DVD (3)

Reviews (4)

DVD Covers (1)

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 CHARLIE JADE (SERIE)

 Année

 2005

 Nationalité

 Afrique du sud /  Canada

 Réalisation

 T.J. Scott
 Erik Canuel
 Alain Desrochers
 Pierre Gill
 David Hickson
 Jim Kaufman
 George Mihalka
 Chris Roland
 Darrell Roodt
 Neal Sundstrom
 Robert Wertheimer

 Scénario

 Chris Roland
 Denis McGrath
 Dennis Venter
 Robert Wertheimer
 Adam Barken
 Sean Carley
 Alex Epstein
 Craig Gardner
 Guy Mullally

 Musique

 FM Le Sieur

 Acteurs

 Jeffrey Pierce
 Michael Filipowich
 Michele Burgers
 Tyrone Benskin
 Danny Keogh
 Marie-Julie Rivest
 Patricia McKenzie

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Emylia

Format Disque

5 DVD

Durée

440 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Francais

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

 • Making-of 3 (9mn06)
 • Galerie de photos
 • Galerie de photos en haute définition (DVD-Rom)
 • Fonds d'écran (DVD-Rom)
 • Bandes-annonces

 

 ON AIME

• Une série ambitieuse
• Un traitement visuel rare à la télévision
• La galerie de photos en haute définition

 ON N'AIME PAS

• Montage et traitement parfois très kitsch

 CHARLIE JADE

 VOLUME 2

Coincé dans Betaverse, le détective Charlie Jade n’a d’autres options que de continuer son enquête sur Vexcor pour trouver le moyen de retourner dans son monde. Pendant ce temps, l’entreprise essaie de remettre en route le lien qui lie les trois univers parallèles de manière à améliorer leurs résultats financiers.

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

Série produite en coproduction entre le Canada et l’Afrique du Sud, CHARLIE JADE ne va durer qu’une seule et unique saison. Tout du moins, depuis 2005 et le bouclage des 20 premiers épisodes originaux, la série est au point mort. Malgré «l’enthousiasme» concernant la diffusion dans plusieurs pays, il apparaît évident que CHARLIE JADE n’a pas eu le succès escompté. Car la fin du dernier épisode ne laisse planer aucun doute, une suite était prévue. Il est probable que celle-ci aurait pu venir éclaircir le spectateur concernant les très gros trous du scénario. A ce propos, on notera qu’un épisode supplémentaire a été commandé par CHUM Television pour la première diffusion de la série sur Space, une chaîne cablée canadienne spécialisée dans le Fantastique, alors que le tournage était terminé depuis longtemps. «Can of Worms» a été diffusé entre les épisodes 16 et 17 de façon à offrir une sorte de résumé pour les spectateurs qui auraient été largués en chemin. Mais à vrai dire, l’intrigue est finalement assez simple même si pas mal de pistes sont restées sans suite dans CHARLIE JADE. Par exemple, les mystérieux personnages qui emprisonnent le personnage de Reena pour la reprogrammer en super combattante n’ont, à vrai dire, aucun lien clairement déterminé avec les autres factions en présence. Dans le même genre, certains épisodes nous montrent des gemmes bleues qui semblent totalement inutiles à l’issue de tous les épisodes ! Enfin, plus clairement laissés en suspens, les hommes en costumes cravates qui apparaissent ou disparaissent au gré de certains épisodes se révèlent plus nettement dans le dernier épisode. La porte est donc ouverte à une suite qui ne viendra peut être jamais. Le souci, sans doute, à une série qui a cherché à complexifier à outrance son récit au travers de subterfuges pas toujours très heureux. Montage cryptique et questions laissées sans réponses sont ainsi légions dans CHARLIE JADE. Au début, cela semble plutôt malin mais au bout de plusieurs épisodes et particulièrement dans les dix derniers, il est surtout très net que la série joue la montre. Certains épisodes recyclent ainsi des pans entiers des épisodes précédents sous couverts d’un montage «arty» qui après une quinzaine d’épisodes horripile carrément. Plus dommageable, il arrive en de nombreuses occasions que des personnages soient sur le point de donner des réponses à propos de ce qui se trame mais au moment où les informations vont être données, on coupe vers une autre scène, pour laisser place au générique ou, pire encore, en supprimant les dialogues tout en laissant la place à la musique atmosphérique de la série.

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

Mais, en réalité, les gros mystères sont un peu fantasme car il n’y a pas grand chose à camoufler et cela paraît manifeste à la fin du dernier épisode. Tout est déjà dévoilé dès les premiers épisodes et le reste n’est que de l’emballage en dehors des deux ou trois points d’interrogation que nous avons déjà évoqué. Du coup, en voulant être trop malin en préservant le «mystère» de leur série, les créateurs donnent surtout, au final, l’impression de suivre des épisodes construits au jour le jour. Cela paraît parfois extrêmement clair. Durant une bonne partie des dix premiers épisodes, le personnage de Reena est accusé de terrorisme et peut donc être reconnu par toute la population du Cap. Cela oblige le personnage à vivre clandestinement. Pourtant, dans le neuvième épisode, elle postule pour un poste chez Vexcor alors que c’est la société qui l’a justement accusé de l’explosion de l’une de leurs installations! Pas de problème, elle sera engagée... Est-ce que plusieurs années sont passées pour expliquer une telle amnésie ? Pas vraiment puisqu’elle sera reconnue bien plus tard, dans un autre contexte, et qualifiée de dangereuse terroriste. Autant dire que cela n’est pas d’une grande cohérence. D’autres points sombres font un peu vaciller la logique mise en place des trois univers parallèles. Par exemple, on peut se demander pourquoi Charlie Jade rencontre un double de sa compagne dans un autre univers. On pourrait donc partir du postulat qu’il devrait exister d’autres doubles ou bien que tout le monde ait son alter ego dans chacun des univers. Ce n’est apparemment pas le cas puisque seul un personnage est dévoilé de cette façon ! On s’étonnera aussi face à la prise de conscience d'un 01 Boxer au contact d’une famille de Gammaverse, plages de sables chauds à l’appui. Surtout que le personnage retrouve finalement son attitude délirante assez vite par la suite. On retrouvera d'ailleurs cette même famille idyllique qui entrera en contact avec le père de 01 Boxer de façon aussi violente que gratuite.

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

CHARLIE JADE est une série très particulière. Bourrée de qualité, elle réussit à se saborder elle-même en mettant autant de défauts dans la balance. Si l'on omet l'interprétation très particulière de Michael Filipowich (mais est-ce de sa faute ?), l’interprétation est plutôt de qualité avec un casting provenant du Canada et d’Afrique du Sud. La réalisation est confiée à des cinéastes parfois chevronnés comme Darrel Roodt (TERREUR DANS LA SAVANE) ou bien George Mihalka (MEURTRE A LA SAINT VALENTIN). Pas de chance, les efforts des réalisateurs sont passés dans la moulinette d’un montage exagéré accumulant tous les effets possibles et imaginables. Les effets spéciaux sans être exceptionnels tiennent plutôt la route. La musique est, elle aussi, assez réussi dans son genre surtout qu’elle sonorise une grande part des épisodes. Mais l’approche assez kitsch de certains passages vient mettre à mal tous les efforts un peu sérieux mis en œuvre. Le résultat donne le sentiment de voir beaucoup de bonnes volontés bousillées par l’envie de produire à outrance ce qui aurait gagné, un comble, à un peu plus de sobriété !

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

Ce deuxième volume de CHARLIE JADE propose les dix derniers épisodes de la première (et unique) saison de la série. Commercialisé dans un sympathique digipack cartonné, les cinq DVD contiennent chacun deux épisodes par disque. L’image est présentée en 16/9, format original de la série, avec une image attrayante qui aurait gagné à être compressée de façon plus discrète. En effet, des soucis numériques sont visibles ici ou là. Pas de trace, en tout cas, du 21ème épisode de la série, «Can of Worms». Il est vrai qu’il ne fait pas partie de la production originale mais sa présence aurait été logique, au moins dans les suppléments.

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

Deux pistes sonores sont offertes sur chacun des épisodes : la version originale anglaise et un doublage français. Attention toutefois car il n’y a pas de sous-titrage pour venir épauler la compréhension de la version anglaise. Il en est d’ailleurs de même sur le making-of qui restera donc totalement obscur pour les non anglophones. La version française a été réalisée au Québec mais hormis quelques expressions locales, ce doublage ne montre que rarement ses origines. Dans les deux cas, version originale ou doublage français, les pistes encodées sur deux canaux offrent une belle dynamique et sont d’égales qualités.

Photo : CHARLIE JADE : VOLUME 2

Comme déjà dit auparavant, le making-of ne contient aucun sous-titrage. Les quelques minutes qui le composent donnent la parole aux créateurs ainsi qu’aux acteurs tout en montrant des images de tournages et même un petit bêtisier. Il s’agit de la troisième partie du making-of, les deux premières se trouvent dans le premier volume de la série commercialisé séparément. Enfin, une galerie de photos, très axées sur les décors, est disponible avec en fond sonore le thème original de la série. Plutôt sympathique car jusqu’à maintenant, la musique n’a toujours pas été éditée et cela fait donc un morceau de trois minutes à écouter pour les mélomanes. A propos de la galerie de photo, elle donnera tout son potentiel lorsque vous placerez le DVD sur votre ordinateur. Car elle est reprise en très haute définition pour qui voudrait apprécier le travail réalisé sur les décors. Un ajout sympathique et assez rare en DVD pour qu’on le mentionne. Enfin, toujours en DVD-Rom, on trouve aussi quelques fonds d’écran (format 1280x720). Pas vraiment liées à la série, on peut tout de même voir des bandes-annonces d’autres titres de l’éditeur sur chacun des disques.

Antoine Rigaud

MENUS

CHARLIE JADE : VOLUME 2 - Menu DVD CHARLIE JADE : VOLUME 2 - Menu DVD CHARLIE JADE : VOLUME 2 - Menu DVD CHARLIE JADE : VOLUME 2 - Menu DVD CHARLIE JADE : VOLUME 2 - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Thriller
Serie

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com