NEWS SUIVANTES



 NEWS PRECEDENTES



 PIFFF 2015 : MERCREDI 18 NOVEMBRE
   
News de DeVilDead Team publiée dans [Festival/Evénement]
le Jeudi 19 Novembre 2015 à 4:21:38

Pour sa premire journe de comptition, le PIFFF dmarrait plutt bien avec CURTAIN de Jaron Henrie-McCrea. Pourtant, le film tait, sur le papier, plutt inquitant avec son histoire de rideaux de douche et de dangereuse salle de bains. Contrairement aux apparences, CURTAIN n'est donc pas une simple blague potache. Aussi trange que puisse tre son sujet, les auteurs de CURTAIN mettent en place une trange intrigue qui se tient plutt bien tout en s'adonnant un exercice d'quilibre assez os entre horreur, humour noir et drame social. Mais CURTAIN prouve surtout qu'il est possible de faire un film taill pour le grand cran avec des moyens plutt restreints. Pour cela, il suffit d'un peu de talent pour l'criture et la ralisation sans oublier de regrouper une poigne de bons comdiens, ici totalement inconnus comme Danni Smith et Tim Lueke qui interprtent les rles principaux de CURTAIN.

CURTAIN - Poster

Pour la deuxime sance de la journe, ce fut un plaisir de revoir sur grand cran un film de super hros ralis par Sam Raimi. L'occasion pour ceux qui n'avaient jamais vu DARKMAN de constater que le ralisateur des EVIL DEAD utilisait dans ce film des ides ainsi que des mouvements de camra qu'il reprendra une dizaine d'annes plus tard dans SPIDER-MAN ! Toutefois, DARKMAN semble plus personnel que ses trois films ddis au hros de Marvel. Ou, en tout cas, il se rapproche bien plus, dans le ton, de MORT SUR LE GRIL et L'ARMEE DES TENEBRES. Le choix tait donc plutt judicieux de nous proposer ce film au sein du PIFFF.

DARKMAN Poster 1
DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card DARKMAN Lobby card

Le deuxime film en comptition de la journe tait une production conjointe entre la Grce et la France. BLIND SUN de Joyce A. Nashawati s'inscrit dans un futur proche indfini. Tout du moins, c'est ce que l'on suppose puisque le film de la ralisatrice reste assez nbuleux en ce qui concerne la toile de fond de son intrigue. Le film voque, par exemple, une socit prive grant la distribution de l'eau potable via des camions citernes dfendus par la police. Cela pourrait ressembler de la science-fiction mais c'est dj plus ou moins une ralit en Amrique du Sud. La ralisatrice du film n'a pourtant pas ralis, d'aprs ses dires puisqu'elle tait prsente, une uvre politique. Il est vrai que si l'immigration ou encore le destin des sans papiers est voqu, cela reste en annexe du parcours de son hros. Le souci, c'est que rsum son simple postulat, un homme qui pte un cble en raison de la canicule et de l'isolation (dans un lieu mais aussi un autre pays), BLIND SUN s'impose essentiellement comme un exercice de style. A partir de l, il faudra donc surtout tre sduit par l'ambiance et la ralisation. A ce niveau l, il faut bien reconnatre que Joyce A. Nashawati soigne sa mise en image. A l'cran c'est plutt joli mais cela risque de laisser pas mal de spectateurs de marbre !

Pour la dernire projection de la journe, Alexandre Poncet et Gilles Penso sont venus prsenter en avant-premire mondiale leur nouveau documentaire. Mais avant le film, les deux ralisateurs portaient des messages de soutien aux Franais de la part de quatre personnalits amricaines qui apparaissent dans leur film. Ces petites penses taient lies aux attentats du vendredi 13 novembre et n'ont pas manqu de toucher les festivaliers

On entendait parler depuis longtemps du COMPLEXE DE FRANKENSTEIN ralis par les auteurs de RAY HARRYHAUSEN : LE TITAN DES EFFETS SPECIAUX ! Cette fois, les deux auteurs s'attaquent aux crateurs de monstres au cinma. Le film rassemble ainsi les interventions d'un nombre impressionnant de spcialistes des effets spciaux ainsi qu'une poigne de ralisateurs. Remontant aux origines du cinma, le film expose une chronologie en quelques tapes, celles des plus marquantes avances dans le domaine de la reprsentation d'un monstre au cinma. Le but n'tait pas d'tre exhaustif mais d'exposer la progression des effets spciaux en partant du maquillage la Lon Chaney jusqu'aux effets spciaux numriques largement usits aujourd'hui. Le film laisse entrevoir des critiques et une forme de dpression en raison de la transition survenue l'arrive des effets numriques (voir ce propos notre interview de Steve Johnson). Toutefois, LE COMPLEXE DE FRANKENSTEIN n'est pas un documentaire qui accable les effets digitaux. En ralit, plutt que fustiger une technique au profit d'une autre, le documentaire met surtout en avant des personnalits d'artistes qui, grce leur imagination, sont mme de crer des cratures aussi merveilleuses que monstrueuses. Ainsi, l'un des passages les plus magiques du film, c'est simplement de voir la ralisation d'un dessin en acclr d'une crature qui prend forme sur le papier ! Le souci du COMPLEXE DE FRANKENSTEIN, c'est qu' force de vouloir trop en faire, on s'gare par endroit sur des interventions moins fortes ou des images d'archives pas forcment utiles mais qui ont, il est vrai, le mrite de couper les interventions statiques des diffrentes personnalits. Un petit bmol pas bien grave pour ce documentaire franchement russi !

Pour sa troisime journe, le PIFFF nous permettra de dcouvrir sur grand cran deux nouveaux films en comptition avec SOME KIND OF HATE ainsi que EVOLUTION, ce dernier en prsence de sa ralisatrice ! Autour, il sera encore possible de redcouvrir INCIDENTS DE PARCOURS de George Romero ou bien terminer la journe avec le japonais THE VIRGIN PSYCHICS qui s'annonce plutt barr !

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com