Le Retour de Frank James (1940) Fritz Lang

Modérateurs : savoy1, Karen, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12185
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Le Retour de Frank James (1940) Fritz Lang

Message par arioch » ven. juin 01, 2007 2:26 pm

Un an après LE BRIGAND BIEN AIME, une suite est donnée à l'histoire mais sans Jesse James et donc Tyrone Power. Il aurait, en effet, été assez difficile d'expliquer la façont dont il aurait pu revenir d'entre les morts dans cette suite où pourtant l'ombre du hors-la-loi plane ! D'ailleurs, puisque l'on parle d'ombre, on en verra une durant un plan sur une affiche, pas celle de James, mais juste assez pour nous rappeler le souvenir de l'expressionnisme allemand dont est issu Fritz Lang. Mais, ce sera bien le seul élément qui permettra, très évasiment, de créer un lien avec le travail antérieur du cinéaste allemand. A vrai dire, LE RETOUR DE FRANK JAMES est avant tout une commande du studio et, a l'evidence, Fritz Lang ne s'est pas trop cassé la nenette sur ce film. N'allez pas croire pour autant que la chose est tournée par dessus la jambe, cela reste un très agréable Western hollywoodien...

Il fait donc suite au BRIGAND BIEN AIME et, d'ailleurs, les premières images du film renvoie directement, tout comme le générique, au métrage mis en scène par Henry King l'année précédente. L'unité est parfaite et il est possible de voir l'un après l'autre comme un diptyque. Néanmoins, cette nouvelle histoire est inférieure surtout car l'histoire n'apporte pas grand chose a ce qui a été dit précédemment.

Les deux hommes qui ont abattus de dos Jesse James, pendant que celui-ci faisait ses bagages pour une vie meilleure, sont relachés par la justice, limite avec une tape dans le dos. Frank James qui se cachait sous l'identitié d'un fermier a du mal a encaisser que la justice n'ait pas fait son boulot et il décide donc de ressortir ses flingues pour aller plomber les deux hommes. En chemin, il rencontrera Gene Tierney dont c'est le premier rôle et qui incarne une apprenti journaliste. Il n'y aura pas vraiment d'amourette entre les deux car le temps presse. Frank James n'a pas le temps de lui compter fleurette, si tant est qu'il en ait eu envie, il a tout un tas de problemes : poursuivi par la justice, lui meme est a la poursuite des deux meurtriers avant qu'un innocent ne risque d'être condamné pour un crime et seul Frank est à même de lui éviter la corde au cou.

On retrouve Henry Fonda dans le rôle de Frank James ainsi que John Carradine dans celui de l'un des deux tueurs de Jesse James. Leur premiere retrouvaille est d'ailleurs aussi surprenante que bien menée dans un théâtre. Mais, dans l'ensemble, le film souffre d'un scénario peu inventif jusqu'à un épilogue mi figue mi raisin. D'une part tragique, on aura tout de meme un peu de mal avec l'heureuse issue devant les tribunaux.

Ca reste du beau spectacle en Technicolor.
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20410
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: Le Retour de Frank James (1940) Fritz Lang

Message par Manolito » mer. mars 07, 2018 7:47 pm

Image

Effectivement, ce Fritz Lang, alors dans le début de sa période américaine, n'est pas bouleversant, malgré une belle affiche : Henry Fonda en vedette, avec Henry Hull et les tous jeunes Jackie Cooper et Gene Tierney pour l'accompagner ; John Carradine est le méchant (on le voit peu) ; on a une prestigieuse production Fox en Technicolor...

Certains thèmes recoupent le cinéma précédent de Lang : la justice et l'injustice, la cohabitation justice privée/justice publique, la vengeance, notamment, ce qui nous renvoie à "Furie", "J'ai le droit de vivre", voire "M le maudit". Mais Fritz met moins de passion dans "Le retour de Frank James". La réalisation est au carré, les acteurs bien dirigés, mais Fonda semble s'ennuyer un peu dans son rôle de bandit irréprochable. Agréable, bien fait, mais ce western manque de conviction dans son fond, surtout de la part d'un réalisateur aussi majeur.

Vu sur ciné + replay.

Répondre