«Casino Royale» par Tarantino
Posté le 2008-10-30 19:23:05

Entre 1989 et 1995, la série des James Bond s’est interrompue, à cause de problèmes juridiques et financiers qui opposaient la MGM à Albert Broccoli. Timothy Dalton, qui n’avait tourné que deux films, était toujours supposé reprendre le rôle mais le flou total entourait le projet «Bond 17». En 1994, après le triomphe (et la Palme d’or à Cannes) de Pulp Fiction, Quentin Tarantino entreprend d’adapter le tout premier roman de Ian Fleming, Casino Royal.

«J’adore ce roman, et ça m’a toujours étonné qu’il n’ait pas été adapté, du moins pas sérieusement, puisque le Casino Royal qui existe est une parodie délirante. J’avais envie d’adapter ce roman, mais de façon très différente des autres James Bond. J’en aurais sans doute fait quelque chose de plus sobre, et je l’aurais retransposé dans son époque d’origine. J’ai donc commencé à négocier les droits et là, je n’ai vraiment pas eu de chance. Un an plus tôt, je pense que ça aurait pu marcher, parce que la franchise James Bond était quasiment moribonde. Mais quand je me suis penché sur le projet, ils étaient en train de relancer la machine avec GoldenEye, et donc, s’ils me vendaient les droits, ils créaient leur propre concurrence, ce qui aurait été idiot. Le projet est donc tombé à l’eau».

Mais quelques années plus tard, l’envie de Tarantino se fait de nouveau sentir et il va jusqu’à rencontrer Pierce Brosnan en 2004. «Au cinquième Martini à la pomme», raconte l’acteur, «il a évoqué Casino Royal, qui est la clé pour comprendre toutes les dimensions du personnage de Bond. J’ai apporté cette idée à la famille Broccoli, qui produit les Bond. Mais ils ont leur façon à eux de faire les films et ne sont pas du tout ouverts à la discussion. Ils ont carrément jeté mon idée par la fenêtre». Peu de temps après, Pierce Brosnan quittera la série.

En 2006, les producteurs Michael G. Wilson et Barbara Broccoli annoncent qu’ils vont produire une adaptation de Casino Royal, qui sera réalisée par Martin Campbell (déjà aux mannettes de GoldenEye). Tarantino l’a mauvaise et le fait savoir… «Je suis vraiment contrarié que les producteurs des James Bond ne m’aient jamais appelé pour en parler car je peux vous dire qu’ils ne feraient pas Casino Royal si je n’en avais pas parlé le premier. Ils auraient dû m’appeler. Surtout depuis qu’ils ont pris mon idée en s’en attribuant le mérite. Ils auraient au moins pu avoir la courtoisie de prendre un café avec moi...».

Philippe Lombard

[Sources : «Studio» n°131, «The New York Times» (14 Novembre 2004), www.wenn.com]

Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com