE

 LA SETTA

Aprs le succs de SANCTUAIRE, Dario Argento propose le sujet d'un nouveau film Michele Soavi. D'abord partis sur une adaptation moderne du Golem, ils se dirigent finalement vers le projet de LA SETTA (LA SECTE), produit par Dario Argento pour le compte de Mario & Vittorio Cecchi Gori et de Silvio Berlusconi Communications - et ralis par Michele Soavi. La sortie du film en 1991 fut partiellement rate, et le film ne bnficia que d'une sortie en VHS en France. Aprs plusieurs Blu ray sortis ces dernires annes, dont l'dition Koch Media en Allemagne, Shameless au Royaume Uni et Scorpion aux USA (et en attendant celle sortie par Cecchi Gori en Italie), le film arrive en France par le biais du Chat Qui Fume, dans un combo Blu Ray et DVD.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Une jeune professeure des coles nomme Miriam (Kelly Curtis) renverse par accident un vieillard (Herbert Lom). Elle dcide de l'hberger chez lui, mais celui-ci meurt dans d'tranges conditions, ayant dcouvert un puits au sous-sol de sa maison. Des vnements tranges vont alors se dclencher, la rendant cible d'une secte satanique.

Les lments stylistiques dcouverts dans BLOODY BIRD, renforcs dans SANCTUAIRE se trouvent dcupls ici dans LA SECTE. Mme si l'on sent l'influence vidente de Dario Argento, Michele Soavi admet avoir bnfici d'une certaine libert sur le tournage. Ce qui lui permet d'exprimenter au maximum sa capacit de cration, tout comme les volutions techniques (comme l'Innovision, entre autres). La garantie d'une salve de plans tarabiscots, l'utilisation de steadycam fluide foison (dj bien prsente dans SANCTUAIRE) et d'adopter des points de vue radicaux. L se trouve la grande force du film, son indniable tranget visuelle. Une vision endoscopique de l'horreur.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Soavi transforme ses lans fantasmagoriques en bouillonnement cauchemardesque pour son hrone, une Kelly Curtis (soeur de Jamie Lee) qui se prte de bonne grce au jeu. Et tous les assauts que lui fait subir le ralisateur. D'un simple pont de vue technique, il s'agit d'une grande russite. Tant au niveau de la photographie orchestre par Raffaele Mertes (qui enchana par ailleurs sur TRAUMA de Dario Argento), des sources de lumires ingnieusement diffuses. Les choix d'influences de lgendes celtes impriment un ailleurs rarement vu, sauf peut tre aux rfrences paennes de THE WICKER MAN. Dont les influences se font d'ailleurs sentir ici. De rveries nimbes en prsence permanente de l'lment aquatique comme berceau primal? il existe une vritable logique crative insuffl LA SECTE, avec des transgressions curieuses. Et l'instar de SANCTUAIRE, un nouvel acte sexuel contre-nature, cette fois-ci entre une femme et un marabout. Jamais Argento et/ou Soavi n'avaient t aussi loin dans le bizarre et l'anxiogne.

Malheureusement, ce vent de libert fait partir le film dans tous les sens. Ce qui le lance dans les trfonds d'une incohrence et d'une longueur qui parachvent un manque de focalisation du rcit. En coutant leurs auteurs, les volonts et influences tombent sous le sens. A la vision du film, c'est beaucoup moins vident. Alors que le cadre semble vouloir s'chapper de certains strotypes, l'criture tombe dans un travers d'iconographie et de thmatiques obscures. Qu'il s'agisse de la scne d'ouverture avec son simili-Charles Manson et (videmment) des bikers satanistes, qui finiront en cuir (et petite touche homosexuelle au passage pour tre complet). A plus d'un gard, Soavi annonce presque LE MAITRE DES ILLUSIONS de Clive Barker, tant l'imagerie et les thmes se rejoignent.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

D'un autre ct, c'est comme si Argento avait voulu refaire SUSPIRIA et laiss la bride Soavi pour en faire son bb sotrique et en mode satanique full force. En pleins fondements eschatologiques, on retrouve des traces de l'oeuvre de 1976. Hormis la base de sorcellerie, s'y adjoignent la scne des vers dans le lit, ou le visage de Frank (Michel Adatte) qui s'crase contre la vitre en pleine nuit devant le visage terrifi de Miriam - qui renvoie celle identique du dbut de SUSPIRIA. Soavi admet des relents de ROSEMARY'S BABY- on y trouve plus que cela, savoir un quasi dcalque. On y trouve aussi du recyclage d'INFERNO, via l'clipse solaire et la naissance du mal, son ouverture vers l'eau en sous-sol, etc.

Ce catalogue rfrentiel se mlange de scnes malheureusement bien superflues, comme celle du mtro (coucou DEMONS) ou mme le prologue, dans une moindre mesure. Ce qui devrait accompagner l'tranget de l'entreprise, le tire vers le ridicule. Le lapin magique, a va bien deux minutes. Le coup de la tlcommande avec Soavi qui apparait en magicien? on comprend l'allgorie de la proie lapin/Curtis mais rien ne justifie d'en faire une fixation. La pauvre Mariangela Giordano ne russit pas rendre effrayante l'attaque du linceul - bien au contraire, c'est un peu le rire qui gagne. La symbolique lourde prend parfois le pas sur le simple clin d'oeil (le Manson de service s'appelle Damon et cite Sympathy for the devil). Les hippies sont tous blonds et innocents, comme par hasard, vs les attaquants de noir vtus? Et la squence de l'arrachage du visage hlas tombe plat, faute de crdibilit des effets spciaux.

De cette criture bordlique s'accompagne un sacr problme de rythme pour tenir presque deux heures. A tel point que de partir quelques minutes de la vision du film ne dessert en rien la comprhension de l'ensemble, trop dcousu. Il s'agit d'un tel casino filmique foutraque - dfiant toute logique. Et pour couronner le tout, une repoussante partition musicale lectro-zigouigoui de Pino Donaggio, appuyant le ct extrmement dat de son travail.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Mais indniablement, Soavi forgeait son style - sous l'oeil concupiscent de son producteur. Et de ce presqu'ultime soupir cellulodal horrifique transalpin nait une oeuvre viscralement originale. Ne serait-ce que par tenter de digresser de la formule des rcits horrifiques sataniques - son atmosphre cauchemardesque rarement vue. Comme un genre bout de souffle, recherchant la renaissance dans les excs.

1991 marquait la fin de la grande poque du cinma de genre l'italienne. Lucio Fulci, Sergio Martino et Lamberto Bava taient passs la tlvision avec plus ou moins de succs. Argento, seul contre-exemple de longvit cinmatographique, entama progressivement sa phase descendante auprs du public. Les films de genre n'taient plus de ce monde. LA SECTE scella quelque part le destin, via un chec public et critique. Dommage.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Grce aux efforts du Chat Qui Fume, le film est dsormais disponible en digipack qui s'ouvre en trois volets, une marque de fabrique de l'diteur franais. Couverture luxueuse, qui tranche habilement avec les visuels connus du film. LA SECTE se trouve sur un Blu Ray 50GB (et un DVD-9 pour le film, puis un second pour les bonus), 1080p, au format respect 1.85:1 et d'une dure complte de 116mn44 (116mn36 pour le DVD). Cod rgion B, et zone 2 pour le DVD, l'ensemble est tir 1 500 exemplaires.

Un menu anim propose la slection au film, les versions, les supplments, mais sans accs chapitr. A noter lia prsence de 2 DVD: le premier contenant le film et les 3 pistes audio, ainsi que 2 supplments (le ralisateur puis l'historien Fabrizio Spurio), le second avec le reste des bonus. On notera une navigation facilite dans les sous-menus, offrant une exprience interactive intressante.

Ceux qui gardent en mmoire les annes VHS, voire le pnible DVD italien peuvent se rassurer: le passage la HD est une russite. Le Blu Ray au dbit rgulier offre des dtails clairs sur les gros plans des visages (voire ceux de la victime au visage arrach, entre autres), une robustesse des couleurs et stabilit de l'image. Mais une gestion des zones ombres alatoire en fonction des plans. Les choix d'clairages et de photographie transparaissent superbement l'cran - qu'il s'agisse de la scne du prologue entre Damon et le petit enfant en extrieurs, perclus de lumire ou celles, finales, dans le puits. Pas de traces de poussires ou griffures, et le grain reste palpable malgr tout. Plutt prcis dans son ensemble, un bel effort qui apparait largement suprieur aux ditions anglaise ou allemande.

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Pour les audiophiles, 3 pistes sonores. Toutes non compresses DTS HD MA 2.0 (et Dolby Digital 2.0 pour les DVD). On mettra de ct de suite la piste franaise, la moins qualitative de toutes. Pas mal de souffle, un rendu brut manquant de prcision, sans mentionner un doublage assez pouvantable. Ds les premires images, certains bruitages sont absents (comme le clapotis de l'eau), ce qui se confirme par la suite. Les allergiques aux sous-titres et langues trangres pourront ventuellement s'y rabattre, mais la meilleure exprience pour les oreilles se trouve en compagnie des deux autres options. On prfrera le mixage italien, avec une meilleure clart audio des lments de bruitages, musique et dialogues. La piste anglaise possde des dialogues bien plus en retrait des effets sonores et de la musique, s'agissant de l'inverse pour la piste italienne. Mais tout reste affaire de sensibilit. Les sous-titres franais optionnels font le reste. A noter que le choix de les actionner ou pas s'effectuera depuis votre tlcommande, le menu des disques n'offre pas cette possibilit.

Concernant les supplments, pour qui s'tant port dj acqureur de SANCTUAIRE chez le mme diteur, verra une reprise de quelques lments - tout comme la continuit du contenu de certains intervenants. La compltude des artistes interviews forcent le respect car couvre quasiment tous les aspects techniques, de jeu et/ou narratifs du film.

Michele Soavi navigue De l'alchimie l'sotrisme pour replacer LA SECTE dans son contexte historique. Ses influences, sa manire de travailler, son souhait de s'approprier la camra (au grand dam du camraman!). Une trs belle vision d'artiste accompli, arriv maturit. (version italienne avec stf)

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

La srie d'entretiens se poursuit via La Lumire au fond du puits , avec le directeur de la photographie Raffaele Mertes. L aussi, un segment captivant en compagnie d'un artiste qui dtaille avec prcision les enjeux techniques et ses trouvailles afin de pouvoir faciliter le travail du metteur en scne. Ses explications apparaissent d'autant plus remarquables qu'elles montrent quel point le spectateur peut se trouver des annes lumires de ce que la mise sur pellicule d'un simple plan peut reprsenter comme somme collective de travail. Superbe interview, essentielle la comprhension technique du film. (version italienne avec stf)

Le chef dcorateur Massimo Antonello Geleng nous plonge Dans le Puits. Incroyable de constater quel point FRAYEURS de Lucio Fulci fut un point de dpart pour beaucoup des intervenants de ces supplments. Geleng n'chappe pas la rgle! L aussi, des souvenirs prcieux du travail ralis: utilisation des studios De Paolis pour la reconstitution du puits et des lments aquatiques inhrents au film, complexit des dcors, difficults rencontres? bonne ide de prciser le monologue de Geleng avec les images du film pour le rendu de son travail. Il intervient galement sur ses interactions avec les acteurs, le producteur, Sergio Stivaletti? mais pas toujours en rapport avec son mtier propre. (version italienne avec sous-titres franais)

Giovanni Lombardo Radice, toujours aussi exubrant et prcis dans ses souvenirs, complte les lments dj avancs dans son intervention prsente dans SANCTUAIRE. Son amiti avec le ralisateur mais surtout, le travail effectu sur son court rle. Anecdotes, manire d'apprhender le rle, Radice reste dfinitivement un trs bon client pour la camra. A noter les toujours trs bonnes ides du ralisateur du bonus, Federico Caddeo, d'effectuer du split screen pour mettre en valeur les lments avancs par l'acteur, et le rsultat l'cran. (version italienne avec sous-titres franais).

Photo : SECTE, LA (LA SETTA)

Ensuite, embarquement sonore pour une Dario Argento Experience avec le maestro Pino Donaggio. Qui retrace sa collaboration avec Dario Argento depuis DEUX YEUX MALEFIQUES et que, visiblement, tout passait par lui. Y compris sur LA SECTE, le compositeur ne se souvenant pas s'il a un jour rencontr Soavi! En complment de ses inspirations, il parle clairement d'exprimentations lectroniques avec les synthtiseurs pour le film, qu'il n'a plus jamais fait par la suite (heureusement car il s'agit clairement d'une de ses pires partitions!). En italien avec sous-titres franais.

Avec Requiem pour un genre , le co-scnariste Gianni Romoli revient de manire extensive sur la gense et le processus d'criture. Passionnant, surtout pour un auteur qui s'est ensuite, comme Soavi, loign du cinma de genre. Il est en effet aujourd'hui le collaborateur attitr de Ferzan Ozpetek, l'un des cinastes les plus en vogue du cinma italien de ces dernires annes, plutt en registre comdie dramatiques et drames. Il dconstruit avec intelligence les lments de narration, personnages, thmes - et ses apports quant au produit fini. Prcisant le travail effectu par Argento (l'criture du prologue et le contrle sur le film) ainsi que sa collaboration avec Soavi. (version italienne avec stf)

Pour terminer, un entretien avec Fabrizio Spurio, historien de cinma, qui tente d'apporter une perspective nouvelle de lecture. Intressant mais faisant quelque peu redite par rapport aux composantes indiques par les diffrents intervenants prcdents. (version italienne avec stf)

Cette dition complte se termine avec une srie de films annonces des titres disponibles chez l'diteur. Un tel panorama fait de ce digipack 3 disques une dition trs recommande!

Francis Barbier

MENUS

SECTE, LA (LA SETTA) - Menu DVD SECTE, LA (LA SETTA) - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com