GODZILLA


Suite aux essais nucléaires français à Mururoa, un inoffensif lézard mue en un monstre destructeur de plus de cent mètres de haut : Godzilla. Parcourant les océans à la recherche d'un lieu douillet pour nidifier, la bête se repaît de cargos de poissons avant de débarquer à New-York: endroit idéal pour toutes les personnes en marge de la société. Les autorités américaines vont déployer des moyens colossaux pour stopper la progression du monstre et engagent Nick Tatopoulos (Matthew Broderick), un scientifique spécialisé dans les mutations animales engendrées par le nucléaire. Les services secrets français de la DGSE sont aussi de la partie, avec à leur tête Philippe Raoché (Jean Reno), et comptent réparer les erreurs passées.

Commençons par les aspects positifs de ce DVD. L'image est somptueuse, très précise; le son est aussi de la partie avec des graves déployant une rare énergie et qui mettront à mal votre caisson de basse. L'interactivité n'est pas en reste proposant cinq bandes-annonces (on appréciera surtout les deux trailers des GODZILLA de la TOHO : GODZILLA VS KING GHIDORAH et GODZILLA AND MOTHRA : THE BATTLE FOR HEARTH), une featurette, des galeries photos et biographies ainsi qu'un un clip vidéo de Heroes : the wallfowers. On pourra regretter l'absence de Puff Daddy et de Jamiroquaï ainsi que des sous-titres pour les commentaires.

Godzilla est un véritable film "catastrophe". Comme souvent, le meilleur nous a été présenté dans les bandes-annonces et il nous reste peu de choses pour nous emballer. Et cela commence mal: avec une "Marseillaise" sur des images d'explosions nucléaires censées nous expliquer la naissance de Gojira (deux mots collés signifiants "gorille" et "baleine", "Godzilla" étant une adaptation pour le public américain). Pour la petite histoire, rappelons que notre monstre nippon est né dans les années 50 et stigmatisait, alors, la peur nucléaire suite aux bombardements d'Hiroshima et Nagasaki. Les scénaristes collent avec l'actualité mais ont surtout trouvé une formidable opportunité pour ne pas froisser le public américain. Ensuite, on a du mal à s'intéresser aux personnages (concept pourtant essentiel dans un blockbuster): Nick Tatopoulos (clin d'oeil au designer français et collaborateur de Roland Emmerich : Patrick Tatopoulos) est vraiment trop naïf et se fait avoir comme un bleu par son ex petite-amie, l'ambitieuse journaliste Audrey Timmonds (Maria Pitillo), qui se révèle finalement comme l'être le plus monstrueux du film: un comble!


Roland Emmerich et Dean Devlin voulaient faire plus qu'un simple remake, ils ont carrément relooké Godzilla avec plus ou moins de bonheur. L'agilité et la vélocité du mutant font partie des bonnes idées car elles apportent du rythme au film, oubliez donc la démarche pataude du lézard atomique. Par contre, Godzilla et sa progéniture ressemblent trop à leurs cousins T-Rex et vélociraptors de JURASSIC PARK et ont un chalutier de retard. Paradoxalement, ce sont les militaires qui se chargent des destructions les plus importantes. En effet, le réalisateur, sans doute conscient de la laideur de son personnage central, pousse le vice jusqu'à cacher son monstre dans les égouts de la Big Apple !

Le film arrivant péniblement à retenir notre attention au bout d'une heure, les scénaristes tentent de relancer l'intrigue avec les bébés Godzilla mais c'est trop tard; on se désintéresse du sort des héros et on ne souhaite qu'une chose.... que le monstre les croque tous! Si vous voulez tester votre installation, GODZILLA est une bonne référence pour épater vos amis. Sinon, passez votre chemin car le film a le mérite de relever le niveau d'une autre réalisation du couple Emmerich/Devlin : INDEPENDENCE DAY. Espérons qu'ils n'exploiteront pas le cliffhanger pour donner une suite aux aventures américaines du héros kitchissime et mythique nippon.

Pierre-Yves Taczynski


ON AIME
L'arrivée de Godzilla à New-York

ON N'AIME PAS
Les personnages
La caricature des Français
Le look peu inspiré du monstre

Meilleures scènes

  • La poursuite avec les hélicoptères
    (chapitre 12)
  • La chasse sous-marine
    (chapitre 18)
Année : 1998

Durée : 139 minutes

Acteurs :
Matthew Broderick
Jean Reno
Maria Pitillo
Hank Azaria
Kevin Dunn
Michael Lerner
Harry Shearer

Réalisateur :
Roland Emmerich

Scénario :
Ted Elliott
Terry Rossio
Dean Devlin
Roland Emmerich

Musique :
David Arnold

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Anglais : 

La bande-son codée sur 2 canaux est en Surround et il est possible de la décoder en

Sous-titrage :
Anglais

Les Suppléments
  • Bandes-annonces
    • Godzilla
      • Teaser 1
      • Teaser 2
      • Trailer
    • Godzilla vs King Ghidorah
    • Godzilla and Mothra : The Battle for Earth
  • Featurette
  • Commentaire audio du superviseur des effets spéciaux
  • Galerie de photos
  • Vidéo-clips : Heroes "The Wallflowers"
  • Godzilla takes New York : Comparaison photos avant et après les effets spéciaux numérique
  • Biographies
  • Filmographies

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 4 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Monstres géants

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com