007 vu par Anthony Burgess
Posté le 2009-04-03 12:28:38

En 1975, Albert R. Broccoli, qui vient de se séparer de son associé Harry Saltzman, essaie de trouver une bonne histoire pour L’espion qui m’aimait. Les scénaristes Derek Marlowe et Stirling Silliphant ne l’ayant pas satisfait, il contacte alors Anthony Burgess, l’auteur de Orange mécanique. Il n’est pas très difficile de comprendre les raisons qui l’ont conduit à refuser son scénario. Jugez-en plutôt par ce résumé écrit par Burgess lui-même :

"L’organisation C.H.A.O.S. (Consortium for the Hastening of the Anihilation of Organized Society) dominée par un méchant du type Orson Welles, cloué sur une chaise roulante, a l’ambition de ne servir ni la Russie, ni tout autre pays communiste, mais d’humilier le monde et de détruire l’autorité dans ses principes religieux et civils. Il y avait sans doute quelque chose de trop sophistiqué dans ce concept qui ignore l’argent (dans la première scène, des millions de dollars sont brûlés), mais il devenait possible en donnant au méchant une très belle fille, dont le visage accusait une affreuse difformité. Elle déteste le monde et veut le voir détruit. Elle déteste aussi les services secrets britanniques, pour avoir aimé auparavant l’agent 009 (elle ne réalise pas, en fait, qu’il s’est fait tuer). Les rougeurs sur son visage sont apparues juste après la pseudo-désertion de 009. C’est apparemment purement psychosomatique.

La Reine et tous les ministres du Commonwealth doivent être assassinés dans l’Opéra de Sydney, à moins qu’ils ne fassent des cabrioles dans la nudité la plus totale devant les caméras des télévisions du monde entier. Des systèmes explosifs, activés à distance par radio, sont insérés sous la peau d’innocentes victimes, qui ont été opérées de l’appendicite dans une clinique bavaroise.

James Bond débute ses investigations, puis est capturé et torturé par la fille au visage abîmé, mais il lui enseigne l’amour ; la difformité disparaît alors comme par magie..."

Philippe Lombard

[Sources : "Life Magazine" volume 10, number 4 (avril 1987)]

Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com