Le Temple du Soleil (1969)
Posté le 2009-03-30 18:57:28

À " Télérama " qui lui demandait en 1964 si le dessin animé n’était pas plus adapté aux aventures de Tintin, Philippe Condroyer (le réalisateur de Tintin et les oranges bleues) répondait : " Le graphisme de Tintin exigerait une animation soignée, fignolée, à la Walt Disney. Son coût est trop élevé pour la France. " Cette même année, les faits lui donnent raison puisque la société d’animation bruxelloise Belvision produit une adaptation télévisée de 55 minutes de L’Affaire Tournesol de qualité moyenne. L’animation s’est pourtant considérablement améliorée depuis les premiers essais (une série de semi-animation en noir et blanc en 1957 et une coproduction américano-belge de 1960 à 1962) mais est encore loin de restituer le style d’Hergé.

Pour Raymond Leblanc, le patron de Belvision (et l’éditeur du journal "Tintin"), c’est une étape de plus avant d’aborder son rêve : le long-métrage destiné au grand écran. Il produit Astérix le Gaulois (1967) puis Astérix et Cléopâtre (1968). Avec ses cent cinquante employés, Belvision est alors le plus grand studio européen d’animation et peut rivaliser avec les Américains. Décidés à voir grand, Leblanc et son équipe adaptent le diptyque Les 7 Boules de Cristal - Le Temple du Soleil, en coproduction avec Georges Dargaud. Greg, l’inventeur de Achille Talon, se charge du scénario, après avoir travaillé sur les séries télé.

Hergé ne participe pas à la production du film mais observe de loin le bon déroulement des opérations. Pour lui, "le dessin animé est à la fois un art et une technique, différents de ceux de la bande dessinée. Il s’agit d’un langage nouveau, qui tient de la littérature et du cinéma. Tout repose en effet sur l’adaptation : il faut ajouter et retrancher, partant de l’œuvre dessinée, pour la transposer en langage cinématographique. Ce qu’a fait notre ami Greg qui est l’auteur de l’adaptation et du dialogue : du premier album, il a tiré le point de départ, la motivation si vous voulez de l’aventure de Tintin, c’est-à-dire l’exposé, la justification-spectacle de l’action, tout le début du film. Mais le cinéma n’explique pas : tout doit y être action. C’est pourquoi tout ce qui était le sujet des 7 Boules de Cristal nous apparaît résumé, mais en mouvement, dès que la voiture de Charlet est prise en chasse par de mystérieux ennemis, quand se déclenche l’orage qui, à Moulinsart, volatilise la momie de l’Inca Rascar Capac, ou encore lorsque le malheureux Tournesol qui a mis à son poignet le fatal bracelet est enlevé en hélicoptère. Ce langage nouveau, c’est une " continuité ". Cela, c’est la création de l’équipe de Belvision, qui est, au sens propre, l’auteur du film."

L’authenticité et la précision sont de mise. Les animateurs font des recherches poussées sur les véhicules (l’hélicoptère "Alouette", la Citroën ID 19...) et vont, pour la scène de la fête du Pisco, jusqu’à filmer une authentique danseuse indienne, dont tous les mouvements sont analysés pour les redessiner ensuite. La danse des Dupond et Dupont serait même inspirée par un garçon de bureau qui s’est amusé à imiter la jeune fille. Jean Richard ouvre son zoo aux dessinateurs pour "croquer" les lamas et le condor. Quant au Temple lui-même, Hergé n’en ayant pas entièrement montré l’extérieur, une maquette géante est construite que Claude Lambert, chef d’équipe des décors, utilise pour les différentes prises de vues. 80.000 croquis sont utilisés dans le film (la moitié seulement de ceux réalisés !). La scène dans laquelle Tintin s’accroche à la roue de l’hélicoptère des ravisseurs de Tournesol est inspirée de dessins préparatoires d’Hergé pour Tintin et le Mystère de la Toison d’Or, qui n’avaient pas été utilisés.

Le compositeur François Rauber (L’Homme de la Mancha) estime que Tintin est en somme un héros classique, et qu’une orchestration à base de violons est toute indiquée. Il demande à Jacques Brel d’écrire deux chansons. "Il venait alors d’arrêter la scène et prenait ses distances avec le métier, se souvient-il. J’étais convaincu qu’il refuserait. L’idée de renouer avec son enfance et de rencontrer musicalement Tintin, autre Belge célèbre né la même année que lui, a déclenché son accord ! Et ses deux chansons ("Ode à la nuit" et "Chanson de Zorrino") ont été interprétées par Lucie Dolène, voix chantée du personnage." Les autres voix sont celles de Philippe Ogouz (Tintin) et de Claude Bertrand (Haddock). À ce propos, Hergérecevra par courrier la plainte d’un jeune spectateur : "Je n’aime pas le capitaine Haddock au cinéma. Il n’a pas la même voix que dans les albums" (!)

L’animation a nettement progressé. Le statisme a disparu, au prix parfois de mouvements très amples et de personnages un peu trop gesticulants. La représentation de Tintin est fidèle, en tous cas résolument moderne, puisque le reporter adopte une tenue qui n’apparaîtra que dans Tintin et les Picaros (1976) : un pantalon long et non plus une culotte de golf. Le journal "Tintin" rapporte d’ailleurs à ce sujet une anecdote : à la première du Temple du Soleil au Paramount-Elysées à Paris, à laquelle avaient assisté bon nombre de célébrités (dont Alain Delon), Hergé dut faire face à une mini-manifestation de jeunes gens brandissant les banderoles "Rendez à Tintin sa culotte de golf" ! Mis à part ce mouvement "contestataire", très localisé, le film a du succès auprès des enfants, qui peuvent en suivre l’adaptation chaque semaine dans "Tintin". Tintin et le lac aux requins suivra en 1972.

Philippe Lombard

[Sources : "Tintin" n°1102, "Moulinsart-Hollywood : quand Tintin fait son cinéma" de Benoît Peeters et Wilbur Legeube (Eva 1 Communication / Arte, 1995), livret-CD "Tintin au Cinéma" de Stéphane Lerouge (FGL, 1998)]

Titre Original :
TINTIN ET LE TEMPLE DU SOLEIL

Titre anglais :
TINTIN AND THE TEMPLE OF THE SUN

Année : 1969

Nationalité : France / Belgique / Suisse

Réalisé par :
Eddie Lateste

Ecrit par :
Eddie Lateste, Jos Marissen, Laszlo Molnar & Herge

Musique de :
François Rauber


LOBBY CARDS

TINTIN ET LE TEMPLE DU SOLEIL Lobby card


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com