DVD (1)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

 Année

 1951

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Spencer Gordon Bennet
 Wallace Grissell

 Scénario

 Royal K. Cole
 Sherman L. Lowe
 Joseph F. Poland
 George H. Plympton

 Acteurs

 Judd Holdren
 Larry Stewart
 George Eldredge
 Gene Roth

 

 DVD INFOS

 

Editeur

VCI

Format Disque

2 DVD

Durée

287 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

 •ù2 Episodes£
 • 1 - Journey Into Space
 • 2 - Menace of Atoma!
 • 3 - Captain Video's Peril
 • 4 - Entombed In Ice!
 • 5 - Flames of Atoma
 • 6 - Astray In The Stratosphere
 • 7 - Blasted By The Atomic Eye
 • 8 - Invisible Menace!
 • 9 - Video Springs A Trap
 • 10 - Menace Of The Mystery Metal
 • 11 - Weapon of Destruction
 • 12 - Robot Rocket!
 • 13 - Mystery of Station X
 • 14 - Vengeance of Vultura
 • 15 - Video Vs. Vultura§
 • Biographies£
 • Judd Holdren
 • Larry Stewart
 • Gene Roth
 • Spencer Gordon Bennet
 • Wallace Grissell§
 • Bandes-annonces£
 • Superman
 • Green Archer
 • Captain Marvel
 • Phantom Empire
 • Target Earth§
 • Clips promos des serials édités par VCI Galerie d'affiches et photos

 

 ON AIME

• Un serial amusant…

 ON N'AIME PAS

• …mais qui s'essouffle
• Le logo VCI qui apparaît par intermittence dans l'image

 FORUM

Donnez-nous votre avis et discuter du film dans notre Forum. Pour cela, cliquez sur
SUJET CONSACRE AU FILM SUR LE FORUM
 

 CAPTAIN VIDEO

 MASTER OF THE STRATOSPHERE

C'est au temps de l'après-guerre, et plus particulièrement aux alentours de 1950, que la télévision se diffuse réellement dans les foyers américains. Ce phénomène sème l'inquiétude chez les puissants studios de production hollywoodienne. En 1949, le réseau télévisé Dumont Télévision Network étaie ses programmes d'un feuilleton de science-fiction baptisé "CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS", dans lequel le Captain Video affronte, au XXIème siècle, des méchants de toutes sorte au moyen de nombreux gadgets technologiques. Cette série connaît un réel succès et se poursuit jusqu'à 1955.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Sa popularité devient telle qu'elle se voit même adaptée au cinéma sous forme d'un serial produit par la firme Columbia, laquelle a toujours été, avec Universal, la Major la plus active dans le domaine du film à épisodes. Le serial, rappelons-le, était en effet un feuilleton destiné à être diffusé au cinéma. Aux USA, sa forme classique consiste en une douzaine d'épisodes d'environ un quart d'heure chacun, diffusé au rythme d'un par semaine. Idéalement, il était projeté le samedi après-midi, au cours d'une longue séance destinée aux enfants, laquelle réunissait deux films, des cartoons, des actualités et bien d'autres attractions encore.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Toutefois, en 1951, période à laquelle sort CAPTAIN VIDEO, le serial est un genre sur le déclin. L'apparition des feuilletons télévisés tend à en faire un divertissement de plus en plus désuet, et les budgets alloués à ses productions mincissent à vue d'oeil. Pour tout dire, Universal a même abandonné ce filon en 1946, laissant le terrain libre à Columbia et Republic.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

La réalisation de CAPTAIN VIDEO est confiée à Spencer Gordon Bennet, un maître du serial qui, l'année précédente, vient de signer un SUPERMAN CONTRE L'HOMME ATOMIQUE, toujours chez Columbia. Il se voit secondé par Wallace Grissell, lui aussi spécialisé dans le serial. A la production, on retrouve Sam Katzman, célèbre pour sa pingrerie et ayant écumé de nombreux petits studios parmi lesquels Republic au cours des années 40. A cette période de sa carrière il travaille sur de nombreuses séries B et autres serial pour Columbia. Pour des raisons de disponibilité (la série télévisée se tourne à New York tandis que Columbia filme ses productions en Californie), la distribution des principaux rôles se voit modifier. Pour Captain Video, Al Hodge se voit donc remplacé par Judd Holdren, tandis que, pour son compagnon Ranger, Larry Stewart reprend le rôle tenu par Don Hastings.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

La Terre subit d'étranges perturbations : typhon et autres catastrophes se multiplient, lesquelles sont en fait provoquées par le démoniaque professeur Tobor, un terrien qui s'est mis au service du tyran Vultura, lui-même maître de la planète Atoma. Dans son quartier général, dissimulé au coeur d'une montagne secrète, le Captain Video et ses rangers du futur tentent de trouver la cause de ces intempéries. Il questionne le professeur Tobor, mais celui-ci nie être à leur origine. Il se prétend même persécuté par Vultura…

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Le début des années 50 marque au cinéma l'explosion de la science-fiction, avec l'apparition de titres tels que CINQ SURVIVANTS d'Arch Oboler, DESTINATION LUNE d'Irving Pichel ou LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE de Christian Nyby. A n'en point douter, ce CAPTAIN VIDEO s'inscrit en plein dans cette tendance. Il s'agit même d'une science-fiction aux apparences relativement rigoureuses. Il n'est point trop question ici de Space Opera louchant vers la Fantasy, comme cela pouvait être le cas avec les FLASH GORDON d'Universal. Ici, le Captain Video emploie de nombreux gadgets et machines conçus par un savant, véritable Q avant l'heure, qui tient son laboratoire au quartier général des Video Ranger.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Toutefois, si l'on gratte un peu la surface de CAPTAIN VIDEO, l'approche scientifique de ce serial s'avère éminemment farfelue. Certes, y sont évoqués des phénomènes tels que des flux magnétiques ou électriques, mais l'ensemble reste hautement fantaisiste, la plupart des explications avancées n'étant qu'un aimable gloubiboulga de verbiage sans queue ni tête ! Il ne s'agit en rien d'un authentique film de vulgarisation comme pouvait l'être DESTINATION LUNE.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHEREPhoto : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Cela n'empêche pas les aventures de Captain Video d'être divertissantes. Dans un premier temps, toutefois, car par la suite, cela se gâte un peu… Le Serial CAPTAIN VIDEO se compose en fait d'un premier épisode "Pilote" d'environ 30 minutes, puis de 14 épisodes d'environ 16 minutes. Les premiers s'avèrent tout à fait amusants. Les gadgets se renouvellent, le Capitaine Video se rend en fusée sur la planète Atoma (dont l'ambiance extraterrestre est restituée par une teinte rouge)… Il rencontre un peuple rebelle (habitant sur une planète à l'ambiance "verte") ou combat des robots étranges, portant de curieux chapeaux (en fait, ces costumes avaient été créés pour THE PHANTOM EMPIRE, un serial de 1935 dans lequel le cow-boy chantant Gene Autry découvrait une civilisation souterraine). La fantaisie, l'invention et le rythme s'avèrent alors au rendez-vous…

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Malheureusement, sur la longueur, CAPTAIN VIDEO s'enlise. Les situations s'avèrent de moins en moins extravagantes, les robots et les fusées se font de plus en plus rares, comme si le budget s'asséchait en cours de route, forçant ce serial à se rabattre sur de plus classiques poursuites automobiles et autres bagarres. Le scénario tourne à l'absurde au vu du temps que Video mette à démasquer le fourbe Tobor, dont la culpabilité paraît évidente dès les premiers épisodes. Et la répétition, gros problème des Serial manquant d'inspiration, devient un réel problème au cours des derniers épisodes.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Un serial, amusant, mais un serial mineur tout de même : voilà ce qu'on est en droit de penser lorsque s'achève le quinzième épisode de ce CAPTAIN VIDEO. Il n'a officiellement pas connu de suite cinématographique, mais Columbia réunit à nouveau le réalisateur Spencer Gordon Bennet et l'acteur Judd Holdren pour un autre serial de science-fiction : THE LOST PLANET, au style réputé très proche de celui de CAPTAIN VIDEO. Quant à la série télévisée "CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS", elle cesse en 1955…

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Inédit jusqu'alors en DVD, CAPTAIN VIDEO a été publié aux USA chez VCI (NTSC, multizone), dans une édition double-DVD. Les dix premiers épisodes se voient réunis sur un premier DVD9, avec quelques suppléments, tandis que le second disque, un DVD5, contient les cinq derniers volets du serial.

Pour la qualité d'image, il ne faut évidemment pas s'attendre à des merveilles. Si la copie de départ semble très bonne, il y a tout de même quelques petits soucis, tel un grain vidéo assez appuyé ou une compression entraînant des petites fragmentations de l'image. Rien de tragique, néanmoins, au vu de la rareté du film. Précisons enfin que cette édition respecte bien les teintes d'image rouge et verte lorsque l'action se déroule sur des planètes extraterrestres.

Le souci le plus gênant reste l'apparition intermittente d'un logo VCI dans le coin de l'image, sans qu'il soit possible de débrayer cet ennuyeux gadget, sans doute conçu pour décourager les éventuels pirates souhaitant exploiter ce nouveau master pour leur profit. Une méthode de dissuasion extrêmement énervante et irrespectueuse envers le consommateur !

La bande-son s'avère tout à fait honnête, pour un Serial à petit budget ayant plus de cinquante ans d'âge au compteur en tout cas. Aucun sous-titrage ou doublage n'est disponible.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Les suppléments, peu nombreux, sont tout de même plaisants. L'interactivité commence par une galerie d'affiches et de Lobby Card sans rapport direct avec CAPTAIN VIDEO, mais illustrant tout de même des films de science-fiction des années cinquante (LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA…) et de serials du même genre (FLASH GORDON, THE PHANTOM EMPIRE…). Puis, nous pouvons consulter des biographies intéressantes des acteurs et des réalisateurs de CAPTAIN VIDEO, ainsi qu'une galerie de bandes-annonces anciennes dédiées à des serials (ADVENTURES OF CAPTAIN MARVEL, THE GREEN ARCHER…) et au film de science-fiction TARGET EARTH. Glissé dans le boîtier des deux DVD, un feuillet plié en quatre nous propose huit pages d'informations très instructives sur les aventures de CAPTAIN VIDEO, que ce soit à la télévision ou au cinéma.

Photo : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE

Somme toute, voici une édition qui aurait tout pour plaire, si ce n'était la très irritante apparition du logo VCI dans l'image à certains moments…

Emmanuel Denis

MENUS

CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE - Menu DVD CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Serie

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com