SINDBAD LE MARIN
SINBAD THE SAILOR


Sinbad affabule et raconte ses aventures une assemble blase. Il parle du Roc, du Cyclope... Se mettant toujours en avant comme le hros sans peur. La nouvelle aventure qu'il finit par nous conter ne contient aucun lment fantastique. Aucune crature fantaisiste... Pas de gnie dans sa lampe... Rien qui pourrait justifier sa prsence au sein du cinma fantastique. C'est vrai si ce n'est que dans ce film se tiennent les racines de tous les Sinbad qui ont suivi. SINDBAD LE MARIN est l'un des premiers films, si ce n'est le premier, o Sinbad est plac en personnage central. Personnage des contes et lgendes des Mille et Une Nuits, il apparaissait dj dans LES MILLES ET UNE NUITS (ARABIAN NIGHTS) en 1942 mais l'histoire n'tait pas entirement axe autour de lui. Mais Sinbad ne prit son statut de personnage vraiment culte que quelques annes plus tard lorsque Charles H. Schneer initia une srie de trois films devenue culte en grande partie grce aux effets spciaux raliss par Ray Harryhausen. Certains des actes de bravoure mentionns par Sinbad dans son troisime voyage se retrouvent d'ailleurs en image dans LE SEPTIEME VOYAGE DE SINBAD (THE SEVENTH VOYAGE OF SINBAD). Troisime ? Septime ? Peu importe, de toutes faons, comment croire la harangue un peu trop flatteuse de ce vilain menteur de Sinbad ? SINDBAD LE MARIN n'est donc pas un film "fantastique". Il est rsolument tourn vers l'aventure et le romantisme. Par la suite, les films qui suivront garderont le personnage et renoueront avec les 1001 nuits et ses merveilles.

Douglas Fairbanks, Jr. est un acteur qui est pass du cinma muet au parlant. En 1947, SINDBAD LE MARIN est loin d'tre sa premire performance dans un film sonore. Pourtant, il garde dans ce film cette faon de jouer avec tout son corps, en appuyant chacun des gestes et chacune de ses expressions. Des mouvements que certains pourront trouver ridicules mais qui sont au contraire intgrs merveilleusement au rcit. Il faut garder l'esprit que toute l'aventure est raconte par un Sinbad qui se prsente sous le meilleur jour. Ce que l'on voit l'cran est donc un hros qui virevolte, prend des poses et joue outrance pour transformer Sinbad d'un simple marin en figure romanesque. De mme que lorsque le tueur dont personne ne connat le visage est dmasqu, une lueur verte vient clairer son visage. Autant de dtails qui montrent le penchant du conteur l'exagration. On pourrait se demander si le ralisateur prenait au moment du tournage conscience de tout cela. A l'poque, SINDBAD LE MARIN tait un simple film d'aventure. Pourtant, tourn entirement en studio (encore une fois, cela donne un aspect faux au rcit), avec des dcors parfois minimalistes, il n'avait rien pour sortir du lot. Avec l'ge, c'est tout le contraire qui se produit. Le charme opre. Et si la fin donne une rponse, on peut simplement se dire que peut-tre ce sacr farceur nous raconte une histoire qu'il raconte... Allez savoir !


Les Editions Montparnasse nous avaient habitus sortir leurs films en version originale avec l'option d'afficher un sous-titrage. Souvent, on avait donc le choix entre une version franaise et la bande-son d'origine. SINDBAD LE MARIN n'a hlas pas du tout cette chance. Le disque ne propose que le doublage franais et rien d'autre. L'image est peu définie avec une compression pas toujours gniale et des dfauts de pellicule invitables pour un film de cette poque ( moins de dpenser une fortune pour le restaurer totalement). Une nouvelle déception en ce qui concerne la qualité vidéo. Pour les supplments ? Dsol, il n'y a rien voir ! Une petite bio de Douglas Fairbanks, Jr. aurait t la bienvenue. Surtout que sans vouloir tre morbide, sa filmographie ne risque pas d'voluer. Avouez que souvent les filmographies de personnalits encore bien actives sont souvent dj obsoltes entre le moment o elles sont crites et celui o le disque est press !

Cette dition DVD est un peu minimaliste. Cela peut se comprendre. Raliser ou rcuprer des documents pour les supplments peut s'avrer coteux. SINDBAD LE MARIN n'a probablement pas un norme potentiel commercial et les Editions Montparnasse ont probablement voulu limiter les frais au maximum. La rpercussion pour le consommateur est donc mitige. D'un côt la dception de voir encore un film sortir sans qu'il bnficie de l'crin qu'il aurait pu mriter. De l'autre, le prix de vente est attractif. Certains gros diteurs en font autant (c'est dire quasiment rien) pour bien plus cher et parfois pour des titres qui sont du pur gchis de pellicule ! Ici, il y a au moins le risque de proposer un classique du cinma...

Christophe "Arioch" Lemonnier


ON AIME
Le style du film

ON N'AIME PAS
Qualité vidéo très décevante
Pas de VO
Pas de Bonus

Meilleures scènes

  • Les voyages de Sinbad
    (Chapitre 1 [2'30'00])
Année : 1947

Durée : 117 minutes

Acteurs :
Douglas Fairbanks, Jr.
Maureen O'Hara
Anthony Quinn
Walter Slezak
George Tobias
Jane Greer
Mike Mazurki
Sheldon Leonard

Réalisateur :
Richard Wallace

Scénario :
John Twist
George Worthing Yates

Musique :
Roy Webb

Format disque :
Simple Couche

Format Image :

Format sonore :
Français : 

Sous-titrage :
Aucun

Les Suppléments

Aucun

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Aventure

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com