Souvenirs de Midi-Minuit Fantastique

  Avant "Midi-Minuit Fantastique"

Si "Midi-Minuit Fantastique" est la première revue française dédiée au cinéma fantastique, cela ne veut pas dire que, auparavant, rien n'a été publié sur ce sujet. Dès les premières années de l'après-guerre, l'écrivain Boris Vian et le dessinateur Jean Boullet, deux personnalités de Saint-Germain-des-prés, proposent trois numéros d'une revue non-conformiste : "Saint-Cinéma des Prés", dans laquelle ils défendent l'idée d'un cinéma tourné vers la fantaisie et le surréalisme. Ado Kyrou, un autre surréaliste, publie en 1952 la première version de son livre "Le surréalisme au cinéma". Cet ouvrage véhément, maintes fois réédités jusqu'à nos jours, ouvre largement ses pages au cinéma fantastique allemand et américain de l'entre-deux-guerres. Lotte Eisner, ancienne assistante de Fritz Lang, commence à rédiger des textes retraçant l'aventure du cinéma allemand des années 20 et 30. Un cinéma qui inclut de nombreux titres fantastiques et expressionnistes. Elle publie ainsi en 1952 la première mouture de son ouvrage de référence sur le sujet : "L'écran démoniaque".

"Le surréalisme au cinéma" d'Ado Kyrou,
réédition de 1985 chez Ramsay Poche Cinéma.
Illustration du film SEA WIFE de Bob McNaught.
"L'écran démoniaque" de Lotte Eisner,
réédition de 1981 chez Eric Losfeld.
Illustration de FAUST de Murnau

En 1953 Eric Losfeld lance la revue "Bizarre", rapidement récupérée par l'éditeur Jean-Jacques Pauvert. Cette revue tournée vers le surréalisme donnera régulièrement la parole à des amateurs de cinéma fantastique. Y compris au gré d'un numéro spécial, dédié à quatre grands noms du fantastique américain, dont nous vous reparlerons plus loin. Ne brûlons pas les étapes !

Le véritable coup de tonnerre, celui qui va tout déclencher, il viendra de la revue "Cinéma", orientée très à gauche, qui propose en 1957 un numéro d'été "Spécial Fantastique". Ce numéro présenté dans un format proche du folio, propose, sur ses 144 pages, 126 uniquement dédiées à l'étrange et à l'insolite ! En couverture, nous reconnaissons Henry Hull dans son interprétation dans LE MONSTRE DE LONDRES, une production Universal. La quatrième de couverture, elle, met en scène le métalunien du film de science-fiction LES SURVIVANTS DE L'INFINI.

Il s'agit d'un numéro d'été, qui se veut avant tout léger et divertissant. Néanmoins, nous y trouvons déjà beaucoup de choses qui seront les bases des revues de cinéma fantastique à venir. D'abord, l'iconographie est pléthorique, souvent superbe. Nous y retrouvons les signatures de Jean Boullet, Ado Kyrou ou Lotte Eisner, et nous rencontrons celles de Raymond Borde, futur collaborateur de "Midi-Minuit Fantastique". On nous parle d'un film alors rare et très méconnu, qu'il faut absolument découvrir : FREAKS ! Des pages et illustrations sont consacrées à la création des effets spéciaux. Déjà, au détour d'une photo, nous croisons des monstres géants japonais. Déjà, on ose dire que KING KONG est un chef-d'œuvre - mais on passe encore pour un original un peu excentrique. Et déjà, on se pose une question qui taraude, aujourd'hui encore l'amateur du genre : "Y-a-t-il un cinéma fantastique français ?".

Dès lors la machine est lancée. Inspiré par cette expérience, un américain nommé Forrest J. Akerman lance en 1958 sa revue "Famous Monsters Of Filmland", dédiée aux grands monstres du cinéma fantastique hollywoodien de l'entre-deux guerres, aux Frankenstein, aux Dracula, et à tous les loups-garous ! Un bestiaire que les jeunes spectateurs américains découvrent alors grâce à des rediffusions à la télévision. Un bestiaire qui, à la même époque, refait surface dans les studios anglais de la Hammer ! Dans sa foulée apparaissent d'autres titres américains destinés à la jeunesse, tels que "Spacemen" ou "Mad Monsters" - ce dernier inspirera, peut être, à Jean-Pierre Putters le titre de son fanzine, en 1972... "Mad Movies" !

Dans les années 80, Forrest J. Ackerman pose
avec son exemplaire du mythique "Cinéma 57" spécial fantastique,
qui lui a donné l'idée de créer la première revue de cinéma fantastique régulière :
"Famous Monsters of Filmland" en 1958 !
Couverture du quatrième "Famous Monsters of Filmland",
qui, en 1959, consacre sa couverture au Martien
de LA GUERRE DES MONDES.

En France, sort, chez les catholiques éditions du Cerf "Images de la science-fiction", un livre de Jacques Siclier et A.S. Labarthe. Charles Pornon écrit "Le rêve et le fantastique dans le cinéma français", avant tout consacré à notre production nationale. Michel Laclos publie chez Jean-Jacques Pauvert "Le fantastique au cinéma". Jean Boullet continue à écrire des textes sur le cinéma fantastique au sein d'"Aesculape" ou de "Bizarre". Des revues de cinéma généralistes comme "Présence du Cinéma" ou "Positif" consacrent des pages à l'horreur et à la science-fiction.

"Images de la science-fiction" de J. Siclier et A.S. Labarthe,
aux éditions du Cerf, 1958 ;
visuel LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA de Robert Wise
"Le rêve et le fantastique dans le cinéma français" de Charles Pornon,
chez la Nef de Paris, 1959.
Illustration : Maria Casares dans ORPHEE de Jean Cocteau.

SUITE

 Dossier réalisé par Emmanuel Denis.

 Remerciements à Jean-Claude Romer.

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com