Les Vikings (1958)
Posté le 2009-04-06 14:17:27

Lorsqu’il devient producteur en 1955, Kirk Douglas est alors un des premiers acteurs hollywoodiens à franchir le pas. Avec sa compagnie Bryna (d’après le prénom de sa mère), il lance des projets audacieux comme Les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick. En 1957, il achète les droits d’un roman de Edison Marshall, Les Vikings, et en confie l’adaptation à Dale Wasserman et Calder Willingham.

Pour lui, le film doit être un western transposé au temps des Vikings. Mais pas question d’en faire une aventure de carton-pâte, les prises de vues auront lieu en Norvège et l’authenticité sera de mise. "Je demandais à des experts norvégiens, suédois et danois de me donner un aperçu historique exact de la période viking, la dimension des bateaux, la façon dont étaient construites les maisons et les tavernes à hydromel, etc. " Il choisit comme réalisateur Richard Fleischer (avec qui il a tourné 20 000 lieues sous les mers en 1954), qui consulte de son côté le directeur du musée viking à Oslo, le chef du département historique à l’UCLA ou la bibliothèque du British Museum. "Mais les experts n’étaient pas d’accord entre eux, et je dus moi-même trancher" raconte Kirk Douglas.

Pour qu’ils s’imprègnent de l’ambiance scandinave du film, Douglas emmène les acteurs principaux (Tony Curtis , Janet Leigh et Ernest Borgnine) dans un voyage au Danemark, en Suède et enfin en Norvège. Le tournage débute en avril 1957 près de Bergen, où un village des plus authentiques a été reconstitué et où la figuration a été engagée parmi la population locale. Des rameurs sont recrutés dans les clubs d’avirons de la région afin de conduire les drakkars. Ceux-ci s’amusent à tester Ernest Borgnine à son arrivée en lui demandant de venir ramer avec eux. Ils ignorent qu’il a passé dix ans dans la Marine ! Au vu de sa technique et de sa parfaite synchronisation avec eux, les rameurs vont éprouver le plus grand respect à son égard et le lui témoigneront.

Kirk Douglas prouve lui aussi ses aptitudes physiques. "Dick Fleischer m’annonça un jour que je pourrais prendre une journée de repos : il allait tourner une cascade. Mon personnage devait se livrer à une vieille tradition viking : ils se soûlent sur le navire, puis coincent les longues rames dans leurs tolets et courent ainsi sur les rames alignées à l’horizontale. Tout le monde me disait que je n’arriverais pas à le faire. Il ne m’en fallait pas plus. "Je vais le faire !" Je les observai d’abord, remarquant qu’il fallait acquérir un certain rythme pour sauter ainsi de rame en rame. Si l’on ralentit, on a toutes les chances de perdre l’équilibre et de se retrouver dans les eaux glacées du fjord. Je fis moi-même la cascade et ne glissai qu’une fois. Délibérément. Après tout, mon personnage était censé être ivre."

Jerry Bresler est chargé de mener à bien la production au jour le jour et se retrouve à gérer toutes sortes de problèmes, comme s’en souvient Tony Curtis : "Un jour il a voulu louer un cheval, mais quand le type a découvert que c’était pour Kirk, il a doublé ses prix. Furieux, Jerry a refusé de payer. Alors le bonhomme a coupé l’eau de toute la production. J’imagine qu’il avait le monopole des chevaux et aussi du service des eaux... On avait besoin de loups dans le film, mais ceux qu’on a reçus se sont montrés un peu trop féroces. Alors Jerry s’est procuré des bergers allemands qu’on a dû teindre en noir. " L’acteur se souvient également que Kirk Douglas devait parfois jouer les réalisateurs car Richard Fleischer "a vite été absorbé par tous les problèmes de production."

Mais la difficulté principale sur le tournage est le mauvais temps. "Un jour, au milieu d’un groupe d’acteurs, raconte Douglas, j’observai un beau ciel ensoleillé tournant à l’orage ; c’est une situation exaspérante pour un producteur. À l’un des Norvégiens qui jouait dans le film, je demandai : "Il pleut donc toujours en Norvège ?" " Je ne sais pas, me répondit-il, je n’ai que dix-huit ans." " Le tournage à Bergen va durer plusieurs mois en raison du climat. Mais un jour, alors que l’ambiance avec les Norvégiens est excellente, ces derniers se mettent en grève pour obtenir plus d’argent. Furieux et blessé, Kirk Douglas décide de continuer le film aux studios de Munich. La séquence finale sera filmée en France au château de Fort-la-Latte dans les Côtes-d’Armor, où Tony Curtis sera blessé à l’œil par une flèche et manquera de tomber dans le vide (il sera rattrapé in extremis par Kirk Douglas).

Le film se termine en septembre, au grand soulagement de Richard Fleischer. "Les Vikings fut très éprouvant physiquement. Une terrible épreuve. N’importe quel film avec beaucoup d’eau est difficile à tourner. Et n’importe quel film avec beaucoup de Kirk Douglas est toujours difficile !"

Philippe Lombard

[Sources : "Richard Fleischer" de Stéphane Bourgoin (Edilig, 1986), "Le Fils du chiffonnier" de Kirk Douglas (Presses de la Renaissance, 1989), "Tony Curtis, l’autobiographie" de Tony Curtis (Belfond, 1995), "Ernie, the autobiography" de Ernest Borgnine (Citadel Press, 2008)]

Titre Original :
VIKINGS, THE

Titre français :
VIKINGS, LES

Année : 1958

Nationalité : Etats-Unis

Réalisé par :
Richard Fleischer

Ecrit par :
Dale Wasserman, Calder Willingham & Edison Marshall

Musique de :
Mario Nascimbene

Interprété par :
Kirk Douglas, Tony Curtis, Janet Leigh, James Donald, Ernest Borgnine, Alexander Knox & Maxine Audley


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com