ANGEL HEART


Harry Angel est un privé engagé par un bien étrange Louis Cyphre. Pas vraiment habitué à ce type de boulot puisqu'il se contente d'affaires miteuses mais rapides, il accepte tout de même de retrouver un homme disparu après la guerre.

Une histoire de privé confronté à des phénomènes occultes n'est pas une idée originale en soi. En effet, nombre de nouvelles et de livres sont consacrés à ce thème. Le cinéma ou la télévision n'avaient pas non plus hésité à s'emparer de la chose. La véritable originalité de ANGEL HEART se situe du côté du déroulement de l'enquête qui fait le jour sur une conclusion pour le moins inattendue. Ici, le diable tire les ficelles avec une classe assez déroutante. Un diable tiré à quatre épingles et qui semble bien respectueux des bonnes manières. Derrière ce masque, se cache un personnage avec qui il est préférable de régler ses dettes a moins d'accepter qu'il ne joue avec vous, et ce, à vos dépens. C'est exactement ce qui arrive à Johnny Favourite. Crooner des années 40 qui s'est intéressé au vaudou pour s'assurer une belle carrière. Aux basques de ce chanteur insaisissable, Harry entreprend alors une descente aux enfers, symbolisée par l'image récurrente d'un monte-charge, au fur et à mesure qu'il fait la lumière sur le disparu qu'il est supposé retrouver.

Dans le commentaire audio, Alan Parker ne tarit pas d'éloges sur Mickey Rourke. Excellent acteur qui a vu sa carrière s'écrouler après qu'il eut décidé de se tourner vers la boxe. Le tournage de HOMEBOY lui serait-il monté au cerveau ? Après s'en être pris plein la tête, il essaye à présent de cachetonner dans des rôles de vilains au visage bouffi. ANGEL HEART fait partie de ses meilleures performances et le revoir fait penser à tous ces acteurs en qui on plaçait de grands espoirs et qui ont fini rapidement dans des séries B ou Z. Tout comme pour HITCHER où l'on vous parlait de cet étrange phénomène, ANGEL HEART fait office de rappel d'une carrière brisée. De son côté, Robert De Niro est magistral, étonnant par la sobriété qu'il apporte au personnage du diable qu'il incarne ici, loin des grand-guignols de rigueur. Au contraire, de son calme, de ses sous-entendus ou de ses gestes raffinés naît une impression de grandeur. Lisa Bonet offre à ANGEL HEART, quant à elle, une prestation très éloignée de l'ado bien gentille qu'elle incarnait dans le COSBY SHOW.


Alan Parker démarre assez bien son commentaire audio pour finalement s'essouffler et laisser place à des blancs parfois un peu longs. Studio Canal a tout de même sous-titré le commentaire du réalisateur anglais, ce qui permettra à tout le monde de suivre sans aucun problème ses souvenirs. On y apprend d'ailleurs la raison de l'omniprésence de tous ces ventilateurs qui donnaient un aspect inquiétant et en ajoutaient à la moiteur ambiante. L'interprétation du réalisateur nous donne de nouveaux éléments à ce propos. Le disque contient aussi six petites Featurettes (documentaires promos) où se mêlent des images de tournage, du film ainsi que des morceaux d'interviews. D'ailleurs, Alan Parker parle un peu de son film dans une interview présentée séparément. A côté de cela, on trouve des images de tournage présentées de manière brute ainsi qu'une galerie de photos et une bande-annonce. Malgré ce qui est écrit sur la pochette ou le menu, il n'y a pas de biographies. En réalité, il s'agit de trois featurettes supplémentaires ce qui vous donne à l'arrivée six de ces petits documentaires promos.

Paré d'une image à la hauteur, surtout lorsque l'on se souvient des vilaines éditions en VHS et Laserdisc, et d'une bande-son Dolby surround somme toute efficace, nous n'avions pas vu le film dans un si bel état depuis sa sortie en salles. Si l'on excepte l'édition américaine qui présente une image plus terne mais surtout plus naturelle. Une différence quelque peu anecdotique.

Version française
Version américaine

Pour peu que l'on entre dans le film, l'ambiance poisseuse de ANGEL HEART procure toujours un certain malaise.

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
Ambiance poisseuse

ON N'AIME PAS
Suppléments indiqués sur la jaquette mais introuvable sur le disque !

Meilleures scènes

  • Harry et Louis au restaurant
    (Chapitre 4)
  • Une nuit avec Epiphany
    (Chapitre 14)
Année : 1987

Durée : 108 minutes

Acteurs :
Mickey Rourke
Robert De Niro
Lisa Bonet
Charlotte Rampling
Brownie McGhee
Stocker Fontelieu
Michael Higgins

Réalisateur :
Alan Parker

Scénario :
Alan Parker
William Hjortsberg (livre)

Musique :
Trevor Jones

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 
Allemand : 

Espagnol : 

Les bandes-son codées sur 2 canaux sont en Surround et il est possible de les décoder en

Sous-titrage :
Anglais
Français
Allemand, Espagnol, Portugais, Néerlandais et Turc.

Les Suppléments

  • Commentaire audio de Alan Parker
  • Featurette
    • Le vaudou
    • Les décors
    • La cérémonie vaudou
    • Mickey Rourke
    • Lisa Bonet
    • Alan Parker
  • Interview de Alan Parker
  • Scènes de tournage prises sur le vif
  • Bande-annonce
  • Galerie de photos

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 4 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Drame

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com