DVD (2)

Reviews (4)

DVD Covers

Videos (1)

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 ZARDOZ

 Année

 1974

 Nationalité

 Angleterre

 Réalisation

 John Boorman

 Scénario

 John Boorman

 Musique

 David Munrow

 Acteurs

 Sean Connery
 Charlotte Rampling
 Sara Kestelman
 John Alderton
 Sally Anne Newton
 Niall Buggy
 Bosco Hogan
 Jessica Swift
 Bairbre Dowling

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Format Disque

Simple Couche

Durée

106 minutes

Format Image

Format Sonore

English

English

Francais

Sous-titrages

English
Spanish

 

 SUPPLEMENTS

 •ù2Commentaire audio de John Boorman
 • Bandes-annonces£
 • Zardoz
 • Alien Nation
 • Aliens
 • Enemy Mine
 • Independence Day
 • The Abyss§
 • Spots radio£
 • Beyond 1984 (30 secondes)
 • Third Death (30 secondes)
 • Beyond 1984 (60 secondes)
 • Beyond 1984 Alternate (60 secondes)
 • Third Death (60 secondes)
 • Third Death Alternate (60 secondes)§
 • Galerie de photos£
 • Production et Concept
 • Lobby Cards et photos publicitaires
 • Poster et Dossier de presse§

 

 ON AIME

• Un film courageux et unique, même de nos jours.
• Les différents niveaux de lecture du scénario.
• L'interprétation (aux poils) de Sean Connery

 ON N'AIME PAS

• Une direction artistique quelque peu datée.
• Un récit aux ramifications quelques fois trop surchargées

 VIDEOS

 Bande-annonce

 

 POSTERS

 

 LOBBY CARDS

 
 ZARDOZ

 

En l'an 2293, la Terre est complètement dévastée. Le monde est alors régi par trois grandes castes : les immortels qui forment l'élite privilégiée, les brutes qui représentent la population pauvre et enfin les exterminateurs. Ces derniers n'ont pour but que de massacrer et asservir les brutes, et ce sur les ordres de Zardoz, gigantesque masque de pierre volant et Dieu indiscuté.
Doutant de sa foi en Zardoz, l'exterminateur Zed (Sean Connery), va se cacher dans le masque volant afin de trouver réponses à ses questions. Zardoz n'étant qu'une invention des immortels pour contrôler les autres castes, le voici transporté au coeur d'une société (a priori) supérieure qu'il va peu à peu réussir à briser en mettant en lumière ses incohérences les plus profondes.

Photo : ZARDOZ

Autant crever l'abcès tout de suite, ce film de science-fiction introspectif datant de 1974 a visuellement un peu vieilli. Un Sean Connery en slip rouge et cuissardes style Francis Lalanne, ainsi qu'une communauté d'immortels au look beatnik version Aphodrite's Child, voilà les deux grandes raisons qui font qu'aujourd'hui, ZARDOZ est un film estampillé kitsch pour certains !
Il serait fâcheux de ne pas dépasser ce stade et de passer à côté de ce que ce film a réellement à nous proposer. Car ZARDOZ n'est pas une œuvre destinée à nous en mettre plein la vue, mais bel et bien une tentative assez unique au cinéma de mélanger fable et anticipation. Le film de John Boorman ne fonctionne donc pas au premier degré, mais à travers une multitude de niveaux de lecture que le spectateur prendra soin (ou non) de décoder.

Photo : ZARDOZ

Il serait laborieux de tenter d'expliciter le moindre fragment de ZARDOZ (et de toute façon, il nous faudrait des pages et des pages pour bien faire). Disons que le film attaque en premier lieu la religion et autres organismes sectaires (Zardoz est une supercherie propre à contrôler les peuples et richesses de la Terre au seul dessein d'un petit groupe "élu"). Mais surtout, le métrage est l'occasion d'une réflexion sur une société utopique où la mort et les dissidences morales n'existeraient pas. Contrairement aux idées convenues, le film nous en dresse un tableau cauchemardesque.

Photo : ZARDOZ

Les immortels du film (en fait des savants et intellectuels ayant trouvé le secret irréversible de la vie éternelle) ne sont que des êtres désincarnés, sans personnalité ni désir. C'est la condition sine qua none à la préservation absolue de l'harmonie. Autre ironie du propos, Boorman s'amuse à nous les montrer pétris d'un profond ennui, espérant de toutes leurs forces que la mort les emportera bientôt.

Photo : ZARDOZPhoto : ZARDOZ

On ne peut en dire plus, de peur de déflorer à ceux qui ne l'ont pas encore vu, toutes les ramifications (quelques fois un peu confuses, il faut l'avouer) du film de Boorman. On peut juste rajouter que la mise en scène du Monsieur est impeccable, aussi bien dans les moments abstraits que dans les scènes plus posées, où Boorman magnifie les somptueux paysages Irlandais par l'utilisation récurrente de la superbe symphonie numéro 7 de Beethoven.

Photo : ZARDOZ

Mais si ZARDOZ tient ainsi debout, c'est aussi pour beaucoup grâce à la crédibilité de Sean Connery. Outre une abondante pilosité généreusement affichée durant la totalité du métrage (il est tout le temps torse nu), l'acteur écossais fait preuve d'une interprétation solide, assurant du même coup la cohérence et la réussite d'un tel récit.

Photo : ZARDOZ

Quelques mots concernant l'édition américaine du film. L'image est des plus acceptables compte tenu de l'âge de ZARDOZ. Un grain un peu marqué, ainsi que quelques taches blanches dues à une pellicule accusant le poids des ans sont à noter. Par contre, la définition et les couleurs sont impeccables. Côté son, on préférera la piste originale sur trois canaux. Non pas qu'elle bastonne en effets, mais parce qu'elle est claire et détache bien tous les éléments. Ce n'est malheureusement pas le cas de la piste française stéréo, qui est beaucoup plus confuse et qui sature à de nombreuses occasions (surtout lors des passages musicaux).

Photo : ZARDOZ

Le DVD de ZARDOZ est une réussite technique et reste le meilleur moyen à ce jour de (re) découvrir ce film dans les meilleures conditions. En espérant que cette édition (ou la française) enterrera la réputation kitsch que certains esprits mal intentionnés lui ont collé que trop abusivement.

Eric Dinkian

MENUS

ZARDOZ - Menu DVD ZARDOZ - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Drame
Etrange

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com