Introduction
Critiques
Interviews
Rencontres
Palmarès

INTERVIEWS

DON COSCARELLI
ELI ROTH
ERIC VALETTE
BRIAN YUZNA
RYUHEI KITAMURA

INTERVIEW
DON COSCARELLI

Don, nous venons de voir Bubba Ho-Tep, et nous tenons sincèrement à vous féliciter car c'est pratiquement un exploit de sortir un film pareil à notre époque…
Oh merci! C'est vraiment gentil…ca fait d'autant plus plaisir que ca a été une véritable calamité de pouvoir trouver l'argent nécessaire à sa réalisation. Vous savez, à Hollywood, ils ne veulent pas entendre parler de ce genre d'histoire. Chaque fois que je montrais le script à des producteurs, ils s'en fichaient vraiment, vous savez une histoire avec Elvis et une Momie…humm…c'est pas vraiment ce qui leur inspire confiance. C'est une histoire pourtant relativement simple ou deux personnes discutent dans un même endroit, et donc il n'y a pas beaucoup d'action.

Avez-vous écrit l'histoire tout seul ?
Non, en fait c'est basé sur une histoire de Joe R. Lansdale et la plupart des dialogues sont également de lui. Joe est vraiment un gars super talentueux et c'était pour moi un privilège de pouvoir être le premier à adapter au cinéma l'une de ses nouvelles. Parce qu'il y a pas mal de réalisateurs qui souhaitent également travailler avec lui, David Lynch par exemple a mis une option sur une de ses nouvelles, Ridley Scott, Kathryn bigelow,… mais elles sont tellement étranges que les studios ne débloquent pas de fonds. Et je pense bien que Joe lui-même a été sacrement surpris que BUBBA HO-TEP soit ainsi porté à l'écran.

Et comment s'est passé votre collaboration avec lui ?
Oh c'était super ! Ce qui est bien avec Joe, comme il est du sud du Texas, il dit vraiment ce qu'il pense et il était très enthousiaste à l'idée d'adapter son travail. Il m'a donné l'entière liberté de disposer de ses œuvres. Je suis d'ailleurs encore actuellement intéressé par une autre de ses nouvelles, une histoire de western et d'horreur…mais il y en a encore d'autres très intéressantes qui me tentent vraiment.

Et vous, personnellement, vous êtes fan du King ?
Oui bien entendu… qui ne l'est pas. Vous savez, en s'y intéressant on se rend bien vite compte qu'il dégageait un tel magnétisme, il était tellement doué, c'en était presque surnaturel. Et, je pense que ce qui m'a réellement inspiré à propos de ce film c'est que le public refuse qu'Elvis soit mort de cette manière. Il y a déjà eu des tonnes d'articles de journalistes à ce sujet, et ils voyaient Elvis partout. Elvis ne pouvait pas mourir comme ca, dans sa salle de bain avec de la drogue. Alors, le fait d'avoir lu Elvis, et de le montrer encore en vie, c'est comme une sorte de Rédemption.
Vous savez jusqu'à présent on a présenté le film dans différents festivals, mais j'aimerais vraiment le projeter lors d'une convention spéciale sur Elvis. Je suis quasi certain que les fans seraient très réceptifs à mon film parce qu'on a vraiment essayé de rester fidèle et sincère envers Elvis. Nous avons essayé de faire en sorte que la vérité révélée dans le film soit le plus proche possible de la réalité.

Mais avez-vous des réactions et réclamations de la part de ses fans ?
Non, vraiment pas. Ce sont principalement les fans de science-fiction, de genre, et surtout de Bruce 'Army of Darkness' Campbell qui se bougent pour venir voir le film.
Et c'est d'autant plus gratifiant qu'en fait quand vous regardez de plus près l'histoire, ca concerne plutôt une tranche de 40-50 ans théoriquement préoccupés par la crainte de vieillir… et alors de voir tous ces fans d'ARMY OF DARKNESS / Bruce Campbell venir et apprécier le film de cette manière, ca fait très chaud au cœur. J'en suis fier.

BUBBA HO-TEP est avant tout une "comédie", mais il y a un tel respect dans l'interprétation de Bruce. Chacune de ses répliques fait mouche. Est-ce uniquement grâce à Bruce Campbell ?
Ben c'était marrant en effet. Vous savez Elvis est une telle icône puissante, que de le voir ici avec tous ses problèmes de santé… et il y a ce moment notamment où la nurse est en train de le manipuler et faire part de sa surprise de voir Elvis si vigoureux, alors vous voyez l'interprétation d'Elvis par Bruce avec cette satisfaction sur son visage… C'était réellement très amusant et le public l'a aussi très bien perçu. Bruce est génial.

Je pense que le film dispose de tous les ingrédients nécessaires pour devenir rapidement "culte" voire un classique ?
Je l'espère sincèrement. Pour reprendre le cas de Bruce par exemple, ses fans sont tous persuadés qu'il est un grand acteur. Mais pour Hollywood, il est plutôt perçu comme une sorte de clown, et il ne le traite pas avec respect. Je pense qu'avec ce film les fans de Bruce auront tous la même réaction : "Yeah, je savais que c'était un grand acteur !" parce qu'il se donne vraiment à fond dans le film, il donne le meilleur de lui-même.
Et pour une fois, vous ne le voyez pas en train de jouer du flingue tout le temps.

Comment l'avez vous dirigé ? Comment était-il ?
Et bien, on a énormément discuté du script. Et il y a une chose que le public ignore, c'est qu'il est vraiment très consciencieux, il travaille très dur. D'expérience j'ai déjà travaillé avec pas mal d'acteurs qui, une fois que la camera ne tourne plus, passent rapidement à autre chose, retournent à leur caravane, ont directement leur téléphone portable en main, par exemple… Avec Bruce, au contraire, dès qu'on finissait une scène, il retournait studieusement vers son script pour le lire parfois pendant des heures, même avec sa coiffure et ses lunettes d'Elvis… Il prend sans cesse des notes, il est très appliqué dans son travail. C'est vraiment touchant à voir.

Dans le film, on ne voit jamais Bruce Campbell chanter ? Est-ce une question de droits ?
Et bien il y a en fait deux problèmes. Le premier est que Bruce ne sait pas chanter (Rire).
Dès le début, il nous disait : "Heu non, non… Hors de question que je chante… !".
Et le deuxième problème est bien une question de droit. La licence d'utilisation et de reproduction des chansons d'Elvis est littéralement hors de prix, et nous n'avions pas les moyens. Mais je pense bien qu'en définitive ce n'est pas plus mal.

Pouvez-vous nous parler d'Ossie Davis ? Comment avez-vous fait pour l'avoir ?
Ossie est un acteur merveilleux qui a une sérieuse expérience d'interprète de films classiques. D'ailleurs je me rappelle de Bruce Campbell lui disant : "Ossie, mais qu'est-ce que tu fous dans ce film ?". Ca a en tout cas été un vrai défi car ça m'a pris pas loin d'un an pour l'obtenir. J'avais soumis le projet à son agent qui n'était pas du tout intéressé au début de le voir se battre contre une momie… Mais j'ai insisté et j'ai fait tout ce que j'ai pu pour le convaincre que le film serait bien plus intéressant qu'il n'y paraissait à première vue. j'ai téléphoné et téléphoné. Et finalement, j'ai reçu un beau jour un coup de fil de son agent qui me disait : "Vous savez, je n'aime vraiment pas votre script, mais Ossie l'aime bien. Alors, il veut bien jouer dans votre film". Mais il n'a pas encore eu l'occasion de voir le film. Il est tellement occupé. Et, je n'ai pas envie de lui envoyer une simple cassette vidéo du film. Je voudrais réellement qu'il le voie sur grand écran, avec un public comme celui du festival, ca serait vraiment génial. Je suis certain qu'il apprécierait.

Et la spiritualité dans le film ? Vous savez le yoga ces choses-là ?
Ce qui est intéressant, c'est qu'on s'est rendu compte après sa mort, qu'Elvis s'intéressait à ce genre de choses, vous savez le surnaturel. Il possédait d'ailleurs une collection étonnante de bouquins à ce sujet. Il voulait vraiment devenir une sorte de héros. Mais il y a beaucoup trop de choses délirantes sur cette question. C'est pourquoi, par exemple, Bruce voudrait jouer dans une séquelle du film dans lequel il interpréterait Elvis plus jeune. Il a pas mal d'idée aussi sur des aventures d'Elvis, de culte vaudou, de karaté…

Pourriez-vous nous parler de l'ecriture du script ? la pré-production.. ?
Oui, certainement. Quand j'ai découvert BUBBA HO-TEP, la nouvelle faisait une cinquantaine de pages, ce qui est déjà pas mal pour une nouvelle. Et je me suis rendu compte que c'était la taille idéale pour en faire un film. J'ai seulement eu à la retranscrire dans mon traitement de texte pour en faire un scénario. Tout était déjà présent. J'ai simplement rajouté un peu d'action, comme notamment la scène de combat avec le scarabée, les scènes de flash-back, dont celle ou l'on voit le changement entre les deux Elvis. Et c'était marrant d'imaginer comment le public réagirait à cette situation. C'était une véritable opportunité pour Elvis de pouvoir profiter d'une nouvelle vie, préparer des hot-dogs, boire de la bière…

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre Momie ?
En fait, nous ne pouvions pas nous permettre d'en créer une, je veux dire d'utiliser des effets spéciaux numériques. Et je pense que finalement, ce n'est pas une mauvaise chose du tout. Je n'aime pas critiquer les autres films qui ont une momie digitale, mais je ne les aime pas du tout. Je reste persuadé qu'il est beaucoup plus classique et intéressant d'avoir une momie pour de vrai sur le plateau. Il y a ainsi une vraie réalité et les acteurs ne cherchent pas à imaginer ce à quoi ils donnent la réplique. Ca me rappelle le dernier jour où on a filmé avec Ossie, acteur pourtant très classique, il est ici couché dans l'herbe et se bagarre avec cette momie voleuse d'âmes, et ca m'a rappelé cette scène de la bagarre avec le poulpe dans ED WOOD. C'est incroyable comment il arrive à donner vie à une telle scène. De plus, Bruce et moi, nous avons déjà eu la chance de travailler avec KNB auparavant. ils sont vraiment géniaux, et ils nous ont conçus des effets vraiment très spectaculaires pour pratiquement rien, presque gratuitement. Et nous avions aussi la chance de connaître Bob Ivy, un cascadeur qui avait déjà travaillé avec nous sur PHANTASM, un vrai fan du genre, et qui pouvait également jouer une momie à la Karloff. Il avait même décidé de faire un sérieux régime afin d'être le plus mince possible, et donc très crédible car il devait encore revêtir le costume de la momie.

Parlez-nous un peu du scarabée ?
Ah oui ! En fait Kerry Pryor, qui nous avait rejoint dans la série des PHANTASM, et qui avait conçu déjà quelques beaux modèles, avait pris en main la conception du scarabée en question. Il est très doué, et avec le budget qu'il avait, il a fait quelque chose de très bien je trouve. A l'origine je voulais faire une scène ou l'on aurait vu la Momie marcher dans le corridor sombre avec quelques-unes de ces bestioles, mais on l'a écartée dès le début. J'ai préféré en construire une seule, mais de meilleure facture.
Ca a été la même chose avec les maquillages, on n'était jamais satisfait parce qu'on voyait toujours l'un ou l'autre défaut à l'écran. Et là encore, c'est Bruce qui a demandé au technicien de le filmer comme s'il filmait une vieille star, avec tout le respect et l'humilité qui lui est due. Et ils ont donc travaillé d'avantage les plans et les ombrages. Du très bon travail en finalité !

Et maintenant ? Qu'avez-vous en tête ?
Et bien, j'aimerais vraiment faire un autre PHANTASM. C'est encore une fois une question de trouver les bonnes idées, et l'argent bien entendu.
Je sais qu'on en parle déjà sur le Net, mais il n'y a vraiment encore rien de prévu. Il y a bien un scénario qui existe mais c'est tout. Tout le reste est faux. En revanche j'aime bien lire les projets et les histoires que les fans de la série m'envoient, il y en a de très intéressants. Il y en a même une sélection qui est publiée je crois.

Pourriez-vous imaginer quelqu'un d'autre que vous pour réaliser un PHANTASM ?
Ah oui tiens ! Pourquoi pas, ce serait même une bonne idée, intéressante même. Mais en revanche, je détesterais voir une version Hollywoodienne de mon film. Vous savez, où l'on verrait deux ou trois beaux Teen-agers. ce serait décevant pour moi.

Vous disiez qu'il avait été particulièrement difficile de trouver le financement du film ?
Oui, en effet, ça a été particulièrement difficile et en même temps relativement facile !
Ca a été difficile de convaincre les studios de mettre de l'argent dans le projet, mais parce que la structure du film était relativement simple, le film n'avait pas besoin de beaucoup d'argent, ce qui a convaincu les investisseurs indépendants de se lancer dans l'aventure.

Ca fait maintenant 25 ans que vous faites des films indépendants ? Est-ce par choix ou êtes-vous condamné à travailler ainsi ?
(Rire) Et bien, ca me permet d'avoir le contrôle absolu de la création…

A propos de PHANTASM, le film était lui aussi voué à avoir l'une ou l'autre suite ? Etait-ce la période qui voulait ca ?
Humm… pour PHANTASM, en fait, c'était une période tout à fait différente ou il y avait une place pour le cinéma international du genre. Et ce qui est amusant avec PHANTASM c'est qu'il y a eu plein d'interprétations différentes du film, ce qui bien entendu a contribué à le rendre encore plus accessible. Mais dans sa réalisation PHANTASM II était tout à l'opposé. Vous savez quand vous travaillez avec un studio, ces gens veulent toujours tout savoir sur tout : Expliquez-nous ceci, Pourquoi ce personnage fait-il cela ? Ils regorgent de questions sur votre film et ne vous laissent que très peu de liberté. Et, moi en revanche j'aime bien quand les gens se posent des questions à la fin du film.

Tout comme PHANTASM justement, BUBBA HO-TEP est aussi une histoire de voleur d'esprit ? Est-ce votre grosse préoccupation, avez-vous peur de perdre le votre ?
Oui, c'est très juste ça ! En fait, je n'avais pas fait le rapprochement. C'est très curieux en effet !
Moi, ce qui m'intéressait au début, c'était principalement de faire un film de momie, et aussi de son rapport avec l'âge avancé, le sien bien sûr, mais aussi celui de nos deux héros. De même, je regrette un passage, non présent dans le film, où Ossie déclare : "Nous-mêmes, nous ne sommes pas loin d'être des momies", vous comprenez ce que je veux dire...

A l'origine, vous ne deviez pas faire de PHANTASM II, et pourtant quelques années après…
Vous voyez, quand j'ai fait PHANTASM, c'était mon troisième film. Avant ça j'avais fait un drame, une comédie, et donc, à ce moment, un film d'horreur. Et c'est en partie pour ça que je ne me considère pas comme un réalisateur de genre. Si j'en avais vraiment envie, je pourrais même faire une comédie musicale vous savez. Mais la raison pour laquelle ça a pris longtemps avant d'envisager une suite, c'est simplement parce que je ne voyais pas très bien comment je pouvais prendre en main une suite au premier PHANTASM. Parce que si vous faites attention au premier PHANTASM, il a été conçu comme un film unique, et il s'arrête là où il était bien censé s'arrêter. Ca peut pourtant paraître simple pour beaucoup de continuer là où le film s'arrête, c'est à dire de reprendre les personnages cinq ans plus tard et de faire réapparaître le mauvais, mais pour moi ce n'était pas si évident dans ma tête. Et finalement Universal est venu avec un bon budget au moment où j'avais les idées plutôt claires.
Mais je suis vraiment fier de ma série des PHANTASM et de pouvoir faire des films avec mes amis depuis autant de temps. Et de plus, vous savez, je trouve très intéressant de suivre l'évolution de mes personnages à l'écran, les voir passer de l'adolescence à l'âge adulte, mais qui conservent tout leur vécu.

Don, un grand merci de le part de DeVil Dead…
Et bien, ce fût un réel plaisir pour moi et je salue tous vos lecteurs… Merci pour votre intérêt.


Ho…Don't force me to use this thing with you…

SUITE

Dossier réalisé par Christian De Coninck et Didier Stefek

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com