LES DENTS DE LA MER
JAWS


Amity est une petite station balnéaire sans histoire. A quelques jours de l'ouverture de la saison, les restes d'une jeune femme sont retrouvés sur la plage. Plus tard, des preuves révèlent que c'est l'œuvre d'un requin. Les autorités décident néanmoins de maintenir l'accès des plages ouvert au public jusqu'au prochain drame ?

Eté 1975, Spielberg traumatise une bonne partie des Etats-Unis avec JAWS ; de la côte Ouest à la côte Est jamais les eaux américaines n'auront été aussi peu agitées par des vacanciers en mal de relaxation aquatique. Cela fait donc plus de 25 ans que le film est sorti et, si on fait exception des costumes et autre compléments capillaires d'époque, le film aurait très bien pu être tourné hier.

Troisième film de Spielberg, LES DENTS DE LA MER explose le box-office à sa sortie et ne sera détrôné de sa première place de meilleur score de tous les temps que lors de la sortie de l'épisode IV de STAR WARS (A New Hope). DUEL avait été consacré en Europe et avait obtenu le Grand Prix du festival d'Avoriaz (rappelons que ce que beaucoup de monde considère comme le premier film du " maître " n'était à la base qu'un téléfilm) et nous retrouvons ici la même trame : un monstre surdimensionné et surpuissant que rien ne semble pouvoir arrêter. Spielberg utilisa d'ailleurs le même son lorsque le camion tombe de la falaise pour la lente descente du corps explosé du requin. Une sorte de remake aquatique en somme.

Une menace d'autant plus effrayante qu'elle se cache au plus profond de l'obscurité des fonds marins. Et comme si nous n'étions pas suffisamment traumatisés par la première attaque où le spectateur ressent chaque morsure infligée à la pauvre Chrissy, le réalisateur se garde bien de nous montrer le grand blanc. Il préfère laisser ses pauvres victimes dans l'expectative, chacun imaginant alors sa vision de l'horreur. Ce choix artistique se révèle souvent décevant quand on découvre en définitive LA vision du département des effets spéciaux, il n'en est rien ici.

LES DENTS DE LA MER est aussi l'occasion d'offrir aux acteurs des personnages avec une réelle profondeur. Il aurait été si facile de tomber dans le piège des stéréotypes, mais le jeune réalisateur s'entoure d'acteurs confirmés : Roy Scheider, Robert Shaw, et propose le rôle du scientifique Hooper à Richard Dreyfuss (qui acceptera le rôle pour faire oublier sa précédente prestation dans THE APPRENTICESHIP OF DUDDY KRAVITZ). Le grand squale n'est pas la star du film qu'on se le dise, nous assistons avant tout à une formidable aventure humaine. Une scène résume parfaitement cet état d'esprit : Quint raconte la terrible histoire de l'USS Indianapolis et en une fraction de seconde le passé du marin, ses motivations, ses pensées, toute cette richesse de caractère, qui mériterait à elle seule un long métrage, devient limpide.

On ne peut pas parler de ce film sans mentionner la partition de John Williams. Un thème simple, permettant une large gamme de variations dans le rythme et l'intensité. Une telle association du son et de l'image est rare. Cette signature du requin fait partie du patrimoine culturel, elle est à présent universellement reconnue comme l'annonce d'une menace imminente et terrible. Spielberg accorde d'ailleurs la moitié de la réussite du film à la musique.


"The making of Jaws" est le supplément le plus appétissant de cette édition. Réalisé par le français Laurent Bouzereau passé expert en l'élaboration de tels documentaires, on y découvre la majorité des petits secrets du tournage pendant 50 minutes. "Majorité" en effet car ce film est à l'origine deux fois plus long sur l'édition Laserdisc collector (une pensée au passage pour la grande galette) et ce n'est pas le fait que Bouzereau ait lui-même charcuté son bébé qui nous consolera. La raison officielle étant que cela ne pouvait tenir sur le disque dans son intégralité. A l'heure où l'on nous donne des éditions spéciales sur plusieurs DVD, ne serait-ce pas plutôt un calcul marketing honteux pour nous ressortir une "50th Anniversary Ultimate Collector Edition 7.1" ?

Sachant cela on reste définitivement sur sa faim, pourtant cette édition amputée est riche d'enseignements. Nos lecteurs les plus avertis savent déjà que le tournage fut un véritable cauchemar pour l'équipe, le requin blanc baptisé "Bruce" n'en faisant qu'à sa tête. On apprend donc beaucoup sur les choix de réalisation des scènes les plus marquantes, le casting, le tout ponctué d'anecdotes sympathiques ("Fuck the actors, save the sound department" j'en ris encore).

Pour compléter la section des bonus l'éditeur nous propose : 10 scènes coupées (10 minutes au total) loin d'être indispensables et qui ont apparement mérité d'échouer sur le plancher du monteur, une minute de prises alternatives (on peut aisément parler de bêtisier), une galerie photos (dont six scènes storyboardées), un quizz (avec une aide renvoyant à l'extrait du film concerné mais uniquement en anglais) et les incontournables bandes-annonces, notes de production et biographies.

En ce qui concerne les pistes sonores deux philosophies s'affrontent. La première attend d'exploiter au maximum les possibilités de son matériel et se ravira de trouver un remixage 5.1 de la version originale. La deuxième voit le DVD comme le parfait support pour redécouvrir un film aussi fidèlement possible que lors de sa sortie dans les salles obscures. Ainsi c'est une grande déception de découvrir que la version originale mono est absente de cette édition, surtout quand on sait que le film gagna justement un Oscar pour sa bande sonore.

Depuis LES DENTS DE LA MER tous les films ayant pour thème un grand squale ne tiennent la comparaison que quelques instants. Même les requins génétiquement modifiés du récent PEUR BLEUE, malgré un propos définitivement plus fun que le chef d'oeuvre de Spielberg, n'arrivent pas à faire oublier son bon vieux Bruce. La marque du film ultime qui arrive à créer, vision après vision, la même tension lorsqu'on voit le malheureux enfant qui pédale des pieds sur son matelas pneumatique. Comment voulez-vous que j'aille mettre un pied à la plage après ce traumatisme?

Nadia, Christophe "You're gonna need a bigger boat".

Pierre-Yves Taczynski

ON AIME
Se faire peur
C'est un classique indétrônable, je suis tout petit devant ce film

ON N'AIME PAS
Making-of amputé
Pas de V.O. mono

Meilleures scènes

  • Chrissy
    (Chapitre 2)
  • Alex
    (Chapitre 5)
  • USS Indianapolis
    (Chapitre 15)
Année : 1975

Durée : 120 minutes

Acteurs :
Roy Scheider
Richard Dreyfuss
Robert Shaw
Lorraine Gary
Murray Hamilton

Réalisateur :
Steven Spielberg

Scénario :
Carl Gottlieb
Peter Benchley (livre)

Musique :
John Williams

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 
Allemand : 

Espagnol
Italien : 

Les bandes-son codées sur 2 canaux sont en Mono.

Sous-titrage :
Anglais
Français
Allemand, Polonais, Tchèque, Danois, Suédois, Finnois, Néerlandais, Norvégien, Portugais, Hébreu, Grec, Arabe, Hongrois, Turc, Bulgare, Hindi, Islandais et Espagnol.

Les Suppléments

Jaws (Site officiel)

Les Suppléments

  • The Making Of Jaws (Documentaire)
  • Scènes coupées
    • Brody et Ellen dans la cuisine
    • Extension de l'interrogatoire de Brody
    • Le maire empêche l'adjoint d'amener les pancartes
    • Extension de la scène du bac
    • Quint au magasin de musique
    • Brody découvre les pêcheurs du dimanche
    • extension de l'arrivée de Hooper
    • Les pêcheurs du dimanche en mer
    • Ellen Brody parle d'un bébé phoque
    • Hooper et Brody se rendent auprès du requin mort
  • Prises alternatives (ratées)
    • Brody tire au pistolet
    • La mort de Quint
  • Bandes-annonces
    • Trailer
    • Teaser
    • Re-release Trailer
  • Galerie de photos
  • Notes de production
  • Filmographies
    • Steven Spielberg
    • Roy Scheider
    • Robert Shaw
    • Richard Dreyfuss
  • Le monde des requins (notes textuels)
  • Sortez de l'eau (Quizz)
  • DVD Rom section (Screensaver)

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 8 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Animaux & Insectes

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com