SHOCKER


Depuis neuf mois, la population est terrorisée par un terrible meurtrier qui compte déjà à son tableau de chasse sept familles. Innocentes et sans défense, elles sont sauvagement mutilées pendant leur sommeil. La star de l’équipe de football universitaire, Jonathan Parker (Peter Berg qui réalisera plus tard une comédie noire remarquable : VERY BAD THINGS), a une vision. Sa mère adoptive, son frère et sa sœur sont sauvagement mutilés chez eux. Cauchemar ou réalité ?

SHOCKER est profondément ancré dans les années 80 (même s’il est sorti en 1989). Le scénario reprend la trame de tout bon boogeyman qui se respecte et la bande originale est résolument orientée teenagers rebels avec du bon vieux hard-rock. Notamment le "No more Mr nice guy" de Alice Cooper repris par Megadeth. Ce bon vieux Alice fait d'ailleurs une apparition "clin d'oeil" à la fin du film...

A l’origine SHOCKER était un produit développé pour la télévision, et je dois bien reconnaître que c’est plutôt une bonne chose qu’il se retrouve sur pellicule. Car que l’on aime ou pas les dernières réalisations de Wes Craven (quoique l’auteur de ces lignes prend toujours plaisir devant un SCREAM et quelques passages de SCREAM 2) il ne faut pas oublier que SHOCKER date d’avant l’énorme bavure Murphyenne d’UN VAMPIRE A BROOKLYN et qu'à cette époque on pouvait encore voir dans les salles obscures un spectacle sanguinolent.

On retrouve des thèmes chers au réalisateur : les rêves/cauchemars qui se mélangent à la réalité (cela ne vous rappelle pas un certain Freddy ?) et la famille confrontée à la perte d'un être cher et avide de vengeance (LA DERNIERE MAISON SUR LA GAUCHE). On croise aussi au hasard de quelques cameos Heather Langenkamp et Wes Craven lui-même. Bref tout cela sent le réchauffé mais ce n’est pas parce que la pizza est froide qu’il ne faut pas la passer au micro-ondes ! Je suis gastronome mais de temps en temps du bon vieux gore gentillet (le sang coule à flot et ne comptez pas sur moi pour faire un bouche à bouche à un psychopathe) ça fait du bien aux yeux.


La seule "originalité" réside dans le mode de transmission de l’esprit d’Horace Pinker. Si le concept rappelle un certain extra-terrestre qui se cache (HIDDEN en anglais) dans l’estomac de ses hôtes, le boucher de familles a préféré la voie électrique. Quoi de plus normal pour un réparateur de T.V. adepte de la magie noire ? Les multiples changements de possédés nous réserveront une mémorable scène : une gamine crache sur un jogger implorant à l’aide et prend les commandes d’une tracto-pelle pour poursuivre Jonathan. Rien que pour cette séquence ce film mérite qu’on lui prête attention.

Les apparitions d'Alison (Cami Cooper) font également partie des moments les plus réussis du métrage. Craven se passe de la bimbo de service et gagne ainsi en dramatique lorsque Jonathan la retrouve dans la baignoire (le jour de son anniversaire). Elle deviendra son ange-gardien ce qui offrira aux spectateurs des instants rares pour un tel film : une relative douceur au milieu de l’horreur.

Enfin on retiendra l’affrontement final tout simplement démentiel où Horace et Jonathan s’affrontent en passant de programmes TV en programmes TV. L'occasion pour l'équipe des effets spéciaux de faire une démonstration de leur savoir-faire (encore aujourd'hui ils passent plutôt bien).

Il ne faut pas compter par contre sur les bonus pour nous motiver à l’achat : une bande-annonce, des notes de production et les indétrônables biographies des principaux intervenants. Seule la présence de la bande son française réhausse le niveau de cette édition. L’image, quant à elle, souffre de quelques poussières mais rien de vraiment gênant lors de la vision.

En définitive le seul réel bémol que l’on pourrait évoquer est son traitement de la peine de mort. Même si le but initial n’est pas de relancer ce sensible débat, on peut rester dubitatif devant la logique du héros lors de l’arrestation de Pinker qui peut se résumer à : "je mérite de le voir mourir". Sachant que la chaise électrique n’est pas le moyen le plus élégant pour assouvir cette vengeance, j’aurais apprécié ne serait-ce qu’une réplique pour modérer ce propos. Ceci reste relativement mineur et Pinker reste un des mes boogeymen préféré.

Pierre-Yves "Lord Taki" Taczynski

ON AIME
L'ambiance électrique
La bande originale métal
Le look d'Horace Pinker

ON N'AIME PAS
Manque d'originalité
Absence de bonus (comme d'habitude !)

Meilleures scènes

  • Pinkers TV repair
    (Chapitre 5)
  • No more Mr Nice guy
    (Chapitre 8 et 9)
  • Confrontation finale
    (Chapitre 17)
Année : 1989

Durée : 110 minutes

Acteurs :
Peter Berg
Mitch Pileggi
Cami Cooper
Richard Brooks

Réalisateur :
Wes Craven

Scénario :
Wes Craven

Musique :
William Goldstein

Format disque :
Simple Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 

Sous-titrages :
Anglais
Espagnol

Les Suppléments

  • Notes de production
  • Biographies
  • Bande-annonce

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Slasher

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com