BATTLE ROYALE Z3 (http://www.devildead.com)

BATTLE ROYALE


Dès les premières notes de classique nous sommes plongés dans le bain. 15% de chômage et un fort taux de criminalité ? la nation doit réagir ! Le "BR act" est la solution, aka BATTLE ROYALE. L’excitation est à son comble à la sortie de la dernière gagnante du jeu et c’est avec impatience que nous attendons le prochain épisode de ce FORT BOYARD trash.

«Tu peux le faire Shuya», les derniers mots d’un père désespéré à son fils. Derrière ce message, qui restera à jamais gravé dans la mémoire du jeune Shuya (papa lévite grâce à une corde quand même), se cache l’essence même du film : le passage à la vie adulte et son difficile apprentissage. L’île de BATTLE ROYALE n’est que la version miniature de ce bon vieux Japon qui ne sait plus quoi faire de sa jeunesse. Si vous ne suivez pas les règles c’est la mort qui vous attend. Cette vision digne de n’importe quel dictateur fasciste n’est pas sans rappeler celle de Heinlein et de son célèbre "ETOILES GARDE A VOUS" (Verhoeven se chargea de son adaptation avec STARSHIP TROOPERS). Cependant Kinji Fukasaku n’arrive pas à nous faire douter sur ce système à l’inverse de certaines réflexions dictatoriales d’Heinlein (il faut dire que le bonhomme n’était pas militaire de métier pour rien) : sa justification sur les bienfaits de la punition publique restera à jamais gravée dans mon esprit.

Fukasaku n’est pas un réalisateur né de la dernière pluie et derrière ses 70 ans passés, le monsieur a encore les nerfs. Il nous offre des gunfights d’une maîtrise visuelle proprement hallucinante. J’en veux pour preuve la scène dans la cuisine avec cinq jeunes filles plongées dans une paranoïa d’une rare intensité ; rajouter des flingues et autres automatiques le tout dans 20 m² et vous assisterez à l’une des plus impressionnantes scènes d’action du septième art.

Le réalisateur ne se refuse aucun effet pour atteindre son but entre un décompte des survivants purement jouissif et des réflexions qui parsèment le jeu («Je ne voulais plus être un loser»). Tout en éduquant la jeunesse de son pays Kinji, le papa, donne une leçon à son fils Kenta sur le respect des générations. En effet, à l’origine du projet, Kenta s’est tout simplement fait souffler la réalisation par son cher père. Dans sa grandeur d’âme ce dernier lui laisse quand même le soin de travailler sur le scénario. On me murmure qu'il y a eu des tensions entre eux deux tout au long du processus de création du film.



Sans entrer dans le détails de l’exposition du film (vingt premières minutes de folie) je ne peux m’empêcher de mentionner la vidéo de présentation du jeu (que l’on retrouve en supplément sur l'édition française). Une charmante jeune fille, sans doute sous l’effet d’ecstasy, énumère les règles de BATTLE ROYALE et il va falloir être productif mes amis. L’objectif doit être atteint en moins de trois jours et pour motiver les troupes on met en place des zones de danger (concept malheureusement pas exploité dans le film finalement). Cela ne vous rappelle pas votre travail ? excepté que la motivation ici n’est pas une prime de fin de mois mais le droit de vivre !

Vous refusez le système : vous êtes bons pour le suicide ! Et ce n’est que l’une des nombreuses situations poussées à l’extrême dépeintes par le Japonais fou. La naïveté pacifique, l’amour incompris… l’union ferait-elle la force ? Fukasaku répond clairement NON ! Et le message passe à coups de têtes qui explosent dans des gerbes de sang du plus bel effet. BATTLE ROYALE c’est avant tout une belle opportunité pour tous ces jeunes de régler leurs comptes en toute impunité. L’interprétation est d’ailleurs tout aussi remarquable que la réalisation ; les acteurs transpirent la haine et la rage de vivre. Un régal.

C’est maintenant l’occasion pour moi de vous parler de l’image proposée sur cette édition. Le transfert est en 4/3 (désolé) et on peut, sans trop se tromper, affirmer que la copie est plus floue et terne que l'édition française (critiquée par Eric Dinkian). Visionné sur un écran de 82 cm, la définition reste très honorable pour du 4/3, mais indéniablement c’est l’édition française qui l’emporte. Pour les suppléments je vous renvoie en bas de page de la fiche (c’est dire s’ils sont intéressants).

La où cela se complique pour nous est au niveau des pistes sonores proposées. Deux Dolby Digital 2.0 et 5.1, et une DTS (toutes trois en version originale évidemment). Si on peut décoder en Prologic la 2.0 c’est celle qui propose le moins d’ampleur spatiale et de dynamique. On écoutera de préférence les 5.1 pour peu que votre matériel vous le permette. Sans avoir des enceintes qui exploitent au maximum la puissance de mon ampli, la différence entre DTS et Dolby Digital saute aux oreilles. Et comme d’habitude c’est la piste DTS qui remporte la palme de la dynamique et de la précision sur les arrières.

DVD chinois Z3

Je disais peu avant que cela se compliquait pour la bonne et simple raison que cette fameuse piste DTS n’existe pas sur l'édition française. Alors que choisir ? A bien regarder c’est bien le seul atout du disque chinois qui, sans être catastrophique, se fait définitivement enterrer par des suppléments dignes de ce nom et une image supérieure bénéficiant d’un transfert 16/9. Pour un tel film je conseille aux possesseurs de l'édition chinoise d’acheter aussi le zone 2. “Life is a game, so fight for survival.

Pierre-Yves "Lord Taki" Taczynski

ON AIME
Exposition du film exemplaire
Intensité du film
Piste DTS

ON N'AIME PAS
Absence de transfert anamorphique
Suppléments légers
Neuf chapitres c’est court

Meilleures scènes

  • Les 23 premières minutes
    (Chapitres 1, 2 et 3)
  • Je t’aime moi non plus
    (Chapitre 5 [47'55])
  • Quand les femmes s’occupent de la cuisine
    (Chapitre 7)
  • Pour ne plus être un loser
    (Chapitre 8 [1'28'20])
Année : 2000

Durée : 113 minutes

Acteurs :
Tatsuya Fujiwara
Aki Maeda
Taro Yamamoto
Chiaki Kuriyama
Kou Shibasaki
Masanobu Ando
Beat Takeshi

Réalisateur :
Kinji Fukasaku

Scénario :
Kenta Fukasaku
Koshun Takami (livre)

Musique :
Masamichi Amano

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Japonais : 
Japonais : 
Japonais

La bande-son codée sur deux canaux est en surround et il est possible de la décoder en

Sous-titrage :
Anglais
Chinois


Les Suppléments

  • Bande-annonce
    • Battle Royale
    • Tales Of The Unusual
  • Biographie de Takeshi Kitano

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 10 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Action
Anticipation
Asiatique

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com