Histoires extraordinaires (1968)
Posté le 2010-02-24 03:16:22

En 1966, le producteur français Raymond Eger (à qui l’on doit Quai des Orfèvres, Sois belle et tais-toi et Le Scandale), a l’idée de faire un film à sketches inspirés d’Edgar Allan Poe . Roger Corman a alors remis les adaptations du romancier à la mode avec une série de huit films (parmi lesquels, déjà, une œuvre à sketches, L’Empire de la terreur en 1962). Les cinéastes auxquels il pense sont légion et prestigieux : Federico Fellini, Claude Chabrol, Orson Welles, Roger Vadim, Joseph Losey, Luchino Visconti, Jean Renoir, Ingmar Bergman, Luis Bunuel… Après de nombreuses consultations des uns et des autres, il revient à un projet plus modeste mais pas moins prestigieux. Il affirme à Federico Fellini qu’il a déjà l’accord de Bergman et Orson Welles. Le maestro, peu intéressé par l’idée d’adapter Poe, est tout de même attiré par le fait d’être associé aux deux autres cinéastes.

Welles a écrit un scénario de 57 pages, en s’inspirant du "Masque de la mort rouge" (un prince s’enferme dans son château avec ses amis pour échapper à la peste) et de "La Barrique d’Amontillado" (une histoire de vengeance où un homme –ici, une femme– est enterré vivant derrière un mur). Welles pense l’interpréter lui-même et également faire appel à l’acteur anglais Charles Gray (Les Vierges de Satan, Les diamants sont éternels). Mais Welles ne parvient pas à s’entendre avec le producteur et se retire du projet. Quand à Bergman, c’était un pieux mensonge pour convaincre Federico Fellini… Mais ce dernier, qui a des relations houleuses avec le producteur Dino de Laurentiis sur la préparation du Voyage de G. Pastorna, décide de rester, ne serait-ce que pour changer d’air.

Après avoir tenté en vain de convaincre Eger de le laisser adapter une nouvelle de l’écrivain et scénariste Bernardino Zapponi , il propose une version comique de "L’Enterrement prématuré" avec Alberto Sordi. Mais Eger désire un sketch dramatique. L’assistante de Fellini découvre "Ne pariez jamais votre tête au diable", une nouvelle publiée en 1841, dans laquelle un joueur invétéré se fait décapiter lors d’un pari de trop. L’Italien ne lira la nouvelle qu’après le tournage et se concentre avec Bernardino Zapponi sur le personnage de Bobby Dammit, une star de cinéma décadente qui accepte de venir tourner en Italie le "premier western catholique" en échange d’une Ferrari… Il propose le rôle à Peter O’Toole, qui refuse, avant de se rabattre sur Terence Stamp, qui a encore les cheveux longs et blonds du western Blue. Il va lui créer un look à mi-chemin entre Edgar Poe lui-même (sans la moustache) et Chuck Berry.

Fellini tourne une séquence très coûteuse dans le village western des studios Elios à Rome, avec des cascades et des fusillades orchestrées par les spécialistes du genre. Mais lors de la projection de la première version du film, Bernardino Zapponi réalise que la scène est en complet décalage avec le reste et convainc Fellini de la couper. Enthousiasmés par le montage final, Raymond Eger et le coproducteur italien Alberto Grimaldi demandent à Fellini un autre sketch. Le maestro pense à "Comment s’écrit un article à la Blackwood", l’histoire d’une femme qui visite le clocher d’une cathédrale et se trouve la tête coincée par la grande aiguille de l’horloge, qui finira par la décapiter. Mais les producteurs reviennent finalement sur leur idée.

Eger propose à Alain Delon d’être l’interprète de "William Wilson", la troublante histoire d’un homme poursuivi toute sa vie par un homonyme qui est son penchant positif. L’acteur demande à ce que Louis Malle en soit le réalisateur. Celui-ci refuse à la lecture du scénario avant de revenir sur sa décision après avoir lu la nouvelle de Poe dont il pense pouvoir tirer quelque chose à condition qu’il en écrive l’adaptation lui-même. Il crée un personnage de femme contre lequel Wilson joue et triche aux cartes, et pense à Florinda Bolkan, mais Eger suggère Brigitte Bardot. Pensant qu’elle refusera, Malle donne son accord au producteur. Mais en souvenir de Vie privée (tourné en 1961), BB accepte. Il va alors faire son possible pour rendre l’actrice méconnaissable, afin de ne pas casser l’effet dramatique.

Les problèmes s’accumulent pour Louis Malle. Après avoir fait les repérages dans la cité médiévale de Bergame par temps de brume, ce qui promettait une belle atmosphère fantastique, le tournage se déroule en plein soleil sous un ciel bleu. Quant aux relations avec son acteur principal… "Pour maintenir la tension sur le tournage, j’étais très aidé par Alain Delon. Nos rapports n’ont pas été bons. Delon est un excellent professionnel, ambitieux, et consciencieux, mais il a un tempérament agressif, polémique. Il aime la bagarre. Moi, je suis tout le contraire… j’ai besoin d’un état de grâce. Le début a été désastreux. Puis, j’ai eu une illumination. Ce personnage orgueilleux, tendu, en révolte permanente, c’était exactement Wilson. Dès lors, j’ai modulé le personnage, le rythme, le ton du film sur Alain Delon."

Roger Vadim porte son choix sur "Metzengerstein", une nouvelle publiée en 1832, qui évoque la querelle ancestrale qui oppose deux familles nobles hongroises. Le dernier membre de la famille Metzengerstein est un baron débauché et cruel qui a provoqué la mort du comte Wilhem Berlifitzing, son ennemi, dans l’incendie de son château. Aussitôt après, un mystérieux cheval apparaît et provoque la perte du baron… Vadim va s’approprier le texte de Poe pour en faire quelque chose de sulfureux, comme à son habitude. Les quelques lignes évoquant la débauche du baron prennent ici une énorme importance et le personnage est transformé en femme, dont il confie l’interprétation à son épouse Jane Fonda, qu’il vient de diriger dans Barbarella. Elle tombe amoureuse de son cousin et néanmoins ennemi héréditaire… incarné par le propre frère de l’actrice, Peter Fonda. "Il n’était pas du tout dans nos intentions d’exciter quiconque de cette façon, expliquera Jane Fonda. En tout cas, en Europe, personne ne l’a pris comme ça. Non pas que je sois contre l’inceste, mais notre style est plus direct. Si cela nous tente un jour, nous le vivrons très naturellement et laisserons les autres s’exciter si ça leur chante. Accordez-nous au moins une qualité, la sincérité."

Le tournage se déroule de novembre à décembre 1967 en Bretagne. Vadim va mettre en valeur les châteaux de la région : Fort La Latte (dans les Côtes d’Armor), où a déjà été tourné Les Vikings de Richard Fleischer va représenter le château de la baronne ; celui de son cousin sera celui de Kerouzéré (dans le Finistère) et la belle scène de la deuxième rencontre des deux personnages se fera dans les ruines du Château de Kergournadeach. Sur le plateau, Peter Fonda est en plein trip LSD et profite des pauses pour écrire le scénario de Easy Rider, qu’il tournera l’année suivante.

Histoires extraordinaires fait partie de la sélection du festival de Cannes de 1968, mais n’y sera jamais présenté, car les "événements" se sont invités sur la Croisette. Truffaut, Godard, Lelouch, Berri, Polanski, et même Louis Malle prennent la tête des débats, reléguant la projection des films à un rang tout à fait secondaire…

Philippe Lombard

[Merci à Jérôme Wybon]

[Sources : "Jane Fonda" de Gilles Gressard (PAC, 1979), "The Films of Fellini" de Claudio G. Fava et Aldo Vigano (Citadel Press, 1985), "Citizen Jane" de Christopher Andersen (Robert Laffont, 1990), "Fellini" de John Baxter (Fourth Estate, 1993), "Louis Malle, le rebelle solitaire" de Pierre Billard (Plon, 2003), "Mon Fellini" de Bernardino Zapponi (Fallois, 2003), www.cinefantastiqueonline.com]

Titre Original :
HISTOIRES EXTRAORDINAIRES

Titre anglais :
SPIRITS OF THE DEAD

Année : 1968

Nationalité : France / Italie

Réalisé par :
Federico Fellini, Louis Malle & Roger Vadim

Ecrit par :
Roger Vadim, Pascal Cousin, Louis Malle, Clement Biddle Wood, Daniel Boulanger, Federico Fellini, Bernardino Zapponi & Edgar Allan Poe

Musique de :
Diego Masson, Jean Prodromidès & Nino Rota

Interprété par :
Brigitte Bardot, Alain Delon, Jane Fonda, Terence Stamp, James Robertson Justice, Salvo Randone, Françoise Prévost & Peter Fonda


POSTER

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Poster 1


LOBBY CARDS

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card HISTOIRES EXTRAORDINAIRES Lobby card


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com