FRANKENSTEIN ET LE LOUP GAROU (http://www.devildead.com)

FRANKENSTEIN ET LE LOUP GAROU
FRANKENSTEIN AND THE WEREWOLF REBORN


Entre les années 30 et 40, le cinéma américain donnait vie sur grand écran aux grandes figures de la littérature fantastique, essentiellement via la série de films produite par la Universal (DRACULA, LA MOMIE, LE FANTOME DE L'OPERA…). Quelques décennies plus tard, la Hammer ressuscitait toutes ces figures emblématiques dans autant de chef-d'œuvres (LE CAUCHEMAR DE DRACULA, FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE…). Malgré quelques essais isolés d'un ou deux classiques, personne ne s'était mis en tête de ramener à la vie tout ce petit monde. Et pourtant à la fin des années 90, c'est la Full Moon qui se lance sur le créneau. A la base, la collection des "Filmonsters" aurait donc dû s'étoffer de nombreux titres sous la forme de moyens métrages. Mais après un FRANKENSTEIN REBORN et un WEREWOLF REBORN, la bonne idée tombe aux oubliettes en même temps que le projet d'un MUMMY REBORN pourtant en pré-production que J. R. Bookwalter (WITCHOUSE II, THE DEAD NEXT DOOR…) aurait pu réaliser. Fin de ce projet sans suite !

Annoncé un peu partout avec des durées de long métrage, les deux films de la série ne dépassent pas les trois quarts d'heure. Un format plutôt court, ce qui amène la Full Moon à coller les deux pour former un seul et unique métrage d'une durée plus conventionnelle. Ce qui prête d'ailleurs à confusion puisque l'on pourrait penser, tant que l'on n'a pas pu voir FRANKENSTEIN ET LE LOUP GAROU, qu'il s'agit d'un troisième film indépendant. Du tout ! C'est donc bien les deux moyens métrages dont seul le générique de début et de fin à été changé. Sans oublier qu'il n'existe aucune transition entre les deux histoires, même pas un carton venant nous indiquer que nous passons de FRANKENSTEIN REBORN à WEREWOLF REBORN. Il aurait sûrement été plus judicieux de nous faire croire au moins à un film à sketches dans la lignée des deux histoires de DEUX YEUX MALEFIQUES. Sans compter que ce montage supprime toute allusion à la série "Filmonsters".

Les puristes vont sauter au plafond en découvrant le traitement réservé par la Full Moon aux classiques que sont Frankenstein et le loup-garou. Première constatation, le spectacle est à destination des adolescents. Dans les deux histoires, le personnage central est une jeune fille qui débarque chez l'oncle de la famille et qui viendra à élucider le mystère ( ?) avec la complicité d'un autochtone du même âge. Et puisque l'on parle des habitants du coin, les deux films ont été mis en boite en Roumanie avec l'aide du compère européen de Charles Band, c'est à dire Vlad Paunescu. Ce qui explique la présence de figurants ne s'exprimant pas du tout en anglais, à la différence de la petite troupe d'acteurs principaux qui ont pris l'avion en classe économique pour se rendre jusque là. Les têtes d'affiche ne sont pas des habitués des productions Full Moon mais proviennent pour la plupart de la télévision : Robin Atkin Downes a joué dans BABYLON 5 et Jaason Simmons dans ALERTE A MALIBU. Pas de quoi plébisciter un effort surhumain en terme de casting !



Nous n'allons pas nous étendre sur FRANKENSTEIN REBORN, celui-ci est en effet traité dans la critique du disque chinois, pour nous intéresser à WEREWOLF REBORN. Une histoire de loup-garou mise en scène par Jeff Burr. Un jeune réalisateur qui a réussi à placer devant sa caméra Vincent Price et Cameron Mitchell pour FROM A WHISPER TO A SCREAM avant d'enchaîner avec THE STEPFATHER 2 et surtout LEATHERFACE, le troisième opus de MASSACRE A LA TRONCONNEUSE. La suite de sa carrière étant tout d'un coup très anecdotique et surtout ponctuée par des tournages pour la Full Moon dont ce WEREWOLF REBORN. Un film qui d'ailleurs ne cherche pas à s'aligner sur les dernières références du genre en date que sont LE LOUP-GAROU DE LONDRES ou HURLEMENTS. Peter Kranek aurait plutôt des parentés avec Waldemar Daninsky, la série de films espagnols avec Paul Naschy, pour sa dégaine hirsute et poilue mais le charme ibérique en moins ! Le maquillage du visage de la créature étant un peu plus élaboré, années 90 obligent, mais pas de quoi nous effrayer. Faute de moyens, la transformation se fait hors champ ou par l'utilisation de morphing peu convaincant.

Pas super passionnant, le renouveau du loup-garou version Full Moon suit tout de même une histoire très classique qui nous ramène au LOUP-GAROU de la Universal. La malédiction de la pleine lune provient d'un bohémien qui passe le flambeau sanglant à un Peter Kranek (Robin Atkin Downes) qui a bien du mal à y croire. Pas beaucoup de sang neuf et vous n'en verrez pas tellement plus couler à l'écran.

La qualité de l'image de ce DVD est assez éloignée des standards d'aujourd'hui. La compression se fait largement sentir surtout lors des séquences nocturnes ou sombres. Faut-il s'en plaindre ? A vous de juger De son côté, le mixage en Dolby Digital 5.1 propose une bande-son dynamique mais peu naturelle. Les anglophones apprécieront de voir le film en version originale alors que les autres seront obligés de se rabattre sur le doublage français faute de voir apparaître des sous-titrages sur cette édition DVD. Pas tellement surprenant pour ce disque produit à destination des vidéo clubs.

La bande-annonce dresse un rapide portrait des deux histoires contenues dans le film alors que le seul autre bonus est composé de quelques filmographies. Ultra sélectives par ailleurs avec souvent seulement deux ou trois films cités pour chaque acteur. Enfin, le clip promo de la Full Moon est le bonus incontournable ou presque des disques de l'éditeur depuis le redoutable TALISMAN.

Deux histoires pour le prix d'une avec chacune un personnage mythique du cinéma fantastique, voilà ce que propose FRANKENSTEIN ET LE LOUP GAROU. Mais rien de plus car les ambitions de la Full Moon en la matière sont un peu trop grandes compte tenu des moyens mis en œuvre. De la Full Moon, on apprécie un grain de folie et de la fantaisie. Deux éléments absents et qui auraient mérité de venir secouer la facture un peu trop classique, un comble pour la Full Moon, de ces deux figures déjà maintes fois exploitées à l'écran. Cela reste tout de même une curiosité de la part de la Full Moon que l'on peut découvrir pour le simple prix d'une location.

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
A la location, ca permet tout de même de découvrir ces deux curiosités en une seule fois

ON N'AIME PAS
Une facture un peu trop sérieuse pour deux production fauchée

Meilleures scènes

  • Je m'appelle George
    (Chapitre 1 [0'06'42])
  • T'inquiète, nous non plus, on n'y est pas arrivé !
    (Chapitre 11 [1'16'46])
Année : 1998

Durée : 89 minutes

Acteurs :
Jaason Simmons
Ben Gould
Haven Burton
Ethan Wilde
George Calin

Ashley Lyn Cafagna
Robin Atkin Downes
Bogdan Cambera

Réalisateur :
Julian Breen
Jeff Burr

Scénario :
Benjamin Carr

Musique :
Carl Dante

Jeffrey Walton

Format disque :
Simple Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 

Sous-titrage :
Aucun

Les Suppléments

  • Bande-annonce
  • Filmographies
    • Ashley Lin Cafagna
    • Jaason Simmons
    • Ben Gould
    • Robin Atkin Downes
    • Ethan Wilde
  • Full Moon Clip Promo

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Loup-garou

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com